Bpifrance lance une plateforme de mise en relation entre startups et grands groupes

 |   |  903  mots
Fruit de deux ans de travail en interne, la plateforme industrialise le processus de mise en relation entre les startups et les grands groupes, en leur permettant d'identifier plus facilement et plus clairement les startups avec lesquelles elles pourraient faire affaire, puis de les contacter directement.
Fruit de deux ans de travail en interne, la plateforme industrialise le processus de mise en relation entre les startups et les grands groupes, en leur permettant d'identifier plus facilement et plus clairement les startups avec lesquelles elles pourraient faire affaire, puis de les contacter directement. (Crédits : D.R)
La plateforme du Hub de Bpifrance fait office de véritable base de données sur les meilleures startups et scale-ups BtoB en France. L'objectif : faciliter et démultiplier les relations business entre les grands groupes et les startups les plus matures. 470 pépites y sont référencées.

Comment améliorer les relations aujourd'hui difficiles entre les startups et les grands groupes ? En jouant les entremetteurs. Le Hub, la division de Bpifrance dédiée au rapprochement entre l'économie traditionnelle et l'innovation, complète son offre en lançant mercredi 21 novembre son Tinder de l'innovation, une véritable plateforme de mise en relation entre les startups BtoB et les grands groupes.

Un véritable annuaire des startups matures BtoB

Fruit de deux ans de travail en interne, la plateforme industrialise le processus de mise en relation entre les startups et les grands groupes, en leur permettant d'identifier plus facilement et plus clairement les startups avec lesquelles elles pourraient faire affaire, puis de les contacter directement. 470 pépites sont aujourd'hui référencées, soit "la quasi-totalité des startups BtoB matures en France", précise Cécile Brosset, la directrice du Hub. Parmi elles, 175 sont des "scale-ups", c'est-à-dire des startups en hyper-croissance qui ont levé plus de 15 millions d'euros et dont l'effectif est supérieur à 20 collaborateurs. Pourquoi si peu ?

"On aurait pu faire un annuaire de toutes les startups françaises, c'était d'ailleurs mon idée de départ, mais il nous a semblé plus pertinent de proposer un outil plus qualifié, centré sur les plus solides et dont les innovations correspondent aux besoins des corporates. Sur 6000 entreprises financées par des fonds ou des business angels en France, on a donc enlevé les boîtes BtoC, les PME et celles qui sont trop jeunes, ainsi que celles qui évoluent dans des secteurs très spécifiques comme les biotech", détaille Cécile Brosset à La Tribune.

Ainsi, pour figurer sur la plateforme, les startups doivent être uniquement BtoB, proposer un outil ou un service à destination des grands groupes et avoir au moins un client. Elles doivent aussi soit avoir levé au moins 1 million d'euros, soit avoir réalisé un chiffre d'affaires d'au moins un million d'euros sur le dernier bilan. "De cette manière, on assure aux grands groupes un sourcing de qualité, ce qui permet à nos équipes de se focaliser sur l'accompagnement humain et la concrétisation de partenariats à forte valeur ajoutée", estime Cécile Brosset.

Les startups françaises manquent de débouchés avec les grands groupes

Déjà utilisée par 130 grandes entreprises en recherche de partenaires potentiels, et notamment par leur direction Achats ou Innovation, la plateforme propose une barre de recherche par startup ou mot-clé. Il est également possible d'affiner les résultats en cherchant uniquement par technologies (Ad Tech, Big data, Blockchain, Intelligence artificielle, Industrie 4.0, IoT, Robotique...), par marchés (Assurance, Agriculture, Banque/Finance, Energie, Gouvernement...) ou par métiers. Les startups correspondant à la recherche s'affichent sur une page, ce qui permet à l'utilisateur d'ouvrir la fiche de chacune d'entre elle, sur laquelle figure la date de création, le montant total levé, l'effectif, le produit/service qu'elle propose, éventuellement un business deck (document de présentation du business model), des articles de presse, et surtout des références client avec des avis.

"On va beaucoup plus loin que Crunchbase car la plateforme est à la fois un moteur de recherche avec des critères avancés, une source de données complète, mise à jour et centralisée, un espace de prise de contact direct avec les startups et pour faire de la gestion de projets collaboratifs en créant et en partageant avec d'autres collaborateurs des listes thématiques", ajoute Cécile Brosset.

La plateforme s'inscrit dans la nouvelle stratégie nationale de "montée en puissance" de la French Tech. Notamment en favorisant les débouchés commerciaux pour les startups afin qu'elles deviennent des scale-ups, des licornes, et pourquoi pas des futurs champions internationaux dans leur domaine. Mais il y a du travail. L'an dernier, le premier baromètre de la collaboration entre les startups et les grands groupes en France avait dénoncé des relations "cosmétiques" à tous les niveaux, qu'il s'agisse de contrats commerciaux, d'investissements, d'acquisitions, de partenariats et de co-développement. 0,1% du budget Achat des grands groupes était ainsi consacré aux startups...

Une API payante en 2019

Bpifrance Le Hub pense ainsi que sa plateforme va combler la difficulté du sourcing, de la prise de contact et de la circulation de l'information sur les startups dans les multiples étages des grands groupes. "La prise de conscience qu'il faut collaborer avec les startups pour leur propre transformation numérique est déjà là. Le problème est la question du comment, les process internes à mettre en place pour y arriver", précise la directrice du Hub. Même si elle manque encore de finesse car la nature de la collaboration -POC, achat, partenariat...- n'est pas encore indiquée, la plateforme pousse les startups à être transparentes sur leurs clients, ce qui leur offre en retour de la crédibilité pour pousser d'autres grands groupes à travailler avec elles. La page d'Orange par exemple, permet de voir que le groupe de Stéphane Richard travaille avec 40 startups. "Parfois, cette information n'est même pas connue dans les groupes eux-mêmes", indique Cécile Brosset.

Même si la plateforme restera gratuite et accessible à tous à condition de s'identifier via son compte LinkedIn ou son adresse email, Bpifrance Le Hub pense à sa monétisation. En 2019 sera lancée une API payante, qui permettra aux grands groupes de télécharger les données de la plateforme pour les retravailler à loisir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :