Jeux en ligne : publication du décret sur les modalités de blocage des sites illégaux

 |   |  248  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le décret d'application fixant les modalités de blocage des sites de jeux illégaux, paru au Journal Officiel dimanche, est entré en vigueur ce lundi. Le texte prévoit que les éventuels surcoûts liés aux opérations de blocage ne seront pas supportés par les fournisseurs d'accès mais par l'Autorité de régulation des jeux.

Paru au Journal Officiel dimanche, le décret d'application décrivant les modalités de blocage par les fournisseurs d'accès à internet (FAI) et les hébergeurs de sites des offres de paris ou de jeux d'argent jugées illégales, est entré en vigueur ce lundi, conformément à la loi du 12 mai 2010 sur l'ouverture du marché des jeux d'argent et de hasard.

Sur ordre du président du tribunal de grande instance de Paris, les FAI doivent, conformément à la loi, bloquer les sites incriminés. Le décret stipule quant à lui que ce blocage est possible en utilisant les noms de domaines et rendre ces derniers inopérants.

En cas de surcoût, le fournisseur devra s'adresser à l'Arjel, l'Autorité de régulation des jeux en ligne, pour obtenir compensation. Mais cette compensation ne sera accordée qu'à condition d'avoir reçu le feu vert du Conseil général de l'industrie, de l'énergie et des technologies.

Par "surcoût", le décret "désigne les coûts des interventions manuelles spécifiques supplémentaires opérées dans les systèmes DNS que les opérations de blocage auront pu entraîner" pour les FAI.

Trente-quatre opérateurs légaux se partagent actuellement le marché des jeux en ligne, l'Arjel leur ayant octroyé 47 agréments (certains opérateurs détenant deux ou trois agréments) : seize pour les paris sportifs, neuf agréments pour les paris hippiques, vingt-deux agréments pour le poker en ligne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2012 à 22:40 :
L'ARJEL prétend lutter contre les addictions mais ne fait rien, au contraire on a jamais vu autant de pub pour les jeux d'argent depuis son existence. A grand frais, elle a communiqué selon le slogan "arrêtez de vous faire plumer" mais a toujours refuser de servir de médiateur ou d'ouvrir une enquête lorsque des joueurs floués ont fait appel à elle.
a écrit le 02/01/2012 à 18:14 :
Une belle mascarade que cette ouverture des jeux en lignes : l'Arjel délivre des licences, collectes de taxes, et va maintenant bloquer des sites. Mais pendant ce temps, qui se soucis lorsque les responsables d'un site (n°2 mondial, n°5 français) agréé par ce même Arjel disparaissent avec l'argent des joueurs ? Pas l'Arjel qui fait la sourde oreille !
Qui se soucie d'un site qui bloque plusieurs milliers d'euros à un joueur (pro) sans explication ? toujours pas l'Arjel !
Qui se soucie des joueurs, étouffés par la taxe - la plus forte et de loin au monde sur ces jeux - qui ont fait grève hier sur le plus gros site online ? Toujours personne !

A trop vouloir récolter sa part du gâteau (une taxe qui représente 50% du CA de ces sociétés sur les parties de poker), l'Etat est en train de tuer la poule aux oeufs d'or !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :