Italie : un journaliste europhobe, pro-Poutine, adepte des fake news nommé à la tête de la RAI

 |   |  698  mots
Marcello Foa, président désigné de la RAI, la société nationale de radiodiffusion publique italienne, quitte son siège à Rome, en Italie, le 1er août 2018. Selon les rapports, la commission de contrôle parlementaire de la RAI n'a pas approuvé la nomination.
Marcello Foa, président désigné de la RAI, la société nationale de radiodiffusion publique italienne, quitte son siège à Rome, en Italie, le 1er août 2018. Selon les rapports, la commission de contrôle parlementaire de la RAI n'a pas approuvé la nomination. (Crédits : EPA-EFE/MASSIMO PERCOSSI)
Le gouvernement italien a nommé à la direction de la RAI, c'est-à-dire tout l'audiovisuel (télés, radios..) public italien, Marcello Foa, un journaliste eurosceptique, souverainiste, anti-migrants, homophobe, pro-Poutine, travaillant régulièrement pour la chaîne TV de propagande russe Russia Today (RT), et qui est notoirement connu pour avoir publié des « fake news ». Un article de notre partenaire Euractiv.

Marcello Foa a été nommé président de la RAI, la radiotélévision d'État italienne, le 26 septembre. Sa candidature avait été présentée par le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, les partis de la coalition gouvernementale.

Le journaliste affiche des opinions polémiques dans nombre de domaines, comme les droits des homosexuels et des migrants, et travaille régulièrement pour la chaîne Russia Today (RT), financée par le Kremlin.

Sa nomination a été retardée à cause de l'opposition du parti de Silvio Berlusconi, Forza Italia. Après des discussions avec Matteo Salvini, l'ancien Premier ministre a cependant cédé. Les raisons de cette volte-face ne sont pas claires, mais certains membres de Forza Italia ont assuré que Marcello Foa aurait promis de ne pas attaquer le groupe médiatique de Silvio Berlusconi, Mediaset.

Un journaliste de piètre réputation

Marcello Foa s'est taillé la réputation d'être peu fiable après plusieurs tweets sur de prétendus « dîners sataniques » organisés par Hilary Clinton. Il a également relayé des contenus du site InfoWars, tenus par l'excentrique Alex Jones (ce dernier a été banni de la plupart des grands réseaux sociaux, dont le dernier en date, Twitter, qui a estimé qu'Alex Jones enfreignait ses règles liées aux « comportements abusifs »).

Michele Anzaldi, personnalité du Partito Democratico, de centre droit, et membre de la commission de contrôle de la Rai au parlement, a été l'un des opposants les plus déterminés à la nomination de Marcello Foa.

« Cette décision sonne le glas du pluralisme, de la compétence, du respect des règles et du professionnalisme au sein de [la Rai] », a-t-il affirmé à Reuters.

Le syndicat des journalistes de la Rai, Usigrai, a appelé la commission parlementaire qui a donné son feu vert à la nomination du nouveau président, à mener une « évaluation en profondeur », afin d'assurer que le processus de recrutement a respecté toutes les règles, selon le Guardian.

Relation étroite et ancienne avec Matteo Salvini

À la présidence de la Rai, Marcello Foa devrait avoir une influence éditoriale importante dans la couverture des élections européennes qui approchent. De quoi inquiéter les candidats italiens les plus libéraux.

Le journaliste est lié depuis longtemps à Matteo Salvini. Le politique a même participé à la promotion de son dernier livre, sorti en juillet.

[Traduction du 1er tweet de Marcello Foa : "Diners sataniques : sang menstruel, sperme, lait maternel humain : tous à table avec John Podesta" (l'ancien chef de campagne de Hillary Clinton). Traduction du 2e tweet de Marcello Foa : "Hillary a un nouveau problème : les dîners sataniques". Traduction du tweet du journaliste Luciano Capone : "Avec Marcello Foa président [de la RAI], dans la prochaine émission [de cuisine de la Rai], il y aura une épreuve sur les menus sataniques, avec les recettes de Hilary Clinton. Sous la conduite d'Elisa Isoardi" (présentatrice vedette en couple avec Matteo Salvini)]

| Lire aussi l'article anti-fake news du Washington Post à ce sujet : No, John Podesta didn't drink bodily fluids at a secret Satanist dinner (nov. 2016)

Modération feinte ou réelle ?

Selon L'Espresso, Leonardo, le fils de Marcello Foa, a été engagé dans le tristement célèbre service de médias sociaux de Matteo Salvini. Ce service a participé à la publication d'une pléthore de tweets et publications qui ont permis à Matteo Salvini de se faire connaître partout en Italie, alors qu'il était surtout connu dans le nord.

Juste avant l'annonce de sa nomination, Marcello Foa s'est soucié de faire preuve de modération face à la commission parlementaire de contrôle de la Rai :

« La Rai doit promouvoir un vrai pluralisme politique, culturel et religieux, dans le respect de chacun. »

Reste à voir s'il appliquera ces principes dans les mois à venir.

___

Par Samuel Stolton, Euractiv (traduit par Manon Flausch)

(Article publié le 28 septembre 2018)

___

Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2018 à 15:06 :
Vous voulez dire qu'il a publié des Fakenews du style "Poutine a passé son été a chassé le tigre en Sibérie?" ou "il y a des armes de destructions massives en Irak", ou "le front Al-Nosra est un groupe de rebelles démocratiques" ou "le gouvernement ukrainien a posté des snipers pour tirer sur la foule, elle-même mené par les démocrates Svoboda", etc? Ce genre de fakenews?
a écrit le 02/10/2018 à 14:26 :
Avec un tel article "La Tribune" va prendre une piètre réputation.
a écrit le 02/10/2018 à 12:35 :
he oui... de moins en moins de personne ne croit en la propagande pro-europeenne des medias officiels.
toujours la méme soupe tiede au service de la haute finance et autres affairistes corrompues europeens.
le nouveau mode a la mode c'est: "populiste".
ce mot sert a denigrer tous ceux qui ne serais pas ravie de la dictature actuelle europeenne.
vous avez remarquez que le mot "antisemite" a pratiquement disparu des radars?
remplacé par le fameux "populiste".
a trop l'utiliser il finira aussi par perdre de sa valeur....
a écrit le 02/10/2018 à 11:24 :
Spirale infernale
Sera t’on condamnés à boire le populisme jusqu'à la lie ?
On pourrait croire que le problème est seulement celui de l'instant présent, le temps d'un tweet ou d'une fake, mais c'est bien plus grave, d'autant dans un pays qui est déjà passé par la case "médias et jeux du cirque" et autres dérives.
L’accumulation de contrevérités et d'idées irréfléchies, aussi aguichantes soient elles, mènent droit au désordre intellectuel et politique. Politique en charge de la gestion du pays et à la participation à l'UE. Car sans faire de procès d'intention et sans croire que l'on vit dans le monde des bisounours, le premier imbécile venu pourrait comprendre les intérêts de la Russie, de la Chine, ou de je ne sais qui, à être tentée de déstabiliser l’UE. D’autant que quelques pays ou habitants sont semble t’il nostalgiques du temps de la pensée unique.
https://www.lemonde.fr/europe/article/2007/07/10/europe-de-l-est-un-passe-qui-ne-passe-pas_933852_3214.html
L’évolution fut lente et difficile et l’UE a joué un rôle positif pour tenter de fédérer l’ensemble.
https://www.cvce.eu/content/publication/2011/11/2/073dc145-b774-4901-8920-5f95cb8e0192/publishable_fr.pdf.
Au risque de tout perdre ? Il sera d’autant plus difficile d’éradiquer les dérives, que nous bénéficions d’un espace de libertés, de diversités et que nous ne sommes par armés pour lutter contre des chimères.
Tous ces commérages, tweets et autres fake sont dangereux, car malgré leur insignifiance individuelle et leur bêtise, ils déplacent par leur masse et leur vitesse extrêmement importante, les centres de gravité.
« Le centre de gravité est indispensable pour déterminer la stabilité d'un objet » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_de_gravit%C3%A9)
En perdant le centre de gravité, la démocratie risque d’être emportée et nous pouvons y perdre nos libertés. Remplacera-t'on des intellectuels, des journalistes, des politologues, des écrivains, … par des tweets ? tournant à toute vitesse et entrainant tout vers des siphons, tu parles d’une perspective.
Par ailleurs, cela n’enlève pas l’intérêt pour un programme économique déterminé démocratiquement. Certes à contre courant, à contre temps et risqué, mais qui vaut peut être la peine d’être expérimenté provisoirement.
a écrit le 02/10/2018 à 7:07 :
Arrêtez avec vos histoires de Fake News. Le monde ment, Le Figaro ment, l'huma ment. S'attaquer à un journaliste parce qu'il ment n'a aucun sens. Il n'a pas la même vision des choses que vous, voilà tout. Le concept même de Fake News est stupide. Cela supposerai une vérité formelle, absolue. Cette vérité n'existe pas. Il n'y a qu'un pouvoir dominant qui impose sa vérité.
a écrit le 02/10/2018 à 5:40 :
L'Italie est un pays hors normes. Viva Italia.
a écrit le 01/10/2018 à 18:38 :
Spécialiste des Fake news à la RAI, contre spécialistes des "defèque" news à France Télévision, cela se vaut.
a écrit le 01/10/2018 à 16:04 :
Et avec ça l'état veut toujours refiler Naval Group à l'Italie, après STX?
Réponse de le 01/10/2018 à 17:21 :
ben disons que fils de le copain de c'est génial, va y gagner des milliards et ça c'est le plus important hein..
a écrit le 01/10/2018 à 15:45 :
Euractiv est l'outil de propagande du gros business pour lequel l'UE a été créée (libre circulation des capitaux, libres délocalisations et monnaie unique pour faciliter tout ça). Euractiv a pour mission de formater la pensée des peuples européens, de leur dire pour qui et contre qui il faut voter et de discréditer ceux qui sont contre cette UE capitaliste et veulent une UE faite pour les peuples). Ce serait bien que La Tribune avertisse ses lecteurs de l'origine d'un article.
Réponse de le 01/10/2018 à 21:36 :
Le lecteur n'est pas stupide et se doute qu'un organisme qui s'appelle euractiv est pro-UE.
Par contre si Mr Foa écrit des tweets idiots et travaille pour RT.com, euractiv a le droit de le dire, qu'il assume.
a écrit le 01/10/2018 à 15:04 :
Quand on est "idéaliste", les fake news ne sont, en général, pas leur tasse de thé! Mais ceux qui on font un business les utilisent allégrement! Comme nous pouvons le voir, l'UE est une création d'affairiste avant d'être celles des peuples!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :