Avec le parcours de soins, attention aux pénalités

 |  | 248 mots
Lecture 1 min.
Depuis le "parcours de soins coordonnés" instauré en 2004, les consultations superflues chez le médecin sont sanctionnées.

La loi du 13 août 2004 a instauré un "parcours de soins coordonnés". Objectif de la réforme? Sanctionner financièrement les mauvais élèves qui ont tendance à multiplier les consultations superflues chez le médecin.

Depuis sa mise en place le 1er janvier 2005, le patient doit rendre visite en priorité à un "médecin traitant" qu'il aura au préalable déclaré à la Sécu et qui l'aiguillera, le cas échéant, vers un spécialiste. S'il ne respecte pas cette règle, l'assuré verra ses remboursements minorés par la Sécu: le ticket modérateur, à la charge du patient, passe alors de 30 à 70%. Soit un surcoût qui ne sera jamais pris en charge par votre mutuelle et qui peut monter jusqu'à 11,2 euros chez un spécialiste.

Heureusement, il existe de nombreux cas permettant d'échapper à ces pénalités. En cas d'urgence, bien sûr, mais aussi si vous êtes loin de votre lieu de résidence, ou si votre médecin traitant est en congés. Vérifiez, dans ces cas, que le praticien coche bien la case correspondante sur la feuille de soins.

Certains spécialistes sont également en accès "direct", c'est-à-dire qu'il est inutile d'aller d'abord voir son médecin traitant avant de les consulter. C'est le cas des ophtalmologistes, gynécologistes, psychiatres et chirurgiens dentistes. Enfin, les enfants de moins de 16 ans et les femmes enceintes jusqu'au sixième mois ne sont pas concernés par le parcours de soins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :