Wish, le "Amazon" du discount, déçoit pour son entrée en Bourse

Lancé en 2010, le site de vente en ligne spécialisé dans les bas prix s'est introduit à Wall Street mercredi. Wish a vu son titre perdre plus de 15% de son prix d'introduction dès le premier jour, se valorisant 14,32 milliards de dollars (environ 11,74 millions d'euros). La plateforme californienne est tout de même parvenue à lever 1,1 milliard de dollars.
Anaïs Cherif

3 mn

(Crédits : Wish)

Une entrée en Bourse discrète. Wish, plateforme de e-commerce spécialisée dans les produits à prix cassés, a été introduite au Nasdaq mercredi par sa maison-mère ContextLogic. Alors que son prix d'introduction était de 24 dollars, l'action a ouvert 5,2% en dessous. A la clôture, le titre avait perdu plus de 15% pour tomber à 20,05 dollars.

En cause : Wish a commencé à s'échanger mercredi sur le marché peu après la publication d'un indicateur décevant sur les ventes de détails aux Etats-Unis en novembre, qui a un peu déprimé les indices, rapporte l'AFP. L'entreprise, qui dépend largement des chaînes de production en Chine, a également averti les investisseurs des risques liés aux tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, rapporte le Financial Times.

Pour une entrée en Bourse de cette envergure, il est assez rare qu'une société se négocie en dessous de son prix d'introduction dès le premier jour. Avant l'arrivée de Wish à Wall Street, seules 13 des 85 introductions en Bourse cotées aux États-Unis d'une valeur de 10 milliards de dollars ou plus ont baissé dès le premier jour, selon les données de la plateforme Dealogic dévoilées par le Wall Street Journal.

Lire aussi : Airbnb casse la baraque à Wall Street en atteignant 100 milliards de dollars de valorisation

Une valorisation de 14,32 milliards de dollars

Si le groupe américain est valorisé 14,32 milliards de dollars suite à cette entrée en Bourse, il aurait initialement visé une capitalisation entre 25 et 30 milliards de dollars, rapportait le Financial Times fin novembre. Ses débuts à Wall Street, qui lui permettent de lever 1,1 milliard de dollars d'argent frais, contrastent avec les récents succès des pépites de la tech.

La semaine dernière, Airbnb a été valorisé environ 100 milliards de dollars lors de son entrée en Bourse, avec une action à 144,71 dollars à la fin de la première journée - en hausse de 113% par rapport à son prix d'introduction. Même entrée fracassante pour DoorDash. Le service de livraison de repas s'est également introduit en Bourse la semaine dernière, en se valorisant aux alentours de 39 milliards de dollars, avec un titre en hausse de 85% après son premier jour sur le marché.

Lire aussi : Introductions en Bourse : très bon cru 2020 pour la tech malgré la crise

Wish, toujours déficitaire

Créée en 2010 par Peter Szulczewski, un ancien de Google, la pépite californienne était valorisée à 11,2 milliards de dollars lors de son dernier tour de financement en 2019. Sa recette : vendre en ligne des produits à prix discount. En raison du Covid-19, la plateforme de vente en ligne a vu son activité dopée.

Wish a réalisé un chiffre d'affaires de 1,75 milliard de dollars sur les neuf premiers mois de l'année -soit une hausse de 32% sur un an- et revendique désormais plus de 100 millions utilisateurs actifs. Le site dit également travailler avec plus de 500.000 revendeurs dans le monde, et dit avoir distribué 640 millions d'articles pendant les douze mois se terminant au 30 septembre, dans plus de 100 pays.

Mais ses récentes performances sont encore insuffisantes pour assurer sa rentabilité. Wish a creusé ses pertes à 176 millions de dollars sur les neuf premiers mois de l'année, contre 5 millions sur la même période en 2019 ! D'autant plus que ses pratiques interrogent. En France, Wish a été mis en cause fin novembre par le service de la répression des fraudes pour des réductions de prix "trompeuses" et des produits d'appel pas réellement disponibles. Le dossier a été transmis au parquet de Paris afin de poursuivre l'enquête.

Lire aussi : Palantir, Slack, Spotify... Pourquoi les sociétés tech optent pour une cotation directe

Anaïs Cherif

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 18/12/2020 à 22:07
Signaler
Bonjour, Super article merci à vous, cependant petite erreur de conversion dollars/euros à la ligne 3.

à écrit le 18/12/2020 à 8:58
Signaler
Disons que dans les bas prix difficile de faire mieux que les chinois hein... Il serait temps de tourner la page.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.