Acome teste en Normandie la 5G 100% française

La quatrième révolution industrielle passera par la cinquième génération de réseaux mobiles, la 5G, nous dit-on. Encore faut-il le démontrer. C’est ce à quoi veut s’employer Acome. Le fabricant de câbles lance une expérimentation à grande échelle dans ses usines de la Manche pour éprouver les usages de la 5G. Un autre test de même nature démarre sur la zone industrialo-portuaire du Havre sous l’égide de l’opérateur de télécom Hub One.

4 mn

Le 5G tiendra t-elle ses promesses dans l'industrie ? Telle est la question
Le 5G tiendra t-elle ses promesses dans l'industrie ? Telle est la question (Crédits : JOHN SIBLEY)

Nom de code de l'opération « LAB 5G pour l'industrie du futur ». Le groupe coopératif normand Acome, associé à l'opérateur de télécom toulousain Alsatis, vient de donner le coup d'envoi du déploiement d'un réseau mobile 5G 100 % français sur les 46 hectares du campus multi-usines du fabricant de câbles situé à Romagny dans la Manche. Présentée comme « sécurisée et bas carbone », l'infrastructure constituera la pierre angulaire d'une plateforme d'expérimentation destinée à éprouver les nouveaux cas d'usage de la 5G dans un environnement industriel.

Le champ des possibles est immense, soulignait il y a peu Jacques de Heere, PDG d'Acome, dans un entretien à La Tribune. « Je rappelle qu'outre ses débits dix fois plus importants par rapport à la 4G, la 5G a deux autres caractéristiques essentielles. La première, c'est sa capacité à gérer un grand nombre d'objets. Nous allons pouvoir connecter un million d'appareils au km2. La seconde, c'est la latence (le temps de réponse du réseau ndlr ) qui sera divisée par dix ».

Confronter la 5G au réel

Concrètement, différentes solutions techniques seront intégrées au système d'information de l'entreprise afin de tester une palette d'usages portant en particulier sur les machines connectées, les techniciens augmentés et la mobilité autonome. Sont notamment évoqués des questions comme la maintenance prédictive, la sécurisation des véhicules à guidage automatique, le pilotage de drones, le déploiement d'équipements de vision intelligente ou encore  la supervision à distance de lignes de production grâce à des caméras.

Le projet poursuit un double objectif. Il s'agit d'évaluer, dans des conditions réelles, l'intérêt effectif de cette technologie « en intérieur et en extérieur » mais aussi d'en tirer parti pour développer de nouveaux produits et systèmes de câblage à destination de l'industrie. Acome et Alsatis veulent aller vite : ils envisagent de commercialiser une première « solution complète » à partir de 2024. Il leur reste à peaufiner le modèle économique ce qui est l'une des autres ambitions de la plateforme. Un enjeu important. « Le coût des solutions privées souveraines en environnement industriel n'est pas encore bien calibré » rappellent-ils.

Le projet étant co-financé par le Programme des Investissements d'Avenir (PIA) à hauteur d'un peu plus d'un million d'euros et adoubé par le Comité stratégique de filières sur les infrastructures numériques, ses enseignements devront profiter à d'autres, dans l'idée de favoriser l'émergence d'un écosystème français de la 5G. Certains résultats relatifs à l'impact du réseau sur la santé des salariés ou à son bilan carbone ont, ainsi, vocation à être diffusés à des entreprises et aux pouvoirs publics. De même, un laboratoire prendra place au sein de la plateforme. Celui-ci sera ouvert à des entreprises et à des startups pour tester des cas d'usages innovants sur la licence 2.6Ghz d'Alsatis.

Hub One se jette à l'eau au Havre

Une autre expérimentation dénommée « Dev 5G Industrie »* démarre simultanément sur la zone industrialo-portuaire du Havre sous la conduite de l'opérateur Hub One déjà connu pour gérer le plus grand réseau 5G privé de France sur l'aéroport Charles de Gaulle (55 km2). Là encore, il s'agit d'objectiver les avantages des réseaux numériques de cinquième génération, de développer des services innovants et de lever d'éventuels freins. Le projet, également soutenu par le PIA (à hauteur de 800.000 euros), comporte deux volets.

Le premier mené en collaboration avec Haropa Port du Havre et le groupe de manutention Terminaux de Normandie, porte sur le domaine portuaire. Objectif : connecter à haut débit les grues mobiles (cavaliers dans le jargon) dédiées au déchargement des conteneurs : gestion des ordres de mission, maintenance, envoi de formulaires.... mais aussi évaluer des applications anti-collision et de géorepérage.

Le deuxième volet sera conduit dans l'enceinte d'une usine Seveso dont le nom n'est pas communiqué. « Il s'agira de fournir au site la redondance de son pilotage à distance, une solution de maintenance connectée pour ses pompes et d'apporter de la digitalisation au service des opérationnels », précise Hub One. L'ensemble de ces tests doit se prolonger jusqu'en 2024, le temps -peut-être- de vérifier si la 5G tient ses promesses.

*le projet a aussi pour cadre l'aéroport de Roissy en lien avec sa stratégie Smart Airport (détection de drones et de débris sur les pistes, sécurité périmétrique, maintenance connectée).

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 21/02/2022 à 13:29
Signaler
Toujours plus vite...que personne ne s'inquiète, au bout du bout, il y a le bout...et comme on ne sait pas ce qu'il y derrière le bout, il serait plutôt urgent de ralentir 😃

à écrit le 21/02/2022 à 11:59
Signaler
Ne manquez pas de lire "Oxymore" de Jean Tuan chez C.L.C. Edition. L'auteur observateur attentif de la Chine, le pays de son père, nous dévoile les desseins secrets de la Chine avec l'installation de la 5G en France. Vous découvrirez un très "crousti...

le 22/02/2022 à 10:19
Signaler
"avec l'installation de la 5G en France" uniquement la France ou les autres pays aussi ? La 6G est en cours de définition, mais ça va demander du temps, c'est pas pour demain mais les chinois ne sont pas les seuls à y travailler (ils ne sont pas enco...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.