Le jeu vidéo tire la sonnette d'alarme... et demande de l'argent

Les députés Patrice Martin-Lalande (UMP) et Vincent Feltesse (PS), demandent une augmentation des dispositifs publics destinés au secteur. En quelques années, l'industrie a perdu la moitié de ses effectifs. Elle n'emploie plus que 5.000 personnes en France.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Nexon corporation)

Qu'elle est loin la « french touch » du jeu vidéo, quand à la fin des années 90 des éditeurs comme Infogrames ou Kalisto faisaient la une des journaux. En quelques années, l'emploi dans le secteur a été divisé par deux. Les 250 PME françaises - dont la plus connue reste Ubisoft - ne font plus travailler que 5.000 personnes, et la situation n'est guère réjouissante en ce début d'année. Le syndicat national du jeu vidéo (SNJV) indique que le secteur a déjà enregistré 10 dépôts de bilan depuis janvier.

Mobilisation des parlementaires

Cette conjoncture difficile n'a pas laissé de marbre les parlementaires. Deux députés - Patrice Martin-Lalande (UMP), soutien historique des industriels du jeu, Vincent Feltesse (PS) et deux sénateurs André Gattolin (Verts) et Catherine Morin-Desailly (UDI) ont tiré la sonnette d'alarme, rameutant mercredi matin d'autres parlementaires - les députés Christian Kert (UMP), Franck Riester (UMP), Lionel Tardy (UMP), Julien Aubert (UMP) et Anne-Yvonne Le Dain (PS) - pour les sensibiliser sur la situation. Les quatre parlementaires demandent l'amélioration d'un dispositif existant, le crédit d'impôt jeu vidéo et « la création d'un fonds jeu vidéo dans le cadre de la banque publique d'investissement ». Une mission parlementaire commence jeudi.

Augmentation des dispositifs

Le député Vincent Feltesse a précisé : « Cette mission parlementaire aura comme travail d'évaluer l'utilisation de l'argent public [utilisé par le secteur]. Ainsi, les dispositifs publics coûtent 12 millions d'euros par an, une somme qui comprend le crédit d'impôt jeu vidéos et les dépenses du Centre national du cinéma. Nous voulons atteindre une enveloppe de 50 millions d'euros, en identifiant les structures publiques ou les dispositifs qui pourraient aider le secteur, comme la BPI, le CNC, le crédit d'impôt etc. ».

Lancé en 2003 par Patrice Martin-Lalande, le crédit d'impôt jeu vidéo est entré en vigueur en 2008. « Il concerne 20% de la masse salariale et un tiers de projets. Au Canada, ces crédits d'impôts sont calculés sur 37% de la masse salariale et bénéficient à 100% des projets », a précisé Nicolas Gaume, président du syndicat des jeux vidéos. Ce dernier est d'ailleurs bien placé pour témoigner des difficultés de l'industrie, sa société Mimesis venant de déposer le bilan, après un désistement de dernière minute de ses investisseurs. Ainsi, le patron de l'association, qui fonda à l'époque Kalisto, souhaiterait que le secteur bénéficie d'un fonds de 60 à 70 millions d'euros (financés par de l'argent public et privé), et qui serait placé sous l'égide de la BPI.

Evolution du crédit d'impôt

Patrice Martin-Lalande est le premier à assurer que le dispositif qu'il a créé doit évolué. « Il n'y a pas que le taux à faire évoluer. Il faut aussi que le crédit d'impôt permette de prendre en compte les nouvelles dépenses, et couvre la réalité des charges. Le Royaume Uni est en train de faire passer à un dispositif à 25% », a indiqué Patrice Martin-Lalande. De fait, le modèle économique du jeu vidéo a beaucoup évolué ces dernières années. Si le coût de développement de certains jeux a beaucoup baissé, avec l'avènement du mobile et des jeux en ligne sur les réseaux sociaux, les éditeurs doivent y consacrer des dépenses supplémentaires pour financer à plus long terme, des mise à jour.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 58
à écrit le 22/03/2013 à 16:31
Signaler
Pour tous ceux qui ont des idées reçu sur les jeux vidéos : le joueur moyen a 32 ans, il a un bac+2 et gagne 1800e en moyenne (étude gfk). On est loin de l'ado chômeur dépressif. J'ai personnellement apris mes premières otions d'anglais en jouant a Z...

à écrit le 22/02/2013 à 14:29
Signaler
Ce n'est pas en ponctionnant les pauvres contribuables qu'ils deviendront plus inventifs et competitfs !

à écrit le 21/02/2013 à 19:18
Signaler
Ils maquent d'idée brigade PS contre la brigade UMP ... et la brigade FN ....avec le sauveteur Magic ' Mélanchon 1er .... bref un nouveau jeux !

à écrit le 21/02/2013 à 17:45
Signaler
l'industrie des loisirs est une industrie a forte valeur ajoutée.Laissons l'industrie lourde peu profitable aux indiens et aux chinois.Dévellopons l'industrie du cinéma,du sport spectacle et des jeux video..Comme le dit karine Berger,économiste star ...

le 21/02/2013 à 19:21
Signaler
et pour se chauffer ...http://yvonne92110.centerblog.net/1298-feu-de-cheminee

à écrit le 21/02/2013 à 17:36
Signaler
Il y a sans doute mieux à faire actuellement qu'à soutenir cette activité, qui n'est pas indispensable à la survie de la France

le 21/02/2013 à 18:14
Signaler
Aucune forme d'art n'est indispensable à la survie d'un pays... Le cinéma n'est pas vital. La musique non plus... La grande cuisine encore moins puisque, pour survivre, il suffit de se nourrir... Mais, heureusement, j'espère que la France accorde enc...

à écrit le 21/02/2013 à 16:51
Signaler
soyons sérieux! ce n'est pas en subventionnant avec l'argent que l'on prend à d'autres un secteur en perte de vitesse que l'on crée une industrie forte; que chacun fasse son métier y compris l'Etat qui actuellement se mèle de tout en cassant ce qui m...

à écrit le 21/02/2013 à 15:44
Signaler
Manquerait plus que ça ? Et pourquoi ne pas soutenir aussi les fabricants de pipes de Saint Claude, (ou de Mme Claude d'ailleurs) autre moyen d'expression culturelle. Moins fumeux que les jeux videos décérébrants.

à écrit le 21/02/2013 à 15:30
Signaler
Le cinéma français s'exporte, consultez les chiffres avant de dire n'importe quoi ! en outre, les exportateurs cinéma disposent de beaucoup moins de soutien public que l'industrie du jeu vidéo. Idem, vérifiez vos chiffres avant vos commentaires pouja...

le 21/02/2013 à 17:23
Signaler
Le cinéma français s'exporte PEU et ça personne ne peut le nier. Vous dites que les exportateurs du cinéma disposent de moins de moyens que l'industrie du jeu vidéo et c'est tout à fait logique puisqu'un jeu vidéo français n'a pour ainsi dire pas de ...

à écrit le 21/02/2013 à 15:21
Signaler
Arrêtons de tirer sur l'ambulance!! Il n'y a plus de fric dans les caisses!! Les sociétés de jeux vidéo devaient gérer leur capital et leur trésorerie comme toute entreprise. Encore une fois ce n'est pas le rôle de l'Etat de financer telle ou telle b...

à écrit le 21/02/2013 à 14:33
Signaler
Les jeux vidéo, c'est certainement un secteur d'avenir : cela correspond à l?orientation vers le divertissement numérique des trentenaires d'aujourd'hui ; c'est du travail tertiaire créatif, à valeur ajoutée et écologiquement compatible qu'il faut co...

à écrit le 21/02/2013 à 14:01
Signaler
De l'aide publique pour business défaillants, c'est d'une logique imparable! Le secteur du jeu vidéo n'a cessé de délocaliser sa production dans les pays de l'Est pour le "gros oeuvre" et au Canada pour les "finitions" bien que parfois ces dernières...

à écrit le 21/02/2013 à 13:35
Signaler
Le jeux video a dépassé le cinéma en terme de chiffre d'affaire, et c'est un vrai vecteur d''influence culturelle. Vu ce qu'on dépense pour aider le cinéma, ça me semble logique de se pencher aussi sur la question. Par contre effectivement, Kalisto n...

à écrit le 21/02/2013 à 13:22
Signaler
Comme en ex urss, les impôts font marcher les entreprises nationales ??

à écrit le 21/02/2013 à 12:48
Signaler
J'ai transmis votre article à ma nièce qui travaille pour Rovio.

à écrit le 21/02/2013 à 12:14
Signaler
Comme d'habitude, mutualisation des pertes !!! et le partage des profits ???

à écrit le 21/02/2013 à 12:01
Signaler
Nicolas Gaume a quand même un culot dingue de sous entendre que le désistement d'investisseurs est responsable de la chute de sa boîte. Il oublie de dire que des investisseurs il en a déjà eu plein (Niel, Artemis, ... ) à qui il a simplement menti (...

à écrit le 21/02/2013 à 11:29
Signaler
encore des aides ? , si ils avaient pas tout misé avec les protections par internet pour lutter contre la vente d'ocass , ils en vendraient encore des jeux , maintenant ils sont en pleine crise et ils pleurent , depuis les protections par internet j'...

à écrit le 21/02/2013 à 11:25
Signaler
Vite le biberon de subventions publiques, la France ne connait que ca !

à écrit le 21/02/2013 à 11:07
Signaler
après les salles de jeux; des salles de shoot pour toutes ces pseudos sociétés shootées à l'argent publiques....A force de taxer de plus en plus ceux qui ne bénéficient pas de toutes ces subventions; ils partiront de ce pays ou alors se mettront eux ...

à écrit le 21/02/2013 à 10:49
Signaler
Et voter contre la loi factice de séparation des banques, vous ne croyez pas, chers députés, que cela aurait été plus visionnaire ? J'ai comme l'impression qu'un discrédit absolu est en train se s'établir vis-à-vis de vote démarche. Continuez à vous ...

à écrit le 21/02/2013 à 10:40
Signaler
pour moi le jeu vidéo ! j'y connais rien mais de ce que je lis sur les forums ..c'est " y fo qu'sa sois gratuit " des mods à gogo mis en lignes par les "geekdunet" sur une base payante ( mais bon !! 2/3 euros en fait !!! ) les gens achètent un pc et...

à écrit le 21/02/2013 à 10:14
Signaler
Mes suggestions en vrac (1) un fonds d'amorçage pour start-ups du Jeu Vidéo, dès le premier jour d'activité (2) augmenter l'enveloppe des projets des dépenses de vie personnelles de fondateurs ne se payant pas de salaire (3) Donner accès aux exonérat...

à écrit le 21/02/2013 à 10:13
Signaler
Nous voulons atteindre une enveloppe de 50 millions d'euros, en identifiant les structures publiques ou les dispositifs qui pourraient aider le secteur, comme la BPI En outre la BPI va avoir besoin de jeux vidéo pour occuper Ségolène

à écrit le 21/02/2013 à 10:10
Signaler
Tout le monde a plus ou moins besoin d aide, certes. Mais de là a subventionner la création de jeu pour ados chômeurs je trouve qu il y a plus urgent et plus créateur de richesses, à faire

le 21/02/2013 à 14:10
Signaler
Certains diront qu'il vaut mieux des jeunes branchés sur des jeux vidéos qu'en train de casser des voitures (comme si c'était une nécessité comme un travail) mais vu le prix des jeux vidéo et la montée de la lutte anti-piratage par le tout connecté, ...

le 21/02/2013 à 14:29
Signaler
jeux vidéo = ado chômeurs ?? Quel raccourci navrant... Il y a bien le CNC pour le cinéma, alors que le leu vidéo génère plus de chiffres... Et, justement, lorsque l'on voit les enjeux économiques et le nombre d'emplois, je crois que l'on peut réellem...

le 21/02/2013 à 14:56
Signaler
@KaeRZed Le CNC c'est la béquille d'un cinéma français qui ne s'exporte pas et qui ne satisfait qu'une élite de la population française. Ce n'est pas d'un CNC du jeu vidéo que nous avons besoin mais d'un business EFFICACE donc RENTABLE. Il y a 20 an...

le 21/02/2013 à 15:25
Signaler
@CRC232 : Ceux qui, il y a 20 ans, accusaient les jeux vidéos de provoquer l'épilepsie sont désormais ceux qui prétendent que les FPS génèrent des tueurs en série... Je suis curieux de savoir quel sera le prochain fléau reproché aux Jeux vidéo... De ...

le 21/02/2013 à 16:54
Signaler
@KaeRZed C'est votre gagne pain, quoi de plus normal de le défendre! Néanmoins il n'y a que les secteurs à prétention culturelles (en résumé l'industrie, la bancassurance, le commerce, etc sont destinés aux idiots) qui ne cessent de faire l'aumône p...

le 21/02/2013 à 18:16
Signaler
Tout va bien pour moi, je vous remercie. Je parle de ma profession, pas de mon nombril...

à écrit le 21/02/2013 à 9:29
Signaler
Délire de nos députés qui demandent des subventions du secteur public pour financer des jeux! Je me pince, ouille! je suis bien éveillé, je n'arrive pas à y croire... que nos jeunes lisent Bergounioux plutôt que de passer leurs temps à des bêtises..

le 21/02/2013 à 10:32
Signaler
pourquoi venez-vous sur ce site si vous ne comprenez rien à l'économie, avec votre point de vue de grand père? Je préfère qu'on injecte de l'argent dans ce secteur que dans des entreprises destinées à la faillite (acier...)

le 21/02/2013 à 10:37
Signaler
Le but n'est pas de "financer des jeux" comme vous dites, mais de financer un industrie qui emploie encore 5000 personnes en France. Avec le meme genre de raisonnement, on devrait laisser tomber l'automobile, parce que bon, "financer des tutures" voi...

le 21/02/2013 à 11:07
Signaler
Parce que l'économie, c'est le sauvetage perpétuel des industries et autres secteurs en difficultés par de l'argent public distribué par des politicards en manque de reconnaissance alors que la dette ne cesse d'enfler.?.une industrie qui n'intérèsse ...

le 21/02/2013 à 13:30
Signaler
On estime qu'en 2015, le CA mondial généré par l'industrie du jeux vidéo devrait dépasser 60milliards d'euros. Avec de tels chiffres, ca fait bien longtemps que les jeux ont dépassés l'industrie de la musique et celle du cinéma en terme de recettes. ...

à écrit le 21/02/2013 à 9:28
Signaler
C est pas complique parmis les 3 leader du secteur 2 sont a fond Francais:Vivendi qui detient Activision-Blizzard et Ubisoft, nous les ecoles "multimedia" parmis les meilleurs au monde (les gobelins a Paris par exemple....) Probleme le seul developpe...

le 21/02/2013 à 10:31
Signaler
Activision n'a rien de français. Il est juste détenu majoritairement par Vivendi (qui d'ailleurs envisage de le vendre) mais c'est une boite américaine qui n'emploi personne en dehors des US et certainement pas en France. Vous ne citez pas Gameloft q...

le 21/02/2013 à 10:54
Signaler
Activision est la poule aux oeufs d'or de Vivendi, il va surement pas le vendre, mais au contraire racheter le reste du capital

le 21/02/2013 à 10:58
Signaler
Activision a des studio en europe, tout comme blizzard cher ami.... et dans la mesure ou l actionnaire est Francais... C est une boite FRANCAISE..... Ne pas confondre studio de devellopement et nationnalite de l entreprise... On est bien d accord que...

le 21/02/2013 à 11:09
Signaler
C'est bien pour cela qu'ils veulent vendre (c'est Vivendi qui le dit, ils cherchent un acheteur) depuis un an ou deux, le groupe veut se recentrer sur ses métiers coeurs qui sont assez éloignés du jeux video. Activision a même proposé de racheter ses...

le 21/02/2013 à 11:30
Signaler
bah ou le probleme c est que hormis les 2 que nous avons cites aucun studio de dev s installe en France...... c est quand meme navrant..... mais c est pas le secteur ou la France forme des gens pour qu ils aillent travailler ailleur faute de debouche...

à écrit le 21/02/2013 à 9:22
Signaler
Ubisoft = PME ? il me semblait qu'il y avait plus de 249 employés chez Ubisoft.

le 21/02/2013 à 12:50
Signaler
UbiSoft, c'est le groupe familial Guillemot !

le 21/02/2013 à 13:44
Signaler
Ubisoft est une grande entreprise française qui joue en CAC, et effectivement on est plus proche de plusieurs milliers, voir dizaine, d'employés dans le monde. Les Guillemot c'est une famille Bretonne d'entrepreneur qui ont chacun créé et développé a...

à écrit le 21/02/2013 à 9:16
Signaler
Ils abusent avec leur subvention. En France, tout le monde vit avec des subventions de l'Etat. Il faut arrêter, sa entrave le bon fonctionnement de l'économie.

le 21/02/2013 à 15:49
Signaler
Parce que 10 dépôts de bilan en un mois, cela n'entrave pas le bon fonctionnement de l'économie ?!?

à écrit le 21/02/2013 à 8:06
Signaler
Choisirions nous de subventionner le jeu vidéo, la fibre optique etc et non pas le retour à la terre, la polyculture et le petit élevage, de toutes petites fermes bio qui seraient le moyen d'employer massivement les chômeurs dans une vie plus calme, ...

le 21/02/2013 à 10:27
Signaler
Ridicule votre commentaire! Vous vivez dans un monde de bisounours? c'est sur qu'en subventionnant le petit élevage et les petites fermes bio, la France va redevenir une grande puissance économique et un grand pays exportateur!

le 21/02/2013 à 10:29
Signaler
Et pourquoi ne plus rien subventionner du tout et laisser les entreprises s'adapter, mourir, et perser a nouveau? Quelle etrange manie de mettre sous perfusion dans organisations entieres, au risque qu'elles s'enfoncent dans l'immobilisme aux frais d...

le 21/02/2013 à 14:41
Signaler
@ "Et pourquoi" : jeux vidéo = FPS... De tels raisonnements, qui plus est venant d'un ingénieur informaticien, font froid dans le dos... Cela frise la désinformation aveugle... Le jeu vidéo étant un domaine d'avenir, mêlant savoir faire technologiqu...

à écrit le 21/02/2013 à 6:25
Signaler
Le fondateur de l'un des plus célèbres jeu vidéo français a généré le code seul, créé les graphiques et la musique seul et est même allé jusqu'à faire la jaquette. Mais c'était en 1990. Il aurait fallu que nous ayons ensuite des équipes pour faire le...

le 21/02/2013 à 8:45
Signaler
Vous êtes particulierement dur je trouve Un éditeur comme Ubi Soft a fait des choses originales qui ont cartonnés ( lapins cretins, assassin s creed...) et ont su racheter de bonnes licences porteurses ( red storm qui regroupe les jeux de la licence ...

le 21/02/2013 à 8:56
Signaler
@Bastien faut arreter de dire des c..... les plus grosses ventes actuelles en matiere de jeux video: Assassin Creed (jeux d aventure n est ce pas) est d un studio Francais Ubisoft, Metal Gear Solid, Gear Of Wars.... non le jeux d aventure n est pas h...

le 21/02/2013 à 15:21
Signaler
Je pense qu'il parle dès jeux d'aventure genre Point&Click qui représentent 90% des productions françaises. Je veux que les petites boîtes n'aient pas assez de main d'oeuvre pour sortir des jeux AAA mais il y a quand même un minimum si on espère vend...

le 21/02/2013 à 17:19
Signaler
En attendant lorsqu'on s'y connait on dit "graphismes" et non graphiques....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.