La NSA forcée à suspendre sa collecte des données téléphoniques

 |   |  440  mots
Nous ne devons pas rendre les outils qui nous permettent d'assurer notre sécurité. Ce serait irresponsable., adéclaré Barack Obama.
"Nous ne devons pas rendre les outils qui nous permettent d'assurer notre sécurité. Ce serait irresponsable.", adéclaré Barack Obama. (Crédits : Reuters)
Le Sénat américain n'est pas parvenu à trouver un accord pour éviter l'expiration du programme de collecte des données téléphoniques par la NSA. La Maison Blanche dénonce une manœuvre irresponsable du Républicain libertaire Rand Paul.

Un camouflet pour la NSA. Le Sénat américain n'a pas réussi à trouver un accord pour prolonger la section 215 du Patriot Act. Concrètement, il n'a ainsi pas pu éviter l'expiration -provisoire-du programme controversé de collecte des données téléphoniques par la NSA.

La Maison Blanche avait prévenu cette semaine que tous les serveurs de l'Agence nationale de la sécurité collectant les métadonnées des appels téléphoniques américains (horaires, durées, numéro appelé) cesseraient de fonctionner à 00h01 locales (04h01 GMT) dimanche si le Sénat ne prolongeait pas l'autorité légale du programme. Prévoyant ce blocage, la NSA avait déjà anticipé et commencé à démanteler  son programme.

"Les terroristes ne vont pas d'arrêter de comploter après minuit"

La Maison Blanche a qualifié d'"irresponsable" l'expiration de la collecte des données téléphoniques: "Nous appelons le Sénat à s'assurer que cette absence d'autorisation soit aussi courte que possible."

Une déclaration qui fait écho à celle de Barack Obama, samedi 30 mai,  "Les terroristes ne vont pas s'arrêter de comploter contre nous après minuit demain. Nous ne devons pas rendre les outils qui nous permettent d'assurer notre sécurité."

Le libertarien Rand Paul à l'origine du blocage

De son côté, le sénateur Richard Burr, président de la commission du renseignement du Sénat a fait part de son indignation : "les employés de la NSA qui consultaient la base de données ne pourront plus le faire, tout cela grâce au sénateur Rand Paul" , a-t-il déclaré à l'AFP.

Le sénateur Rand Paul, républicain libertaire et candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle 2016, a eu recours à une procédure législative pour bloquer  le texte. Il s'est félicité que "le Patriot Act expire ce soir". La fin du programme de la NSA de collecte des données téléphoniques est un pilier de sa campagne présidentielle.

"Ce soir nous avons stoppé la collecte illégale de données par la NSA. Ceci est une victoire. Elle aura une courte durée, mais j'espère qu'elle donnera lieu à un débat solide."

Un déblocage pourrait intervenir rapidement

La victoire de Rand Paul risque d'être de courte durée puisque le Sénat va continuer cette semaine à examiner le texte bloqué. Un grand nombre de sénateurs, républicains et démocrates ont manifesté leur soutien au texte.

Le vote final, qui devrait survenir dans le courant de la semaine, pourrait ainsi ouvrir la voie à un rétablissement de l'autorité légale de la collecte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2015 à 8:58 :
Mais noon !…. et pourquoi ? dommage…. peut-être que Obama veut se concentrer désormais au forcing pour élire Poroshenko prix Nobel de la Paix, il l'a tellement demandé pour cela. Ben bon, après que BHO a reçu lui-même la noble distinction – et aussi l'Union Européenne (!!) – alors pourquoi pas Poroshenko, Yats, le Califat…. ?
Réponse de le 01/06/2015 à 10:06 :
Et BHL l'entartré cathodique à Namur ce WE, une belle actualité, pas mal non plus, non ..?
Réponse de le 01/06/2015 à 11:13 :
je ne comprend pas tellement le choix de sujets de la rédaction LT, dans une même édition on voit 2 ou 3 articles sur un même sujet de moindre importance et on ne pipe pas mot sur d'autres qui nous intéresse bien plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :