La retraite complémentaire des salariés risque d'être rabotée

 |   |  388  mots
Des négociations ont débuté aujourd'hui entre les partenaires sociaux. Objectif : éviter que les comptes des régimes complémentaires ne soient dans le rouge... quitte à durcir les conditions de départ en retraite.

Les discussions qui commencent aujourd'hui font moins de bruit que les différentes réformes de François Fillon sur les retraites. Elles sont pourtant primordiales pour les salariés du privé, et en particulier les cadres, car elles concernent leurs régimes complémentaires : l'Arrco (pour l'ensemble des salariés) et l'Agirc (uniquement pour les cadres). Or, ces deux retraites représentent en moyenne 30% de la pension totale des salariés, et de 50% à 70% de celle d'un cadre. Rappelons que pour un départ en 2008, la retraite de base, c'est-à-dire celle de la Sécu, n'atteignait que 1193 euros par mois dans le meilleur des cas.
La situation de l'Arrco et de l'Agirc est en effet critique. Si rien n'est fait, les comptes pourraient tomber dans le rouge en 2018 selon les dernières prévisions, et même dès 2014 selon une source proche du dossier. Il est donc urgent de revoir les accords, appelés AGFF.
Explications. Le fonctionnement de la retraite complémentaire des salariés ressemble à celle des professions libérales : pour tout départ avant l'âge de 65 ans, une pénalité - ou coefficient de minoration - est appliquée sur la pension servie. En 1982 a été instauré l'accord AGFF par lequel les partenaires sociaux ont décidé qu'ils financeraient les départs avant 65 ans puisque la situation financière des caisses le permettait. Depuis, les malus sont alignés sur ceux appliqués par la Sécu pour le régime de base. En résumé, grâce à l'AGFF, un salarié partant à 60 ans ne sera pas pénalisé s'il a travaillé les 40 années et 1 trimestre requis en 2009.
Envisageons le pire: si aucun accord n'était trouvé entre les partenaires sociaux d'ici le 30 mars prochain, l'AGFF ne serait pas prorogé et nous reviendrions au système initial. Un cadre partant à 60 ans en ayant accompli tous ses trimestres toucherait 22% de moins sur ses pensions Arrco et Agirc, soit de 11 à 15% de moins sur la totalité de sa retraite. Il y a très peu de risques que cela arrive. En revanche, les conditions peuvent être durcies. Par exemple, l'AGFF pourrait seulement prendre en charge les départs à partir de 62 ou 63 ans.
Une chose est sûre : pour ceux qui comptent prendre leur retraite en 2009, mieux vaut avoir liquidé ses droits avant le 31 mars prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :