Huawei, un dragon sur le gril

 |   |  1219  mots
Ren Zhengfei, le patron et fondateur du Huawei, s'est dit prêt à partager ses secrets et son savoir-faire dans la 5G avec une entreprise occidentale et, pourquoi pas, américaine.
Ren Zhengfei, le patron et fondateur du Huawei, s'est dit prêt à partager ses secrets et son savoir-faire dans la 5G avec une entreprise occidentale et, pourquoi pas, américaine. (Crédits : Aly Song / Reuters)
Miné par des sanctions américaines, le géant chinois des télécoms et des smartphones est entré en résistance. Il use d'un registre guerrier pour mobiliser ses troupes. En dépit de ses efforts, le groupe de Shenzhen commence à accuser le coup.

Dans la tempête, le roseau « plie mais ne rompt pas ». Ces vers de La Fontaine illustrent bien l'état d'esprit de Huawei. Confronté à des sanctions américaines, le géant chinois des télécoms et des smartphones est entré en résistance. À travers le monde, les 194.000 collaborateurs du groupe chinois sont priés de cravacher pour ne pas céder au pilonnage du pays de l'Oncle Sam, qui le soupçonne d'espionnage pour le compte de Pékin. L'état-major de Huawei use d'un langage guerrier pour mobiliser ses troupes.

À Shanghai, dans un des plus gros centres de recherche et développement du groupe, l'appel à résister apparaît dès l'entrée. Dans cette bâtisse ultra-moderne de 880 mètres de long, une grande maquette d'un Iliouchine IL-2, un avion de chasse de la Seconde Guerre mondiale, accueille chaque matin les 15.000 employés. La pancarte est explicite: « On ne naît pas héros, on le devient. » Avant de préciser qu'un de ces chasseurs soviétiques, surnommés « tueurs de chars » pendant la guerre, a réussi à rentrer à bon port après avoir été criblé d'obus par les forces antiaériennes allemandes (voir illustration ci-dessous).

Huawei, Ilyouchine, WW2, Seconde Guerre mondiale

Dans ce document distribué par Huawei, le groupe appelle ses...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2019 à 22:39 :
l'IL2 n'a jamais été un chasseur mais un avion de support et d'attaque au sol.
Ceci étant, c'est assez étonnant d'aller chercher chez le 'grand frère' d'en face l'iconographie pour motiver les troupes. D'autant qu'un avion criblé de trous n'a rien de particulièrement enthousiasmant....Cela doit relever de la psychologie asiatique....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :