Le déréférencement de Wish fait pschiit : le site a eu pignon sur rue pour le Black Friday

Mercredi, Bruno Le Maire et Cédric O tapaient du poing sur la table en exigeant des moteurs de recherche et des magasins d'applications le déréférencement de Wish en raison de produits jugés dangereux sur sa plateforme. Problème : deux jours plus tard, seul Qwant a obéi sans délai à l'injonction de Bercy. Wish a toujours pignon sur rue sur les moteurs de recherche dont Google, et son application peut toujours être téléchargée sur l'Apple Store et le Google Play Store, ce qui lui a permis de profiter sans encombre du Black Friday. En cause : un délai incompréhensible accordé par Bercy pour bannir Wish. Celui-ci court, d'après nos informations, jusqu'au "début de la semaine prochaine", autrement dit après le Black Friday et le Cyber Monday...

4 mn

(Crédits : Wish)

Mercredi 24 novembre, Bercy abattait la guillotine sur l'américain Wish, un célèbre site de vente en ligne de produits à très bas prix. Ou du moins, c'est ce que l'on pensait, car 48 heures plus tard, le couperet n'est toujours pas tombé.

Bruno Le Maire avait ordonné que la plateforme soit déréférencée des moteurs de recherche -Google, Bing, Qwant, Ecosia ou encore Lilo- ainsi que des magasins d'application mobiles - l'App Store et le Google Play Store. Autrement dit, le ministère de l'Economie voulait que Wish n'apparaisse plus dans les résultats de recherche. L'objectif de cette démarche sans précédent : rendre le site pratiquement introuvable pour les internautes français, à moins qu'ils ne tapent eux même "wish.com" dans leur barre de navigation. En cause : un nombre affolant de produits -notamment électroniques- jugés dangereux par une enquête de Bercy, et la réponse "non satisfaisante" de Wish aux demandes de retraits de Bercy.

La messe paraissait dite. Sauf que le 26 novembre, deux jours après cette annonce coup de poing, personne n'a suivi l'ordre... sauf le Français Qwant. Un préjudice bien léger : Qwant pèse moins d'1% sur le marché français de la recherche en ligne. En revanche, Wish trône toujours sur Google (91% de parts de marché) et sur tous les autres moteurs de recherche dont Bing, Yahoo, Ecosia, DuckDuckGo ou encore Lilo. Même problème pour l'application mobile : pour l'instant, Google et Apple ont ignoré la requête de Bercy.

Lire aussi 4 mnDéréférencement de Wish, le "Amazon du discount" : un coup dur à la veille du Black Friday

Blocage en début de semaine prochaine ?

Contactés par la Tribune, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), à l'origine de la sanction, justifie vaguement cette passivité :

"L'injonction de la DGCCRF a laissé quelques jours aux moteurs de recherche et magasins d'application pour prendre les mesures techniques nécessaires au déréférencement du site de e-commerce Wish et au blocage des nouveaux téléchargements de son application mobile.", précise-t-elle.

Ce délai se justifie pourtant difficilement par la technique : il ne faut guère plus de quelques heures, voire minutes, aux moteurs pour bannir l'affichage d'un résultat de recherche. La rapidité de Qwant en est la preuve.

De son côté, Google France explique à la Tribune qu'il est "presque normal que rien n'ait été fait", car la DGCCRF leur a laissé "jusqu'au début de la semaine prochaine" pour agir. Le décalage entre l'annonce et sa mise en action serait donc plutôt de l'ordre organisationnel que technique.

Pourquoi attendre, alors ? "Nous sommes en train de prendre connaissance des injonctions de la DGCCRF pour bien la comprendre et agir au mieux", ajoute Google France.

Contactés, Apple et les Français Qwant et Lilo n'ont pas répondu à nos questions. Dans tous les cas, Bercy ne compte pas laisser le choix : "Ne pas appliquer l'injonction de la DGCCRF relève d'une infraction pénale passible de poursuites", rappelle l'administration à La Tribune.

Le Black Friday, repas du condamné pour Wish

Une chose est sûre, cet attentisme joue en la faveur du site américain, puisqu'il lui a permis de participer à la grande journée de soldes du Black Friday qui se tient ce 26 novembre. Etre moins visible à cette date très importante pour les e-commerçants aurait constitué un coup dur pour Wish, tout comme disparaître des moteurs de recherche et des magasins applicatifs pourrait l'être lors les fêtes de fin d'année.

Une question demeure : pourquoi donner un délai à Google et Apple ? Pourquoi laisser à Wish l'opportunité de profiter du Black Friday et du Cyber Monday, qui représentent des pics d'activité pour le e-commerce ?

140 produits proposés à la vente se trouvaient ainsi dans le viseur du régulateur. Bien que Wish les aient dans un premier temps retirés de sa plateforme, Bercy constate qu'ils réapparaissent à intervalle régulier sous un autre nom. Avec le délai accordé, les consommateurs peuvent donc s'être retrouvés inutilement exposés à des produits dangereux.

Dans un communiqué, le site nie les accusations de Bercy et s'oppose à l'injonction :

"Wish se conforme toujours aux demandes de retrait de la DGCCRF et est, par conséquent, perplexe face à l'approche excessive à l'égard de cette question. Nous avons essayé à plusieurs reprises d'engager le dialogue de manière constructive avec la DGCCRF. Nous entamons maintenant un recours juridique pour contester ce que nous considérons comme une action illégale et disproportionnée menée par la DGCCRF."

Quoiqu'il en soit, si Wish ne change pas ses pratiques, Bercy le menace d'ordonner sa disparition pure et simple (en pratique) du web français. Encore faudrait-il que le ministère soit écouté...

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 27/11/2021 à 18:22
Signaler
Ben voilà, seul Qwant s'est exécuté. Ben oui Qwant majoritairement français, s'est voulu bon élève comme toujours avec toute la clique de Macron. Ce sont de touts petits bras qui ridiculisent la France et les français systématiquement. Ca ne fait mêm...

à écrit le 27/11/2021 à 10:07
Signaler
Faiblesse désastreuse des États face aux propriétaires de capitaux et d'outils de production, ils peuvent obéir mais ils ne peuvent pas ordonner. Pitoyable à quoi ça sert de se soumettre aux États ? Autant que les privés dirigent directement le pays ...

à écrit le 27/11/2021 à 8:42
Signaler
Je vois bien lemaire et l'autre ectoplasme oh, taper sur la table. Ca doit trembler sec. On se marre, vivement 2022.

à écrit le 26/11/2021 à 23:36
Signaler
Drôle de façon de pratiquer ,on espère qu'il y aura un contrôle derrière tout cela et que ce n'est pas des lobbies à la manœuvre . Car de la merde ,tout le monde en fait pour avoir des prix bas ,voir les grandes enseignes de bricolage ...

à écrit le 26/11/2021 à 19:53
Signaler
he ben ils creeront un site wih2 ou wish totto, et le resultat sera le meme

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.