40,1% des jeunes actifs italiens pointent au chômage

 |   |  528  mots
667 000 jeunes actifs italiens de 15 à 24 ans sont sans emploi
667 000 jeunes actifs italiens de 15 à 24 ans sont sans emploi (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
667.000 jeunes italiens, âgés de 15 à 24 ans et qui aimeraient travailler, étaient sans emploi au mois d'août selon les premières estimations de l'Institut national des statistiques italien.

40,1% : voilà le taux de chômage des jeunes italiens pour le mois d'août 2013. L'Istat, l'Institut national des statistiques italien, publie ce mardi une estimation provisoire des chiffres du chômage qui correspond à une hausse de 5,5 point en un an.  667.000 jeunes actifs de 15 à 24 ans seraient donc sans emploi

C'est d'aillleurs le chef du gouvernement italien qui avait demandé début mai que le Conseil européen du mois de juin se concentre sur le chômage des jeunes.

>> L'Italie demande un plan d'urgence à l'Europe pour lutter contre le chômage des jeunes

Ainsi, le 27 juin dernier, les chefs d'Etat des 27 pays membres de l'Union européenne s'étaient mis d'accord sur un Fonds européen pour l'emploi des jeunes : 6 milliards d'euros doivent être débloqué sur deux ans, à partir de ce 1er octobre 2013, pour améliorer l'accompagnement des moins de 25 ans.

>> L'Union européenne versera 600 millions d'euros pour contrer le chômage des jeunes Français

Plus globalement, d'après ces estimations provisoires de l'Istat, 12,2% des actifs italiens étaient au chômage en août, soit une augmentation de 0,1 point comparé au mois précédent et de 1,5 point sur un an. Le chômage est revenu au même niveau qu'en mai, un record depuis la création des statistiques mensuelles il y a 9 ans et trimestrielles en 1977.

Selon des données corrigées des variations saisonnières, le nombre de personnes à la recherche d'un emploi s'est élevé à 3,127 millions en août dans le pays, soit 1,4% de plus qu'en juillet (+42.000), et en hausse de 14,5% sur un an (+395.000 personnes).

L'Italie vient d'enchaîner deux années de forte récession et le chômage y est en constante hausse depuis plusieurs mois. Le gouvernement espère un début de reprise économique à la fin de l'année, même si nombre d'économistes préviennent que la phase d'instabilité politique que traverse le pays risque de mettre à mal cet objectif.

>> Silvio Berlusconi plonge l'Italie dans une nouvelle crise gouvernementale

Au niveau européen, le taux de chômage de la zone euro corrigé des variations saisonnières s'est établit à 12% en août, stable par rapport à juillet, selon les données de l'office statistique de l'Union européenne Eurostat publiées ce mardi. Au sein de l'Union des 28, le taux de chômage a été de 10,9%.

Selon les estimations d'Eurostat, 26,595 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage en août 2013 dans l'Union européenne des 28, dont 19,178 millions dans la zone euro.

chomage_europe_août

crédits: Eurostat

Les jeunes demeurent particulièrement touchés : en août 5,499 millions de personnes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l'Union européenne, dont 3,457 millions dans la zone euro. Le taux de chômage des jeunes s'est alors élevé à 23,3% au sein de l'Union et à 23,7% dans la zone euro, contre respectivement 23,1% et 23,4% en août 2012.

Les taux les plus bas en août 2013 ont été observés en Allemagne (7,7%) et en Autriche (8,6%), et les plus élevés en Grèce (61,5% en juin 2013), en Espagne (56,0%) et en Croatie.

LIRE AUSSI:

>> "L'Europe peut mieux coordonner les efforts dans la lutte contre le chômage des jeunes"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2013 à 10:29 :
" 667.000 jeunes italiens, âgés de 15 à 24 ans et qui aimeraient travailler, étaient sans emploi " => les jeunes de 15 à 24 ans en Italie représentent donc 667 /40% = 1.7 Millions ? Allez faire un tour sur Wikipedia et vous verrez que les 15/24 ans (hommes et femmes ) représentent 6 Millions (l'Italie compte 60 Millions d'habitants).
Merci de vérifier vos sources avant de publier des articles aussi alarmant.
a écrit le 02/10/2013 à 8:12 :
Mamma Mia!!!!
a écrit le 01/10/2013 à 23:02 :
et après il faudrait accueillir des immigrés et demandeurs d'asile et leur offrir des études ? Les peuples européens ne peuvent plus supporter cette gabegie ! Les jeunes diplômés français galèrent, alors imaginez en Italie et en Espagne!
a écrit le 01/10/2013 à 23:02 :
et après il faudrait accueillir des immigrés et demandeurs d'asile et leur offrir des études ? Les peuples européens ne peuvent plus supporter cette gabegie ! Les jeunes diplômés français galèrent, alors imaginez en Italie et en Espagne!
Réponse de le 04/10/2013 à 5:54 :
Ben pour piller les richesses de l'afrique, personne ne dit rien.
a écrit le 01/10/2013 à 20:31 :
Cette Europe est plutôt grave ! C est un système en perdition et une décadence morale ! On apprend qu en Grèce, il y aurait eu une erreur pour la question de la ZMO. Les salariés en précarité rejettent la représentation par les syndicats et ont déterminés qu ils empêchaient le travail. Il y aurait donc du parasitisme du travail et une volonté de destruction économique ? On entend dire certains politiques j abandonne mes privilèges. En Grèce, la population est régulièrement en grève générale contre le gouvernement pour la question de l austérité, de l euro ou encore des baisses de salaire de 30% alors que le chômage galope. Un gouvernement qui supprime des empois publics. On appellerait cela de bonnes politiques ? On voit notre président consulter les français pour créer des entreprises, mais l auto entreprise serait interdite ? Ne devrait-on pas préserver les sociétés de ces malfaisances ?
a écrit le 01/10/2013 à 18:10 :
En France c'est pire!, avec tous les contrats déguisés pour faire baisser les chiffres de pôle emploi nous arrivons à des chiffres inavouables!.
Dans la globalité, en France, c'est une personne sur trois en âge de travailler qui est privée d'emploi.
A pôle emploi, on a la main leste pour éconduire (sans ménagement) les gens qui veulent du travail.
a écrit le 01/10/2013 à 17:17 :
croyez vous que c'est mieux en France ? Ce n'est peut etre pas la meme chose, car chez nous les jeunes sont pris en apprentissage ou en contrat pro, le temps de la formation, puis une fois le diplome obtenus, on les jettent et on en reprend. Ainsi de suite. Le boulot est fait , mais à moindre cout. Car les employeurs n'ont pratiquement rien à débourser, ce sont les organismes de formations qui financent. Ma fille en fait partie et comme réponse à ses envois de CV, on lui répond, qu'elle n'a pas d'expérience, bien qu'elle gérait 200 personnes seules quand son tuteur n'était pas là !!!
a écrit le 01/10/2013 à 16:54 :
Allo SFR!
a écrit le 01/10/2013 à 16:35 :
Tout le monde n'a pas la chance d'avoir SFR pour faire chuter le taux de chômage .
Réponse de le 01/10/2013 à 18:12 :
Si SFR fait des soustractions sur les factures comme il sait le faire avec les chiffres de pôle emploi, alors, je crois que je vais prendre un abonnement chez SFR.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :