République numérique de Valls : de la "liberté d'innover" à la "fraternité de l'accès pour tous"

 |   |  557  mots
Le futur projet de loi sur le numérique porté par Axelle Lemaire, dont une version beta sera rendue publique prochainement, doit permettre de faire de la France une république numérique, a expliqué Manuel Valls, à la Gaîté Lyrique ce jeudi 18 juin.
Le futur projet de loi sur le numérique porté par Axelle Lemaire, dont une version beta sera rendue publique prochainement, doit permettre de faire de la France "une république numérique", a expliqué Manuel Valls, à la Gaîté Lyrique ce jeudi 18 juin. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Manuel Valls a présenté, ce jeudi 18 juin dans la matinée, "la stratégie numérique" du gouvernement en amont du futur projet de loi que doit porter Axelle Lemaire "avant la fin de l'année à l'Assemblée nationale". Le Premier ministre assure qu'une version "beta" du projet sera mise en ligne fin juin. Il a également reçu le rapport du Conseil national du numérique, lequel plaide en faveur d'une politisation du numérique.

"Le numérique marque un retour au pouvoir des innovateurs. Il renoue avec la tradition de l'entrepreneuriat de la fin du 19e siècle", lance Benoît Thieulin, le président du Conseil national du numérique (CNNum), qui a remis au Premier ministre ce matin le rapport de 70 recommandations réalisé à la suite de la concertation lancée le 4 novembre.

En lançant la concertation sur le numérique fin 2014, le Premier ministre avait appelé les acteurs du numérique à "bousculer" l'Etat pour améliorer l'accès en ligne aux services publics et poursuivre l'ouverture des données publiques pour le grand public et les entreprises.

Ainsi, Manuel Valls souhaite faire de la France "une république numérique : liberté d'innover, égalité des droits et fraternité d'un numérique accessible à tous".

"Liberté d'innover" pour doper la croissance

Devant son auditoire, à la Gaîté Lyrique, Manuel Valls a assuré que "la liberté d'innover doit permettre de jouer encore plus son rôle de moteur de croissance". Il s'est engagé à ce que "la diffusion de l'innovation" soit "rendue plus fluide par la promotion des licences libres". Le gouvernement souhaite aussi favoriser "la création de startups dans les quartiers". Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie a par ailleurs précisé qu'"il y a plusieurs leviers de création d'emplois à travers le numérique".

De nouveaux droits des citoyens face aux géants de l'Internet

La problématique des nouveaux droits des citoyens était une des thématiques attendues de cette présentation de la stratégie numérique, notamment face aux risques d'abus des géants de l'internet. Le Premier ministre, qui a assuré qu'"il y a un avant et un après Snowden, et que le monde a pris conscience des dangers", souhaite garantir de nouveaux droits pour les citoyens.

Il "souhaite inscrire dans la loi Lemaire une définition claire de la neutralité du Net", et plaide pour que"les données personnelles soient protégées". Enfin, face au monopole des géants du web, la France doit "envisager des dispositions en droit français pour garantir aux utilisateurs des pratiques non biaisées". Dans la ligne de mire du gouvernement, ce sont les pratiques anticoncurrentielles qui sont visées.

Fracture numérique, "fraternité" et exemplarité de l'Etat

Manuel Valls souhaite mettre un terme à la fracture numérique, et aspire à ce que "les progrès liés au numérique soient partagés par tous, c'est l'objet du plan français très haut débit". Le numérique doit également favoriser l'emploi des personnes handicapées, "une charte dans l'e-commerce" devrait être signée en ce sens.

Le gouvernement s'engage à être "exemplaire" en matière d'usage du numérique. Si la France dispose déjà d'un site permettant de réaliser sa déclaration d'impôts en ligne, elle sera bientôt dotée "d'un nouvel outil en ligne pour connaître les prestations auxquelles les citoyens ont droit : allocation pour le logement, ou prestations familiales", a fait savoir le Premier ministre. Une plateforme pour déposer une plainte en ligne devrait également être créée prochainement sans qu'une date précise ne soit annoncée.

Enfin, Manuel Valls assure qu'un site qui "donnera aux développeurs la possibilité de créer avec l'Etat de nouvelles plateformes numériques" sera lancé prochainement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2015 à 15:26 :
surtout ne t'en occupe pas sinon internet est foutu. Occupes toi de faire voyager ta famille aux frais des contribuables, là tu est un spécialiste surtout quand on est espagnol.
a écrit le 18/06/2015 à 20:31 :
"liberté d'innover" mais pas d y parler .........dixit la loi sur le renseignement, une honte liberticide ! Vall dehors !
a écrit le 18/06/2015 à 18:13 :
La République de l’innovation, on rigole, on parle d’une industrie sans robots, on fait dans l’économie de la pédale ? Avec 50% d’abstention et 25% de vote FN, on peut imaginer un mouvement protestataire anti boomer et pro croissance. S’il n’existe pas de droits avant 25 ans, pourquoi ne pas faire le coup de poing pour le paiement d’indemnités et aux poilus morts pour rien au chemin des Dames. Ne fait-on pas dans le tyran sud européen anti jeune et anti croissance. L’administration con fait augmenter les prix de la viande et on fait des importations en provoquant des pénuries alimentaires, n’avons-nous pas un Etat absurde et traitre ? En représailles des sans revenus avant 25 ans, pourquoi ne pas supprimer les retraites, faire 6 millions de pré retraites et faire mendier les boomster pour la mauvaise pitance et leur incapacité à faire de la croissance.
a écrit le 18/06/2015 à 17:08 :
" Le numérique doit également favoriser l'emploi des personnes handicapées, "une charte dans l'e-commerce" devrait être signée en ce sens."

En réalité ce n'est pas cette charte qui favorisera l'emploi, elle permettra simplement de rendre les sites web des e-commerçants accessibles aux personnes handicapées.

Voir: http://www.gouvernement.fr/fraternite-pour-une-republique-numerique-inclusive-2404
a écrit le 18/06/2015 à 16:06 :
Cela signifie simplement que l'on aura droit a une "République" dématérialisé et inexistante!
a écrit le 18/06/2015 à 15:46 :
Pathétique ! Que viennent faire ces notions d'égalité, fraternité et bla bla bla de république numérique? On veut coller de la morale partout. Tout cela est du vent. La "république" veut utiliser le numérique à outrance pour espionner les citoyens. Quant aux start-ups techno, elle ne sont pas en France. On les trouve plutôt à Londres par exemple.... Cette manie d'envoyer des grand mots éculés et de manière répétitive est une manipulation et un cache misère. Ce pays me fait un petit peu honte....
a écrit le 18/06/2015 à 15:34 :
Et il va y parvenir, il à déjà rendu virtuel le PS et complètement numérisé le débat parlementaire avec le 49-3
D'autres c'est sur l'ont précédé....
Il achève le travail de Hollande rendre le PS Virtuel jusque dans son essence néo.socio-libérale et surtout rendre concr~et le désarroi et la désespérance qui nourrissent le FN
Bravo Manu...comme dans les Inconnus : " Eh Manu tu descends ?"
a écrit le 18/06/2015 à 15:32 :
Ha, ha, ha! Avec un debit de 128Kbs en provence/campagne?
Réponse de le 18/06/2015 à 18:19 :
c'est le mot à la mode : "innover". on a eu droit au "je suis Charlie", maintenant c'est "l'innovation" cache-tout, même le big brother français.
Réponse de le 18/06/2015 à 23:47 :
Ceux qui ont la chance d'habiter dans un endroit où le foncier est bon marché doivent payer les réseaux. C'est la moindre des choses.
a écrit le 18/06/2015 à 15:29 :
"et plaide pour que"les données personnelles soient protégées""

C'est pour cela qu'il a fait voter une loi qui viole TOUS les droits des citoyens, les libertés fondamentales et les principes d'une démocratie....????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :