Le "cycle du hype" ou la vie cahotique des innovations

 |   |  1331  mots
De la découverte enthousiaste d'une nouvelle technologie à son adoption par le grand public, chaque innovation passe par une série d'étapes appelées le cycle du hype.
De la découverte enthousiaste d'une nouvelle technologie à son adoption par le grand public, chaque innovation passe par une série d'étapes appelées "le cycle du hype". (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
De la création d’une technologie à son adoption par le grand public, chaque innovation de rupture passe par une série d’étapes que l’institut Gartner appelle le "cycle du hype" ou courbe d’adoption. Où en sont aujourd’hui les technologies les plus prometteuses comme la réalité virtuelle et augmentée, l’impression 3D, l’informatique quantique, les robots intelligents, la blockchain ou encore les véhicules autonomes ?

La vie d'une technologie n'est pas un long fleuve tranquille. Entre le moment où le grand public apprend l'existence d'une innovation potentiellement révolutionnaire (comme la poussière intelligente, l'impression 4D ou encore l'ordinateur quantique actuellement), et celui où elles deviennent mâtures, profitables et accessibles à un large public, il se passe souvent des années, voire des décennies.

La réalité virtuelle, par exemple, est longtemps restée dans la catégorie des fantasmes de science-fiction. Même après la création du premier casque, par l'ingénieur Daniel Vickers dans les années 1970, il a fallu attendre que l'industrie du jeu vidéo s'en empare dans les années 1990 (la Séga VR) pour que le grand public prenne conscience de son potentiel, sans toutefois l'adopter en raison de multiples freins, autant culturels que techniques. Ce n'est qu'aujourd'hui, en 2016, avec l'Oculus Rift et l'HTC Vive, que les casques de réalité virtuelle commencent à se démocratiser. Selon les experts, il faudra encore attendre au moins cinq ans avant de toucher vraiment le grand public.

Cet exemple montre que pour s'imposer, non seulement une technologie doit être mature, mais elle doit aussi être en phase avec son époque et rencontrer un marché. Voilà pourquoi, malgré les progrès techniques, les imprimantes 3D ou les robots de compagnie n'ont pas encore envahi nos maisons.

De la découverte enthousiaste à l'adoption, en passant par l'euphorie et la désillusion

Cette longue épopée a été théorisée en 2005 par les experts de Gartner sous le nom de "cycle du hype". Depuis, l'institut publie tous les ans une mise à jour, qui a été révélée mardi 16 août. Ce cycle prend la forme une courbe similaire à une montagne russe, sur laquelle se placent toutes les technologies émergentes en fonction de leur degré de maturité. Selon Gartner, chaque innovation passe, si elle survit, par quatre ou cinq étapes clés. Ce sont les stades de la "hype", qui correspondent à sa popularité, c'est-à-dire à sa perception par le public et par les experts.

Cycle du Hype 2016

Enthousiasme autour de la poussière intelligente, de l'impression 4D ou de l'ordinateur quantique

La première étape, intitulée "innovation trigger" ou déclencheur de l'innovation, correspond au stade de la découverte enthousiaste. L'apparition d'une innovation de rupture ou la combinaison de plusieurs avancées scientifiques déclenchent l'intérêt des médias et de certains groupes industriels. Des études de faisabilité (proof-of-concept) et des projets plus ou moins futuristes donnent une idée de son potentiel. A ce stade, il n'existe souvent aucun produit sur le marché. Les experts doutent même de sa viabilité économique.

En 2016, c'est le cas pour l'ordinateur quantique -qui promet de démultiplier la puissance de calcul des machines- de l'impression 4D -pour créer des objets intelligents avec des nano-technologies-, de la poussière intelligente -des systèmes micro-électromécaniques qui peuvent mesurer des données aujourd'hui inaccessibles-, de l'homme augmenté ou encore des machines dotées d'une intelligence artificielle générale, capables de penser comme un être humain.

Dans le meilleur de cas, il faudra attendre au moins cinq à dix ans avant que la technologie arrive à maturité. Souvent, beaucoup plus. L'informatique quantique, par exemple, figurait déjà dans cette catégorie en 2005, année du premier "cycle du hype" de Gartner. En onze ans, la recherche a progressé, des expériences ont été menées et des multinationales comme Google et IBM y ont investi beaucoup d'argent, mais l'informatique quantique n'est pas encore passée au stade supérieur. A l'inverse, la réalité augmentée, qui faisait aussi partie des technologies futuristes en 2005, commence à atteindre le grand public, comme le prouve le succès phénoménal, depuis un mois, du jeu Pokemon Go.

Attentes démesurées autour de la blockchain, de la maison connectée et des véhicules autonomes

Inévitablement, les premières expériences finissent, tôt ou tard, par accoucher de quelques succès concrets. De quoi donner un avant-goût de la révolution à venir. Il n'y a pas encore de véritable marché, les entreprises ne sont pas rentables, mais un futur se dessine pour ces technologies. Evidemment, ces premiers succès sont largement relayés par les médias, ce qui déclenche une vague d'euphorie, à la fois de la part du grand public et des acteurs industriels. C'est le "pic d'attentes démesurées", selon Gartner.

La blockchain est aujourd'hui dans ce cas de figure. Cette technologie, utilisée par la crypto-monnaie bitcoin, promet de révolutionner les transactions sur internet en évitant tout intermédiaire et en garantissant leur sécurité. De quoi bouleverser le monde bancaire, les acteurs de la santé, de l'assurance, de l'immobilier, de l'éducation... Flairant le jackpot, de nombreuses startups se lancent avec des ambitions folles. Slock.it, par exemple, voudrait "ubériser" Airbnb en installant dans le verrou des appartements un "smart contract", un contrat intelligent qui générerait son ouverture et la transaction financière. D'autres travaillent sur le vote électronique via la blockchain, pour le rendre totalement sûr.  Et ainsi de suite.

Les véhicules autonomes suscitent aussi en ce moment des attentes énormes. D'après un rapport du Boston Consulting Group, leur avènement pourrait faire disparaître la congestion automobile en ville et réduire la pollution de 80%. Google, Apple et les constructeurs automobiles investissent des milliards, tout en étant conscients que le jour où ces engins totalement automatisés se feront une place dans nos villes n'est pas encore venu.

Enfin, le succès de Withings, Netatmo et quelques autres startups de la maison intelligente laisse aussi entrevoir un futur dans lequel tous les logements seront dotés d'objets connectés qui "discuteront" entre eux. Les solutions domotiques se multiplient, les géants du Net Apple, Google et Amazon se livrent une bataille sans merci pour dominer cet écosystème naissant, et une myriade d'objets connectés sont désormais disponibles jusque dans les supermarchés. Les constructeurs y croient, les prospectivistes aussi. Mais le grand-public ne se départit pas encore de sa méfiance envers des objets souvent chers et perçus comme des gadgets pour geeks peu sécurisés...

Désillusion puis retour en grâce pour la réalité virtuelle

Une fois que les premiers succès ont laissé entrevoir l'ampleur de la disruption à venir, reste à enfoncer le clou. Arrivent alors les problèmes. Souvent, la technologie n'est pas assez aboutie ou peine à devenir profitable. Le marché peut aussi ne pas être assez mâture, sans compter que les standards technologiques et réglementaires propices à son développement peuvent ne pas encore être fixés. La technologie entre alors dans la phase que Gartner appelle "through of disillusionment", ou tunnel de la désillusion. Une période plus ou moins longue pendant laquelle la technologie disparaît quelque peu des radars, avant de revenir sur le devant de la scène et d'entrer dans la phase dite de "slope of enlightement" (pente de l'illumination), une sorte de retour en grâce où toutes les conditions du succès sont enfin réunies.

Ces deux dernières années, la réalité virtuelle a effectué cette transition délicate. Après des années d'attentes déçues, elle trouve enfin des usages concrets dans le jeu vidéo et rencontre la demande du public. Lorsque les constructeurs auront vraiment investi le marché, la réalité virtuelle entrera dans la dernière phase du "cycle du hype", intitulé le "plateau de productivité", qui marquera son adoption massive par le grand public.

Bien sûr, certaines innovations de rupture ne suivent pas à la lettre cette courbe d'adoption. Le smartphone, par exemple, s'est imposé très rapidement suite au lancement de l'iPhone d'Apple, en 2007, sans passer par la case des attentes démesurées ni par celle de la désillusion. Une exception qui confirme la règle.

Cycle Hype 2015

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2016 à 18:05 :
Sylvain, on écrit "chaotique" et non "cahotique".
a écrit le 18/08/2016 à 13:36 :
Attends. Je demande a mon INDISPENDSABLE I-watch ce quelle en pense....
a écrit le 18/08/2016 à 12:58 :
"Mais le grand-public ne se départit pas encore de sa méfiance envers des objets souvent chers et perçus comme des gadgets peu sécurisés..." : comme quoi le grand-public est peut-être moins c.. gogo qu'on ne le pense : les objets connectés n'ont AUCUNE sécurité d'aucune sorte !
a écrit le 18/08/2016 à 9:43 :
Le problème des évolutions majeurs telles la maitrise de la physique quantique, la compréhension de l'ADN et la nanotechnologie c'est qu'elles ne peuvent pas être amorties par des demis voir des fausses innovations lancées en grandes pompes par les médias et multinationales mais au final n'apportant pas grand chose de révolutionnaire au consommateur je pense à L'IA et les objets connectés par exemple.

Du coup ces premières, que l'on peut nommer sciences fondamentales car lorsqu'elles seront maitrisées seront une véritable évolution majeure dans l'histoire de l'humanité, peinent à se développer par manque de financement et nous nous retrouvons avec des fausses évolutions sur le marché afin de nourrir cette désastreuse marge bénéficiaire de l'actionnaire.

D'avoir confié l'évolution scientifique, technique et technologique au privé ralenti énormément leurs évolutions au nom du seul stupide et aliénant appât du gain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :