Twitter confirme sa rentabilité et gagne des utilisateurs

 |   |  639  mots
Twitter revendique désormais 152 millions d'utilisateurs quotidiens monétisables
Twitter revendique désormais 152 millions d'utilisateurs quotidiens "monétisables" (Crédits : Dado Ruvic)
Longtemps resté dans le rouge, Twitter est rentable pour la deuxième année consécutive. Le site de micro-blogging revendique désormais 152 millions d'utilisateurs quotidiens dans le monde (+21%). Il récolte les fruits d'une stratégie déployée depuis 2016, visant à lutter contre les faux comptes et les fausses informations.

Twitter poursuit sa mue. Pour la deuxième année consécutive, le site de micro-blogging est rentable. En 2019, il a enregistré un chiffre d'affaires de 3,5 milliards de dollars (+14% sur un an) pour un bénéfice net de 1,5 milliard de dollars (+21%), selon ses résultats financiers annuels publiés jeudi. Et pour la première fois depuis sa création en 2006, le réseau social a dégagé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur à un milliard de dollars sur les trois derniers mois de l'année. A Wall Street, l'action bondissait jeudi de 6% dans les échanges en avant-Bourse.

"2019 a été une grande année pour Twitter", s'est félicité le Pdg et cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Il s'est également montré très confiant pour 2020. Car le réseau social continue de séduire les utilisateurs. Twitter revendique désormais 152 millions d'utilisateurs quotidiens "monétisables" (+21%). Cette métrique, propre au groupe de Jack Dorsey, désigne les utilisateurs considérés comme pouvant être exposés à de la publicité sur sa plateforme. A l'instar de Facebook, plus grand réseau social au monde, la publicité est au cœur du business model de Twitter.

La stratégie payante "d'assainissement" de la plateforme

Le réseau social ayant été très longtemps dans le rouge, Twitter s'est donné pour mission depuis 2016 de remodeler son mode de fonctionnement. Le but : "assainir" sa plateforme pour conquérir de nouveaux utilisateurs. En effet, depuis son lancement, la plateforme a régulièrement était accusée de favoriser le cyber-harcèlement et d'attirer les "trolls" (ces fameux comptes qui commentent systématiquement les publications de façon ironique ou haineuse).

Cela s'explique par son ADN : Twitter mise sur des messages ultra-courts ne permettant pas de développer sa pensée - quelques centaines de signes seulement - et la viralité est favorisée par le "retweet", qui permet de republier un message sur son compte en un clic. Un fléau qui nuisait à son business model, puisque les annonceurs devenaient frileux.

Pour se rendre à nouveau désirable aux yeux des marques, Twitter a lancé depuis plusieurs années des grandes campagnes de suppression de faux comptes - quitte à perdre des utilisateurs. Courant 2019, Jack Dorsey a annoncé que a plateforme n'accepterait plus aucune publicité à caractère politique, contrairement à Facebook. Le site de micro-blogging a également dévoilé mercredi de nouvelles règles de modération. L'objectif : réduire la propagation des contenus manipulés et des fausses informations, dont les deepfake - ces "fausses vidéos" réalisées grâce à de l'intelligence artificielle qui reproduit les voix de personnes existantes.

"Les informations trompeuses sont sans doute le plus grand défi de notre industrie", a commenté Jack Dorsey. "Cela sera au centre de notre attention."

+20% de recrutements promis en 2020

Depuis août, Twitter a également déployé une nouvelle fonctionnalité pour favoriser les "conversations saines" : permettre aux utilisateurs de suivre des "centres d'intérêts". Jusqu'ici, il était uniquement possible de suivre des comptes d'internautes. Désormais, il est possible de consulter l'intégralité des tweets se référant à une équipe sportive par exemple. Par extension, il sera aussi possible de masquer certains sujets pour éviter, par exemple, de se faire spoiler la fin de sa série préférée.

Lire aussi : Pourquoi Twitter mise sur les "centres d'intérêts"

Pour 2020, Jack Dorsey a réitéré les mêmes objectifs que ceux fixés en 2019 : "augmenter la vitesse de développement et de la confiance" envers la plateforme, en favorisant "la conversation publique saine" pour in fine "augmenter la durabilité des revenus". Dans cette optique là, Twitter dit vouloir gonfler ses effectifs de 20% cette année. Soit environ 960 employés pour le groupe qui comptait 4.800 salariés fin 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2020 à 14:36 :
Cela fait plaisir de voir que ce que je lui conseillais il y a dix ans est mis en application et fonctionne... :-)

Le facho et sa haine viscérale sont certes amusant un moment, "spectaculaire" mais vites lassant.

Bon, impossible non plus de ne pas prendre en compte le sérieux coup de pouce de Trump et de ses déclarations tonitruantes reprises par tous les médias du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :