5G : dix questions sur une arrivée controversée

 |  | 2037 mots
Lecture 11 min.
La 5G pourrait être une réalité dans l'Hexagone fin novembre ou début décembre.
La 5G pourrait être une réalité dans l'Hexagone fin novembre ou début décembre. (Crédits : TINGSHU WANG)
La France va donner ce mardi le coup d’envoi des enchères des fréquences 5G aux opérateurs. Il s’agit d’une étape cruciale en vue du lancement de cette technologie d’ici à la fin de l’année. La Tribune fait le point sur ce nouveau standard, qui n’a jamais suscité autant de défiance.

Huit ans après le lancement de la 4G, la France se prépare à l'arrivée d'une nouvelle technologie de communication mobile : la 5G. Ce mardi 29 septembre, à 9h30, l'Arcep, le régulateur des télécoms, va donner le coup d'envoi de la vente des fréquences dédiées à ce nouveau standard. Au terme d'une enchère qui rapportera un minimum de 2,17 milliards d'euros à l'Etat, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free pourront proposer la 5G à leurs clients. Reportée de plusieurs mois à cause du coronavirus, cette vente se déroule dans un climat de défiance. Les écologistes, certains élus de gauche et plusieurs ONG fustigent une technologie perçue comme énergivore, potentiellement dangereuse pour la santé et dont l'utilité reste à démontrer. L'exécutif, lui, redoute un déclassement de l'économie française si le pays ne se convertit pas rapidement à la 5G. La Tribune fait le point.

Pourquoi les opérateurs achètent-ils de nouvelles fréquences ?

Pour proposer un service de téléphonie mobile, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont besoin de deux choses : des antennes, qu'ils déploient tous les jours sur le territoire, et des fréquences. Ces dernières appartiennent à l'Etat, qui les loue pour plusieurs années aux opérateurs sous forme de licences. Pour la 5G, les opérateurs vont acquérir un premier jeu de fréquences à compter du mardi 29 septembre. Ce spectre, qui se situe dans la bande des 3,5 GHz a une particularité. Il s'agit de fréquences hautes. Ces dernières permettent d'offrir plus de débit que les fréquences utilisées aujourd'hui par les opérateurs, mais elles portent moins loin. Ces considérations sont importantes, car elles obligeront les opérateurs à densifier leurs réseaux. D'autres fréquences seront aussi utilisées pour la 5G : la bande des 700 MHz, qui sert aujourd'hui pour la 4G, et la nouvelle bande des 26 GHz. Cette dernière fait l'objet d'expérimentations et sera attribuée plus tard.

Combien ces nouvelles fréquences vont-elles coûter ?

Cher ! L'Etat retirera au minimum 2,17 milliards d'euros de cette vente. Dans le détail, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free se sont déjà engagés à acheter chacun un gros bloc de fréquences de 50 MHz au prix fixe de 350 millions d'euros. Ce mardi, 11 blocs supplémentaires de 10 MHz seront mis aux...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2020 à 15:49 :
Avant de déployer la 5G il serait plus honnête de finir l'ADSL, la 4G et bien sûr le câble ! ! !
a écrit le 29/09/2020 à 15:14 :
Il faut absolument contrôler l'expansion chinoise et ne jamais devenir des esclaves technologiques de la Chine, aussi bien pour la 5G que pour d'autres technologies.
Le fait que Huawei veuille s'implanter à Strasbourg est un coup d'echec tactique. Strasbourg capital européenne avec le parlement européen donc creer des lobbys chinois pour developper toute leur technologie et rien que leur technologie. Il faut une reponse industrielle tactique et defendre nos intérêts industriels et technologiques et pas laisser la domination technologique a la Chine. Je ne veux pas de leur modèle de société sans aucune ethique ou l'humain n'est qu'un objet que l'on contrôle de la naissance à la mort. La crise du COVID19 est symptomatique d'une crise mondiale dont la source est la chine. Oui au developpement de la technologie en europe et en france et non à l'enrichissement permanent de l'empire du milieu.
a écrit le 29/09/2020 à 14:59 :
Le débat c'est est-ce que les ondes sont dangereuses?
La réponse n'a jamais été claire, hors le fameux principe de précaution est une dérobade que l'on peut appliquer à beaucoup d'autre choses, c'est aussi une position douteuse, qui si elle avait été adoptée le siècle dernier dans tous les domaines qui se sont révélés néfastes aujourd'hui, aurait eu aussi de graves conséquences pour le bien être de l'humanité.
Si la 5 G est dangereuse, alors toutes les ondes sont dangereuses, plus ou moins.
La 4G, le WIFI.....
Alors un peu de courage peut-être sinon il faudra se préparer à se confiner pour échapper aux ondes.
a écrit le 29/09/2020 à 14:13 :
Avant de déployer la 5G il serait plus honnête de finir l'ADSL, la 4G et bien sûr le câble ! ! !
a écrit le 29/09/2020 à 10:10 :
Une communication mobile supplémentaire pourquoi faire? Regarder les infos en traversant la chaussée? En conduisant? Pour le camping? Une antenne couvre combien de surface?
a écrit le 29/09/2020 à 9:43 :
vive les nouveaux appareils téléphoniques, vive les nouveaux abonnements, vive le chômage qui arrive à grande allure, vive le réchauffement climatique, vive la misère mais, connectée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :