Immobilier : la hausse des prix ne tient plus qu'à trois fils

 |   |  402  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Flambée des prix, augmentation des taux de crédit, stagnation des salaires... les Français ont de plus en plus de mal à acheter un logement.

Bien sûr, le manque de logements est criant. Bien sûr, les Français aiment toujours autant la pierre. Sauf qu'ils ont de moins en moins les moyens d'acheter ! D'abord parce que les taux de crédit immobilier ne cessent d'augmenter. Après 0,25 % de hausse en février et 0,15 % en mars, les taux à 20 ans atteignent entre 3,8 % à 4,2 % selon le courtier Meilleurtaux, qui n'est guère optimiste pour l'avenir. La poussée de l'inflation, le contexte macroéconomique, et la remontée attendue des taux de la Banque centrale européenne (BCE) sont, en effet, autant de facteurs de hausse du coût de l'argent.

Plus question, comme avant, de compter sur un crédit bon marché pour compenser la hausse des prix. Or celle-ci devrait se poursuivre en 2011, à en croire les notaires. De 3 % à 5 % en région et de plus de 10 % à Paris et dans les grandes villes. Résultat ? « Le risque de blocage du marché est réel ! » prophétise Bernard Cadeau, président du réseau d'agences immobilières Orpi. On en voit d'ailleurs déjà les prémices : les délais de vente s'allongent, notamment celui des maisons, qui a bondi de 21,7 %.

Que l'on s'en réjouisse ou s'en plaigne, trois éléments permettent encore de soutenir (artificiellement ?) le marché. D'abord, le prêt à taux zéro amélioré (PTZ+), entré en vigueur en janvier, qui rencontre un vif succès auprès des clients de Meilleurtaux. « Un client sur deux a désormais recours à ce dispositif », constate Sandrine Allonier, responsable des études économiques du courtier. Par exemple, un couple parisien avec 2 enfants gagnant 60.000 euros pourra emprunter « gratuitement » près de 25.000 euros.

Négocier l'assurance

Ensuite, les emprunteurs négocient beaucoup plus qu'avant l'assurance de prêt. La récente loi Lagarde interdit en effet au banquier de refuser qu'un emprunteur souscrive son assurance chez un concurrent. Enfin, le recours le plus logique de l'emprunteur face à la hausse conjuguée des prix et des taux consiste à allonger la durée de remboursement de son crédit. En quatre mois, cette dernière est passée de 17 à 19 ans selon Meilleurtaux. Et les emprunteurs disposent encore d'une petite marge : en 2008, la durée moyenne atteignait 22,1 ans, et il n'était pas rare de trouver des crédits à... 25, voire 30 ans. En cumulant ces trois facteurs, Meilleurtaux a calculé pour « La Tribune » qu'il était parfois possible (voir graphique) de gagner une pièce supplémentaire !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2011 à 9:41 :
A andolin: Pourquoi le prix d'immobilier ne baissera pas de 42%? Si il est surévalué de 42%, c'est normal que la valeur réelle sera enfin retrouvée.
a écrit le 29/03/2011 à 5:17 :
Selon le journal l' Economist, l'immobilier Français est surévalué de 42%. Aux USA il est possible en l'état actuel du marché d'acheter une superbe maison pour 80.000 euros, en France pour ce prix vous avez une vieille grange à retaper .... La hausse permanente s'est transformée en bulle car les biens ne sont plus vendus à leur valeur réelle. L'immobilier ne baissera pas de 42%, mais il y aura une correction sévère. Rien ne sert d'estimer un bien cher, ...si personne n'a les moyens de l'acheter : "la chasse aux pigeons" s'essouffle; l'espèce est menacée d'extinction. Les Allemands n'ont pas ce problème car ils ont gardé les pieds sur terre avec des prix en phase avec les revenu et l'état du marché. En prime il ont droit de choisir le solaire pour leur habitation alors que chez nous vous avez des contraintes administratives qui souvent vous en empêche pour favoriser le tout électrique nucléaire. En prime nos voisins n'auront plus le risque des centrales à leurs portes... puisqu'ils vont vraisemblablement les fermer...
Réponse de le 10/05/2011 à 9:27 :
Cela se vend encore une maison en France avce 53 réacteurs sur tout le territoire, moi je ne pense pas..
a écrit le 28/03/2011 à 8:46 :
PENURIE !!!!! avec 1 millions de logement vacants!!!! Arrêtez de vous donner des prétextes mensongés pour justifier encore et encore la hausse. Le logement ne doit être un objet de spéculation!!!! Or c'est bien la spéculation qui est à l'origine de la montée des prix. Vous trouvez assez facilement, je dois le dire, des raisons justifiant la hausse.
Par contre pour la baisse il n'y a plus personne pour commenter.

a écrit le 27/03/2011 à 22:26 :
Bloquer les loyers ou arrêter de débloquer sur es crédits ?

Il y a quelques semaines, dans le contexte de la fin de la trêve hivernale sur les expulsions locatives, certains ont relancé l?idée d?un blocage des loyers.

On connaît les inconvénients de ce type de mesures.

Je voudrais rappeler un point assez simple mais souvent oublié dans le débat public : le lien entre le niveau des loyers et le prix des logements.

Pour s?attaquer aux loyers il faut donc faire diminuer le prix des logements.

Et qu?est-ce qui fait que le prix des logements, rapporté au pouvoir d?achat, est à peu près 1,8x au-dessus de sa moyenne sur longue période ? Le crédit immobilier, dont la durée a été allongée (30 voire 35 ans), dont les taux restent très bas malgré une légère remontée récente, et qui sont octroyés facilement, par les banques et également par les établissements spécialisés.

http://guillaumesarlat.wordpress.com/2011/03/26/logement-bloquer-les-loyers-ou-arreter-de-debloquer-sur-le-credit/
Réponse de le 11/05/2011 à 7:21 :
Plutôt que de bloquer les loyers, interdisons le prêt sur plus de 20 ans. Moins d'acheteurs qui sacrifient leur avenirs, moins de vente, baisse des prix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :