Baisse historique du patrimoine des Français

 |   |  432  mots
En 2008 et 2009, la valeur des biens (mobiliers et immobiliers) détenus par les épargnants français a perdu 3% et 2%. Elle atteindra autour de 10.000 milliards d'euros en 2010.

Du jamais vu depuis la seconde guerre mondiale. Dans son observatoire « des marchés de l?épargne et du crédit », le BIPE (une société d?études économiques) n?a pas manqué de souligner cette baisse historique du patrimoine détenu par les Français.

Pour la première fois, en 2008, sa valeur a baissé de 3%. Et la tendance s?est prolongée en 2009 (- 2%). Même lors de l?éclatement de la bulle immobilière du début des années 90, le patrimoine global avait encore augmenté de 2 voire 3% par an. Des chiffres qui montrent bien l?impact de la crise actuelle sur les avoirs des Français. Il n?empêche : sur 20 ans, le patrimoine a malgré tout bondi en moyenne de 6% par an, alors que le revenu disponible des ménages, lui, n?a augmenté que de 3,5%.

La principale raison du retournement de ces deux dernières années réside dans l'effritement simultané des différents types de patrimoine: "la très forte baisse des marchés boursiers s'est conjugée avec la diminution assez importante des prix des logements anciens" résume le BIPE. "L'immobilier représente plus de la moitié du patrimoine total des ménages et les actions environ 7%" rappelle André Babeau, conseiller scientifique au BIPE. Ainsi, alors que fin 2007, le patrimoine des ménages représentait 8,5 fois leurs revenus, ce ratio est tombé en dessous de 8 les années suivantes. Autre facteur d'explication: le recul de 16% en 2008 de la production de prêts immobiliers. Qui dit moins de crédit dit moins de nouveaux propriétaires et donc moins de patrimoine immobilier détenu par les ménages.

Heureusement, l'avenir semble un peu moins sombre. La reprise du marché du crédit et l'embellie de la Bourse fait envisager au BIPE un retour à la stabilité en 2010, autour de 10.000 milliards d'euros. Entre 2011 et 2014, la valeur du patrimoine des Français devrait repartir à la hausse, mais on ne verra plus de croissance à deux chiffres comme entre 2003 et 2006. La société d'études table sur un taux inférieur à 5% par an.

De cette crise, les Français auront tiré des enseignements: "Elle a certainement développé chez les Français une recherche plus grande de sécurité et de transparence du côté des placements financiers. La confiance dans les institutions financières devra à l'avenir se mériter... Du côté de l'acquisition des logements, les ménages seront aussi plus prudents et on devrait assister à une remontée de l'apport personnel" estime André Babeau.

 

Accédez au détail de l'étude en cliquant ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il aurait fallu apprécier la dépréciation des actifs francais en comparaison avec d autres pays ou en moyenne dans l'Ocde par exemple.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Biens immobiliers détenus par qui ?
1%, 2%, 50% des Français
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Consultant pour les questions financières et donc au contact des questions patrimoniales des clients du cabinet JPMFG, je confirme cette étude pour l'année 2008 et me montre réservé pour l'année en cours. Pour ce qui est des années avenir, je serais curieux de connaitre le logiciel qui permet au BIPE de faire les projections qu'il annonce, pour la période 2011 à 2014, surtout avec une croissance voire une stabilisation des valeurs mobilières et immobilières. J'invite les internautes à la plus grande prudence sur prévisionnel (a) : www.jpmfg.net.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour répondre au sous entendu de iciailleurs:
biens détenus par ceux qui travaillent et qui ne partent pas en vacances pour investir!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il fallait s'y attendre : avec Sarkozy, TOUT est possible

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :