Foncière Régions et Foncière Paris veulent fusionner

 |   |  458  mots
Copyright Reuters
Foncière des Régions rachète Foncière Paris France

Foncière des Régions (FDR) a annoncé mercredi le rachat de la société immobilière Foncière Paris France (FPF) dans le cadre d'une offre d'échange d'actions (OPE), dont les modalités déçoivent les analystes malgré son intérêt sur le plan stratégique.  Cette OPE, approuvée par le conseil d'administration de FPF, se fera sur la base de 13 actions nouvelles Foncière des Régions pour 8 actions Foncière Paris France.

"Cette offre équivalente à 113 euros est très décevante (...) Pour les minoritaires, la pilule est un peu difficile à avaler alors que la société a annoncé de très bons résultats et que l'ANR réévalué est de 135,20 euros" au 30 juin, commente Benoît Faure-Jarrosson, analyste immobilier chez Invest Securities. FDR a fait savoir dans un communiqué distinct que son résultat net récurrent avait progressé de 3% à 143,6 millions d'euros au premier semestre grâce notamment à l'évolution positive des loyers et à la baisse du coût de la dette. "Le fait qu'il y ait offre publique déclenche une attribution de bons de souscriptions pour le management à 94,86 euros par action (...) Les minoritaires ont un peu l'impression d'avoir fait du portage pour le bénéfice des dirigeants, sans profit pour eux-mêmes", ajoute Benoît Faure-Jarrosson.
Selon l'analyste, Cofitem , qui détient 25% de FPF, ne compte pas apporter ses titres à l'offre, et FDR pourrait ne pas parvenir à obtenir le capital nécessaire à une fusion.

UNE OPÉRATION PERTINENTE STRATÉGIQUEMENT

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Cofitem tandis qu'Axa IM, qui détient plus de 5% du capital de FPF, selon des données de Thomson Reuters, n'a pas souhaité faire de commentaire. Foncière des Régions assure que ce rapprochement doit lui permettre d'augmenter à terme la taille de son patrimoine de près de 700 millions d'euros et d'accroître son exposition aux marchés de bureaux porteurs de Paris, Saint-Denis et Boulogne.

"Stratégiquement, l'opération semble pertinente sachant qu'elle permet à FDR de se renforcer sur le marché de l'Ile-de-France, qui est le plus porteur à l'heure actuelle, tout en conservant sa spécificité d'actifs à hauts rendements", estime Thomas Aubert, analyste-gérant chez UFG REM. Ce dernier rappelle que, comme beaucoup d'autres foncière s , FDR a entamé une politique active de cession d'actifs afin de remployer les produits sur de nouveaux actifs, mais que dans un contexte de raréfaction de l'offre, les moyens privilégiés restent la croissance externe ou encore le lancement de projets de développements.  "Or cette opération permet à FDR de réaliser les deux à la fois, puisque la foncière met la main sur 600 à 700 millions d'euros de patrimoine ainsi qu'un 'pipeline' intéressant", précise le gérant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :