Internet par satellite : ce village de la Manche fait plier Elon Musk et sa constellation Starlink

Starlink, la société créée par le milliardaire américain pour couvrir depuis l’espace les zones blanches de l’internet rapide, renonce à implanter une station relais dans la baie du Mont-Saint-Michel. Un village lui a opposé une fin de non-recevoir.

3 mn

Starlink cherche à implanter trois stations relais en France. Pour l'instant, la société n'a eu gain de cause que dans l'agglomération bordelaise.
Starlink cherche à implanter trois stations relais en France. Pour l'instant, la société n'a eu gain de cause que dans l'agglomération bordelaise. (Crédits : Reuters)

L'offre Internet à très haut débit de l'américain Starlink destinée « aux communautés rurales et éloignées » a plus de mal que prévu à se déployer au pays de la baguette et du camembert. Commercialisée en France depuis mai dernier, ce n'est pas dans l'espace qu'elle rencontre un obstacle mais à terre. Et précisément dans le petit village de Saint Senier-en-Beuvron (Manche) où l'entreprise du fantasque milliardaire Elon Musk (Tesla, Space X) espérait pouvoir construire neuf dômes de trois mètres de haut pour relayer le signal de sa constellation de satellites en orbite basse. Las.

A LIRE AUSSI | A Barcelone, Elon Musk présente Starlink comme un « complément » aux réseaux de fibre et 5G

Bien qu'autorisée par l'Arcep en décembre 2020, la station relais normande - l'une des trois qu'escomptait implanter le groupe en France- ne verra pas le jour. La société américaine a fait savoir début janvier à l'autorité des régulations des télécoms qu'elle renonçait à son projet. En cause : la fronde des 350 habitants de cette riante bourgade agricole de la baie du Mont-Saint-Michel qui a pour particularité d'être située sur un nœud de raccordement de la fibre.

Les riverains - soutenus par le maire, Benoît Hamard, peu disposé à ce que sa commune serve de « cobaye » - s'inquiétaient des impacts possibles des rayonnements électromagnétiques sur l'environnement et la santé des habitants.

Saint Senier de Beuvron

[Le village de Saint Senier-en-Beuvron qui devait accueillir les antennes Starlink.]

Au terme d'un an de négociations avec la firme américaine, ils n'ont manifestement pas été rassurés.« Nous avons posé des questions très précises et ils n'ont pas été en mesure de nous donner de réponses, d'où notre opposition », explique François Dufour, conseiller régional EELV natif du village. Il avait porté l'affaire sur la place publique.

Une station sur trois

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Starlink a également opéré une prudente marche arrière à Gravelines où le maire, après avoir autorisé le permis de construire pour neuf dômes à un jet de pierre des serveurs d'OVH, le lui a refusé dans un second temps.

Comme les Normands, Bertrand Ringot s'interrogeait sur les effets des ondes électromagnétiques générées par l'installation. Au micro de France Bleu, il dit n'avoir, lui aussi, « obtenu aucune réponse ».

En revanche, le groupe d'Elon Musk a eu plus de chance dans la localité de Villeneuve-d'Ornon aux portes de Bordeaux où une station relais fonctionne depuis mars dernier sans faire de vagues à l'exception des réserves émises par un conseiller municipal d'opposition.

Lire aussi 4 mnStarlink : quand les antennes relais d'Elon Musk suscitent les réserves des élus locaux

Reste donc à Starlink à trouver deux autres sites hospitaliers pour espérer développer son offre aujourd'hui proposée en édition limitée en France. Mais il trouvera peut être François Dufour sur sa route. Egalement co-fondateur d'Attac, l'élu EELV veut en effet porter le débat au niveau national et en appelle à l'Etat et au législateur. « On n'est pas contre le progrès technologique mais Il faut une réglementation plus sécurisante pour ce type de projets encore inédit en France. Les parlementaires doivent poser des questions », tance t-il.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 01/03/2022 à 15:44
Signaler
Sont bien étranges ces gens, c'est pas de la 5g, les paraboles n'envoient rien autour, il n'y a aucun danger et c'est moins laid qu'une éoliennes.

à écrit le 24/01/2022 à 21:16
Signaler
La société engagée par le groupe d'elon musk pour trouver en France des emplacements pour ses antennes a pensée que l'homme de la brousse était idiot .Un minimum syndical ,une tape dans le dos ,quelques mensonges suffisait pour le voir à genou ,les y...

à écrit le 24/01/2022 à 20:56
Signaler
Quel échec pour les normands, pour les français. SpaceX veut investir dans notre village près d'une fibre haut débit une station sol pour le futur des communications, et on leur demande d'aller voir ailleurs... mais qu'on est bête !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.