Ces villes qui pestent contre la 5G

 |  | 941 mots
Lecture 5 min.
Martine Aubry, la maire de Lille, estime qu'un moratoire sur la 5G est nécessaire.
Martine Aubry, la maire de Lille, estime qu'un moratoire sur la 5G est nécessaire. (Crédits : Reuters)
A Lille, Rennes ou Grenoble, plusieurs maires se mobilisent contre la prochaine génération de communication mobile. Tous souhaitent des moratoires ou des « groupes de suivi » pour étudier l'impact de la 5G sur la santé et l’environnement avant de déployer la moindre antenne. Au grand dam du gouvernement, qui juge leur attitude irresponsable.

Dans certaines villes, la 5G continue de faire jaser. Des maires écologistes et de gauche continuent de tirer à boulet rouge contre cette technologie, perçue comme possiblement énergivore et néfaste pour la santé. Ce week-end, c'est la maire de Lille, Martine Aubry, qui s'est illustrée. L'édile a annoncé un moratoire sur la 5G et la stricte application du principe de précaution. « Il est urgent d'attendre », a déclaré l'ancienne ministre sur Twitter. La ville, qui « réaffirme ses doutes » quand à l'impact de cette technologie sur la « santé publique » et son éventuelle « incompatibilité avec les enjeux de sobriété numérique », veut « surseoir à toute autorisation d'implantation d'antennes 'test' liées à la technologie 5G ». Toujours selon la ville, « ce moratoire prendra effet au moins jusqu'à la publication du rapport attendu de l'Anses [l'agence française de sécurité sanitaire, Ndlr] en 2021 ». L'Anses mène aujourd'hui une étude sur l'impact de la 5G sur la santé. Sa copie est attendue au premier trimestre 2021.

D'autres...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :