"Le dernier recours pour la Russie serait le contrôle des changes", Anne-Sophie Fèvre (Coface)

 |   |  602  mots
Anne-Sophie Fèvre (Économiste à la direction de la recherche économique de Coface	).
Anne-Sophie Fèvre (Économiste à la direction de la recherche économique de Coface ). (Crédits : DR)
Face à la chute libre du rouble, la Banque Centrale russe a encore et fortement augmenté ses taux d'intérêt dans la nuit de lundi à mardi. Si ces actions ne suffisent pas à enrayer la chute de la monnaie, Anne-Sophie Fèvre, économiste à la direction de la recherche économique de la Coface, craint que le gouvernement russe soit contraint d'imposer un contrôle des changes à ses frontières.

La Tribune. Le rouble a franchi de nouveaux seuils à la baisse ce lundi, à des niveaux historiques. La devise est-elle victime de spéculations, ou y a-t-il des raisons objectives à cette baisse?

Anne-Sophie Fèvre. Les raisons objectives existent. D'ailleurs, la baisse du rouble avait commencé en 2013 lorsque la croissance de l'économie russe ralentissait, et que les investisseurs s'inquiétaient des perspectives macroéconomiques. La crise ukrainienne et les sanctions internationales ont accéléré les pressions à la baisse. Mais l'élément déterminant aujourd'hui qui précipite la chute de la devise russe c'est la baisse des cours du pétrole. Il y a une forte corrélation entre prix du  pétrole et l'évolution de la devise russe. Le pétrole c'est 50% des recettes de l'Etat russe, et les hydrocarbures représentent les deux tiers des recettes d'exportations.

Que peut encore faire la Banque Centrale russe pour enrayer la chute du rouble?

La banque centrale est déjà massivement intervenue sur les marchés. Depuis janvier, elle a injecté 82 milliards de dollars. Mais depuis novembre, elle limite ses interventions afin de préserver ses réserves de change. Son discours est désormais d'intervenir uniquement lorsque la stabilité financière est en situation de risque. Elle a anticipé le passage du rouble à un cours flottant, initialement prévu au 1er janvier 2015. Son objectif est surtout de limiter l'inflation car la chute du rouble renchérit le coût des importations. Son arme principale est aujourd'hui la politique de taux d'intérêt. Dans la nuit d'hier, elle a relevé drastiquement ses taux directeurs de 650 points de base, ce qui est un geste très fort (le taux directeur est passé de 5,5% en début d'année à 10,5% la semaine dernière, NDLR).

On a le sentiment que les interventions des autorités russes que ce soit la Banque Centrale ou le gouvernement, n'ont pas suffi à enrayer la chute du rouble. Est-ce qu'aujourd'hui la dégringolade du rouble est hors de contrôle?

On est aujourd'hui en présence d'une véritable crise de change. La Banque Centrale dispose certes encore de réserves de changes suffisantes pour intervenir sur les marchés. Même si elle doit préserver ces réserves, celles-ci s'élèvent à 420 milliards de dollars, réserves d'or comprises. La problématique pour l'économie russe c'est non seulement l'ampleur de la baisse du rouble, mais également sa durée. C'est un problème pour les entreprises qui voient leur service de la dette s'alourdir considérablement. Entreprises et banques ont 130 milliards de dollars à payer d'ici la fin 2015.

Les investisseurs ne semblent pas du tout convaincus. Le pétrole s'est stabilisé aujourd'hui, tandis que le rouble a poursuivi sa chute. Est-ce que le rouble est entré dans une spirale spéculative à la baisse nourrie par ces inquiétudes?

La Banque centrale russe avait alerté sur le sujet de la spéculation. Sa politique d'intervention et de contrôle des marges de fluctuations de change incitait à la spéculation. Les marchés testaient alors jusqu'où la Banque Centrale agirait. C'est tout le sens de sa décision d'avancer le passage au flottement de la devise. Le véritable problème est le cumul de chocs sur l'économie russe qui entretiennent la défiance : crise géopolitique, sanctions, ralentissement économique et baisse des cours du brut. Si la hausse drastique des taux d'intérêt ne marche pas, le gouvernement pourrait alors être tenté d'imposer un contrôle des changes. Ce serait le dernier recours et cela aurait un effet négatif pour l'économie russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2014 à 20:49 :
Analyse incomplète à mon avis. Elle ne tient pas compte de l'aspect géostratégique.
Le dernier recours de la Russie est de compter sur le soutien de la Chine qui dispose de ressources de plus 3.500 millions de DUS. Le recul des recettes pétrolières est réel, elles ont été divisées par 2. Ce qui en apparence laisserait croire que la Russie serait incapable de rembourser son endettement fin 2015.
Toute l'opération de baisse du prix du pétrole a été inutile et a déjà échoué.
Le même scénario a été utilisé contre l'Iran. Ca été un échec total.
Le capitalisme par définition c'est la loi du profit, lorsqu'il s'amuse à vouloir perdre économiquement pour gagner politiquement il se plante magistralement.
Mauvais élève et mauvais perdant.
Réponse de le 25/12/2014 à 12:24 :
On se rassure comme on peu ...
Ceci dit, il n'y a pas "d'opération de baisse du pétrole".
Le prix du pétrole baisse parce que la demande baisse et que la production ne baisse pas de son côté, voilà tout.
Pourquoi la production ne baisse pas ? Tout simplement parce que le troisième producteur tente de conquérir des marché appartenant au deuxième producteur et que celui-ci ne veut pas les perdre ...
a écrit le 23/12/2014 à 10:44 :
Je pense que si on regarde objectivement le fait mais pas la parole, avec ce qui se passe dans le monde d aujourd hui, c est l US le premier pays agressive qui ont de base, qui ont fait la gueurre un peu partout dans le monde, qui ne reste pas a sa place.
Je ne defend pas Poutine mais US ou EU parlent de la souverainete territoriale quand ca leurs arrangent.
Voila un lien pour confirmer ce que je dit a propos de ce qui se passe derriere de probleme en Ukraine pas du tout comme on nous raconte a la television( media qui desinformise beaucoup a mon gout) que c est la Russie qui en train d envahir l Ukraine, c est plutot l OTAN au profit de l US d ailleurs et peut etre pour EU que pour la Russie.
https://www.youtube.com/watch?v=abK0Kxb2ufg
Ce lien explique le 12 facon de US de change un gouvernement qu il trouve difficile a manipule ou juste ceux qui ne ralie pas a leur cause, si jamais ca ne marche pas il intervient au nom de ce fameux mot DEMOCRATIE en disant pour libere le peuple, vous avez compris la suite y compris en Ukraine.
a écrit le 18/12/2014 à 12:50 :
Tout d'abord il est impressionnant de voir a quel point la propagande russe arrive à tordre la réalité comme si elle voyait le monde à travers un miroir déformant. En Russie on peut comprendre que le peuple y adhérent car il n'y a aucune libérté de la presse et que tout est contrôlé par le Kremlin. Mais pour les russes ou sympathisant russes vivant à l'extérieur de la Russie, comment n'arrive t-il pas à ouvrir les yeux une fois qu'ils ont accès à une information plus libre et plus objective? Ensuite, je trouve malheureux que Poutine ruine ses propres efforts. En effet, en 15 ans il est arrivé a relevé l’économie russe, et là, simplement pour faire le beau et montrer qu'il a des c******* il prend le risque de voir son économie replonger. Les difficultés économiques en Russie (qui ne font que commencer selon moi), sont le résultat de trois éléments. La chute du prix du gaz et du pétrole (qui correspondent à 50 % des recettes de l'état, des sanctions internationales et de la fuite des investisseurs. Les deux derniers éléments sont liés mais ils uniquement de la responsabilité de M.Poutine. S'il n'avait as attaqué un pays souverains au porte de l'Europe il n'y aurait jamais eu de sanctions contre la Russie (car c'est dans une moindre mesure défavorable à l'Europe et si elle avait pu l'éviter elle l'aurait fait). IL faut que M.Poutine apprennent reste à sa place, ce qu'il va malheureusement apprendre à ses dépens. je pense qu'il a sous-estimé l'impact des sanctions économiques. De plus, la seule chose qui peut faire évoluer la politique de la Russie, c'est le peuple russe. Et la seule chose qui peut faire changer le peuple russe c'est une dégradation économique, qui commence a arriver aujourd'hui. Je souhaite que l'économie russe se dégrade suffisamment pour que la Russie laisse l'Ukraine retrouver sa souveraineté.
Réponse de le 19/12/2014 à 10:06 :
Votre analyse ne tient pas compte que la Russie est la plus grand pays du monde, par sa superficie, et qu'elle a donc des richesses potentielles dans tous le domaines energétiques, Industriels, Agricole et minéraux rares tels l'uranium, etc..;
En plus n'étant pas surpeuplé, il est potentiellement le plus riche du monde.
Alors ce n'est plus qu'une question d'organisation de l'autarcie.
Réponse de le 25/12/2014 à 12:30 :
Charre.
Comme on peut le lire, la géopolitique comme l'économie, ce n'est vraiment pas pour toi ...
Cesse de ridiculiser encore plus les poutinolâtres, ils n'ont vraiment ps besoin de ça, en ce moment.
a écrit le 17/12/2014 à 15:14 :
La Russie fait partie de l'Europe, pourquoi ne pas arrimer le rouble à l'euro comme l'est le yuan avec le dollar.
Réponse de le 17/12/2014 à 16:02 :
Hors de question, ce serait faire entrer le loup dans la bergerie.
Les russes sont trop corrompus et nous entraineraient dans des problèmes sans fin.
Comme le prouve la crise en Russie, la valeur du rouble est directement rattaché à son exportation de pétrole et de gaz.
L'argent du pétrole et du gaz finance la modernisation des forces militaires russes, qui est un gouffre financier sans fond parce que les impôts payer par les citoyens russes ne pourrait jamais suffire l’entretenir.
Réponse de le 18/12/2014 à 9:34 :
Tu veux parler des USA, pas de la Russie ? L'occident est aussi corrompu, mais avec de belle paroles humanistes, de beau costumes et de belle prières. Les USA ont le budget militaire le plus élevé de la planète, et le finance avec le gaz de schiste... L'occident à été responsable de deux guerres mondiales au XX ème siècle qui ont fait environ 80 millions de morts, dont 8 millions de morts Russes. La crise économique de 2008 à permit à la finance internationale d'engranger 2500 milliards de $, se sont les chiffres officiels. Les Russes sont de très petits joueurs en matière de corruption...
Réponse de le 19/12/2014 à 20:24 :
Les Russes ont eu 25 millions de morts n oublions pas au ils auraient gagne la guerre. SANS les américains la différence au lieu d arreter a Berlin ils seraient venus jusqu a. Cherbourg
a écrit le 17/12/2014 à 10:51 :
Une fois encore le problème c'est les US. Ils veulent affaiblir la Russie pour continuer à dominer le monde. Le problème, c'est que la Russie, c'est un gros morceau, Napoléon, Hitler s'y sont cassés les dents. Il y a bien le nucléaire, et même si l'armement Russe n'est peut-être pas au top, son potentiel de destruction n'est pas négligeable, capable de faire beaucoup de dégâts sur le sol américain (et ailleurs). Espérons que les faucons américains et le CMI seront un tout petit peu raisonnables. C'est pas gagné...
a écrit le 17/12/2014 à 1:37 :
Les russespour attaquer les usa n'ont qu'à vendre des obligation souveraine des usa ce qui fera augmenter le taux d'emprunt
a écrit le 16/12/2014 à 22:36 :
Poutine n'a qu'à sortir les bombinettes de leur boite et les bourses mondiales plongent... Ce serait sa menace prochaine. L'état PS voyou français s'effondrerait. Allez ! GO Poutine !
Réponse de le 19/12/2014 à 10:09 :
Les sous-marins nucl'aires porteurs d'ogives Russes sont partout sous les océans, et vitrifier le Pentagone et ce qu'il y a autour est à leur portée. Gare à ne pas pousser les Russes à une guerre préventive.
a écrit le 16/12/2014 à 19:32 :
La gouvernance poutinienne est kleptocrate, nationaliste agressive et expansionniste. Espérons pour la Russie et surtout ses voisins que cette crise mettra fin à ce regime.
a écrit le 16/12/2014 à 18:18 :
Les USA détruisent l'économie Russe comme ils l'on fait pour l’Allemagne vers les années 1940, ce qui a déclenché la seconde guerre mondiale. Comme au siècle dernier, l'économie américaine est au plus mal, et seule une bonne guerre pourrait réinitialiser les compteurs... On ne peut pas attendre d'un complexe militaro-industriel qu'il recherche la paix. Les USA provoquent les Russes de toutes les manières : militaire avec la géorgie et l'ukraine, et maintenant par l'économie et les médias.
Réponse de le 16/12/2014 à 19:40 :
mdr une bonne guerre a coup d arme nucléaire on et plus dans les annee 40 avec des fusille . si il doit avoir une nouvel guerre , le risque et la disparition de l espece humaine tt simplement
Réponse de le 16/12/2014 à 21:46 :
Ivane ("Dingo", hi, hi) que-ce-que tu cherches sur la portale francaise?
Réponse de le 16/12/2014 à 22:30 :
vous inversez la réalité totalement !
Réponse de le 17/12/2014 à 12:00 :
"vous inversez la réalité totalement !" , c'est la propagande officielle qui inverse la réalité. Les Russes ont accordé l'indépendance à l’Europe de l'est lors de la chute du mur de Berlin. Mais l'Europe a annexé ces pays contrairement aux accords passés avec l'URSS, et l'OTAN menace la frontière Russe en annexant l'Ukraine. Il faut être capable de voir les faits en face, et pas réciter béatement les "vérités" officielles du "pays de la liberté".
a écrit le 16/12/2014 à 17:30 :
et plus nous coulons notre industrie de l'armement....

bravo les winners
Réponse de le 16/12/2014 à 18:20 :
ah bon, pourquoi ?
a écrit le 16/12/2014 à 17:25 :
Avant dernière solution: Rétrocéder la Crimée et le Donbass à l'Ukraine! Cela ne leur couterait pas un rond et leur retournerait une foule d'amis, de financiers, de consommateurs et de clients... Si Saint Vladimir fait cela et je lui garantis des nuits de nouveaux sereines et la fin de ses psoriaris...
Réponse de le 16/12/2014 à 17:31 :
je ne pense pas que les russes soit du genre à se laisser mener par le bout du nez comme les européens....aiment se laisser dicter les choses par Washington et les Emirs du Golfe
Réponse de le 17/12/2014 à 13:34 :
@ avant dernier...: 1.Disons doucement: cela ne sera pas du tout populaire parmi les gens en Russie. Cela provoquera un rejet total des autorités avec les risques conséquents. Cela sera très peu populaire à Donbass et un rejet total en Crimée. 2. Vous ne pouvez rien garantir, parce que celui qui cède tout le temps, va céder tout. Une signe de faiblesse ( à vrai dire il y en a déjà plein) et il y aura de nouvelles attaques encore plus fortes (pas forcement monétaires)
a écrit le 16/12/2014 à 15:28 :
Madame, vous avez oublié autre chose : la déclaration d'une guerre mondiale entre Russie et USA...
Réponse de le 16/12/2014 à 18:20 :
Quel serait l'intérêt de la Russie à cette guerre ? Un peu de sérieux...
a écrit le 16/12/2014 à 14:39 :
Cette dame a bien raison : le contrôle des changes est la meilleure arme, puisqu'on ne peut alors plus spéculer contre la monnaie.
Cela été souvent pratiqué en France dans les années 1960-1970, et c'est ce qu'avait fait la Malaisie dans la crise asiatique de 1997, en contradiction totale avec les préconisations du FMI. Ce qui avait permis ensuite à ce pays de redémarrer son économie bien avant les autres....
Et c'est de la vraie orthodoxie financière : n'en déplaise à tous les ayatollahs de la finance moderne.
a écrit le 16/12/2014 à 13:55 :
"Son arme principale est aujourd'hui la politique de taux d'intérêt"
phrase amusante car un des gros avantages pour la Russie de la baisse du rouble est de favoriser ses ventes d'armements qui eux sont payes en ... dollars :-)
Réponse de le 16/12/2014 à 19:41 :
La russie est un pays du tier monde, et vie surtout de la,vente de matières premières. Ces gens sont trés pauvres, et avec Poutine ca ne risque pas de s'améliorer...
a écrit le 16/12/2014 à 13:01 :
Continuons affaiblir volontairement la russie et quand le patriotisme sera exacerbé .....Un petit rappel.....Traite de versailles on a vu ce que cela a donné sauf que le president russe a de quoi nous casser le derriere ....
Réponse de le 16/12/2014 à 14:05 :
L’armée russe est impressionnante cela ne fait pas de doute.
Mais elle est aussi en sale état.
La vente (ou pas) des Mistrals est justement un bon indice de l’état de dégradation de l'industrie de l'armement russe: après la chute de l'URSS beaucoup de compétence ont tout simplement disparues...

Mais effectivement en agissant de la sorte on est en train de braquer et souder tout un peuple (qui nous étaient favorables). Tout en n'ayant pas régler le problème des pays anciens satellites de l'URSS qui de fait on récupérés une population russe qui ne fait que coexister avec les autochtones.

Il faut croire que les américains étaient lassés du moyen orient, ils ont préférés cette fois jouer a domicile en face d'une équipe bien connue :-/
Réponse de le 16/12/2014 à 17:27 :
Poutine n'a pas attendu de voir son économie abandonnée par les investisseurs (d'ailleurs privés, donc pas vraiment dirigés par un Etat adverse) pour flatter le nationalisme de son peuple ...
Réponse de le 17/12/2014 à 0:59 :
@ r: +0.9
a écrit le 16/12/2014 à 12:36 :
Quelqu'un pourrait-il m'expliquer pourquoi la monnaie de l'Ukraine, pays en guerre civile, sans ressources pétrole où autres, se porte comme un charme ?
Réponse de le 16/12/2014 à 13:56 :
Tout simplement parce que pour les spéculateurs 'il n'y a pas grand chose a prendre dans ce pays. Alors qu'avec la Russie il y a pas mal a gratter...
Réponse de le 16/12/2014 à 16:58 :
L'Ukraine n'a pas de monnaie. Et pas de gouvernement. Bref : il n'est pas sûr que l'Ukraine soit un pays. C'est triste, mais c'est comme çà. Ils pourraient comprendre çà, à Bruxelles. Plutôt que de s'en servir pour faire suer les Russes.
a écrit le 16/12/2014 à 11:47 :
Certains points d’analyse sont douteux. 1. Le rouble tombe principalement à cause du pétrole ? Pourquoi, donc, les devises d’autres pays pétrolières de la Norvège au Kazakhstan (par exemple, l’économie du dernier dépend bien plus du pétrole) ne tombent pas ou au moins pas pour autant ? 2. Avant le contrôle direct des changes on peut utiliser d’autres moyens de contrôle : une obligation de la réalisation d’une partie de leur bénéfice en dollars et euros en Russie (cela a existé en Russie avant 2006). Je rappelle que le bilan commercial de la Russie sera de + 150 mlrd. dollars cette année. Evidemment il faut faire un travail d’explication chez les exportateurs (ah, les rêves !). Il y a encore le moyen de casser le jeu des spéculateurs en réalisant des interventions assez importantes sur le marché. Soit des interventions pointues sans dépenser beaucoup des réserves, juste pour montrer qu’ils peuvent perdre de l’argent, soit en dépensant beaucoup pour inverser le marché. A ce moment il y a des moyens. On peut introduire aussi une taxe exceptionnelle sur l’achat des devises étrangères etc. 3. L’importance de taux directeur en Russie est bien plus faible qu’en Occident, surtout pour les spéculateurs.
a écrit le 16/12/2014 à 11:46 :
Certains points d’analyse sont douteux. 1. Le rouble tombe principalement à cause du pétrole ? Pourquoi, donc, les devises d’autres pays pétrolières de la Norvège au Kazakhstan (par exemple, l’économie du dernier dépend bien plus du pétrole) ne tombent pas ou au moins pas pour autant ? 2. Avant le contrôle direct des changes on peut utiliser d’autres moyens de contrôle : une obligation de la réalisation d’une partie de leur bénéfice en dollars et euros en Russie (cela a existé en Russie avant 2006). Je rappelle que le bilan commercial de la Russie sera de + 150 mlrd. dollars cette année. Evidemment il faut faire un travail d’explication chez les exportateurs (ah, les rêves !). Il y a encore le moyen de casser le jeu des spéculateurs en réalisant des interventions assez importantes sur le marché. Soit des interventions pointues sans dépenser beaucoup des réserves, juste pour montrer qu’ils peuvent perdre de l’argent, soit en dépensant beaucoup pour inverser le marché. A ce moment il y a des moyens. On peut introduire aussi une taxe exceptionnelle sur l’achat des devises étrangères etc. 3. L’importance de taux directeur en Russie est bien plus faible qu’en Occident, surtout pour les spéculateurs.
Réponse de le 25/12/2014 à 12:59 :
On se demande vraiment où vous allez cherchez vos chiffres !
Certainement pas sur les medias officiels du kremlin !
A moins que vous ne confondiez excédent et recette, évidemment. Mais dans ce cas, qu'espérez vous en retour de vos affirmations péremptoires autre que mépris ?
a écrit le 16/12/2014 à 11:37 :
pas de spéculation sans d'abord des éléments fondamentaux. Croissance mondiale faible donc demande de pétrole faible, production des huiles de schiste donc production en augmentation donne baisse de prix du pétrole. Matières première en baisse donc exportation et recettes fiscales en berne en Russie, donne déficit balance des paiements donc dépréciation du Rouble et in fine spéculation qui accélère le mouvement. Poutine le maître tacticien tant admiré ici, a du prévoir tout ça sans nul doute...Ca va lui coûter un max le coup de la Crimée et c'est tant mieux!
Réponse de le 16/12/2014 à 12:03 :
+1... Le petit jeu de Poutine est en train de saigner a blanc son peuple et son economie par ailleurs tres peu diversifiee et qui voit les capitaux etrangers fuirent de plus en plus tous les jours... On s'en frotte les mains d'avance...
Réponse de le 16/12/2014 à 17:23 :
Il faut vraiment en tenir une solide pour ne fût-ce qu'évoquer un défaut russe ! Pour rappel, la dette de la Russie plafonne à... 13,5% de son PIB contre 93,5% pour la France, et 245% pour le Japon ! Comment un pays ayant une dette quasi nulle et qui exporte une telle quantité de pétrole et de gaz pourrait-il faire défaut ? De plus, jamais l'excédent commercial russe n'a été aussi élevé que depuis les "sanctions" : il a grimpé de 10% entre 2013 et 2014. Ce ne sont pas les dollars qui manquent en Russie : ce sont des idées sur ce que les Russes pourraient bien faire de tous les dollars qu'ils accumulent, maintenant qu'ils privilégient leurs échanges avec l'Asie, qu'ils n'achètent même plus de produits agricoles européens, et que leurs touristes - chute du rouble oblige - préfèrent rester et dépenser leurs sous en Russie.
a écrit le 16/12/2014 à 11:31 :
pas de spéculation qui ne s'appuie sur des éléments fondamentaux. A une demande mondiale de péterole faible du fait de la faible croissance, à des capacités de production en augment
a écrit le 16/12/2014 à 11:31 :
pas de spéculation qui ne s'appuie sur des éléments fondamentaux. A une demande mondiale de péterole faible du fait de la faible croissance, à des capacités de production en augment
a écrit le 16/12/2014 à 11:19 :
tout à fait le contrôle des changes va devenir inéluctable, avant le défaut de paiement et la faillite. Les gros oligarques le sachant parfaitement, la fuite des capitaux va s'accélérer.
a écrit le 16/12/2014 à 10:58 :
le but c'est quand meme de vider les reserves des russes pour qu'ils arretent la guerre en ukraine !
a écrit le 16/12/2014 à 10:55 :
De toute les manières le patriotisme prendra le dessus et la faute sera rejeté sur l'UE, l'OTAN et EU!
Réponse de le 16/12/2014 à 11:30 :
une bien piètre consolation pour le peuple russe dans les mois à venir. Ca fait un moment que le patriotisme a pris le dessus et qu'ici ou ailleurs on explique que Poutine ait fait la guerre en Géorgie ou en Crimée à cause des Occidentaux. En attendant mon plein d'essence baisse, je mange pas de caviar, me chauffe pas au gaz, jusqu ici tout va bien...
a écrit le 16/12/2014 à 10:51 :
Il faut se rendre compte que la finance à engrangé grâce aux subprimes environ 2500 milliards de $ de cash, et qu'elle peut maintenant faire tomber l'économie de n'importe quel pays de la planète, même la Russie ou la Chine.
a écrit le 16/12/2014 à 10:36 :
l'appréciation du $ contre le rouble a entièrement compensé la baisse des prix du pétrole...les revenus pétroliers de la Russie sont donc inchangés, et ces exportations encore plus compétitives....le Budget de la Russie est en Rouble, et non en $..

grace aux stupides sanctions européennes, leurs Mig sont encore plus compétitifs que nos rafales....on se tire une balle dans le pied et on en est fier !
Réponse de le 16/12/2014 à 11:15 :
C'est vous l'analyste bidon.

On se demande bien pourquoi la banque centrale russe se démène pour soutenir le cours du rouble si sa chute est si bénéfique à l'économie russe.
Réponse de le 16/12/2014 à 11:24 :
le baril à baisser de plus de 40%, sans parler des autres matières premières et c'est 70% de leurs exportations...Comment vous expliquez leur déficit de balance des paiement si ils sont plus compétitifs? Vous allez aussi voir la tronche de leur budget avec la chute de la manne pétrolière en rouble ou pas...
Réponse de le 16/12/2014 à 12:37 :
C'est incroyable de voir combien les économistes se penchent goguenards sur la situation Russe.
Il n'en reste pas moins que les russes ont des réserves, des matières premières...et que nous sommes infiniment plus ds la mouise en occident qu'en orient.
Réserves en métaux précieux ????
Les russes peuvent payer leur dette mais les américains et les européens ????
Réponse de le 16/12/2014 à 16:12 :
@n'importe quoi : les russes vendent leur pétrole et gaz en $ ok ? Le pétrole a baissé de 50% mais le rouble également par rapport au $ ... résultat des courses : la Russie a engrangé pas moins ni plus de roubles sur ses ventes de pétrole. Bien entendu mon calcul est simpliste... il faudrait prendre les variations des cours du pétrole et du rouble/$/€ de façon précise... Mais pas évident que les russes pour l'instant perdent énormément. De plus ne pas oublier que les russes sont des très grands producteurs de pétrole et autres matières premières. Donc leur économie peut continuer à tourner et être plus compétitive. Ce n'est pas Areva qui a vendu des centrales nucléaires en Inde....
Réponse de le 16/12/2014 à 17:01 :
La banque centrale russe se démène parce que ses décideurs ont été formés par des financiers occidentaux. Les mêmes que ceux qui ont fait la crise bancaire de 2007-2008.
Réponse de le 16/12/2014 à 17:15 :
Mais ce Monsieur est peut-être un grand économiste qui chuchotte à l'oreille de Poutine! Laissez-le se gauffrer, ce monsieur bidonovitch poutinidôlatre! Qu'il souffle ses analyses à l'oreille de son Maître! Si cela se trouve, la raison de la chute du rouble est tout simplement dans la certitude de la bêtise crasse des flatteurs russophiles dont nous avons ici un spécimen... Mais qu'ils se plantent, mon dieu, qu'ils se plantent... jusqu'à ce qu'ils comprennent que ce sont nous, leurs vrais amis! Le soucis, ce n'est pas en envoyant ses soldats au casse-pipe que Saint Vladimir va résoudre la crise. Pourtant, il pourrait le faire d'un simple claquement de doigt, il est plus fort que tout le monde! Mais à l'entendre, il est responsable de rien, ce qui prouve son irresponsabilité! Qu'il revienne sur terre, et sa crise financière sera résolue, avec notre soutien!
Réponse de le 16/12/2014 à 17:28 :
le budget Russe est en Rouble les nanards...et ils produisent autre chose que du beaujolais et du camembert....de l'Or et des Mig.....grâce aux sanctions des neuneus toutous européens, le 1er vient de s'apprécier en Rouble et le second est encore plus compétitif comparé au rafale...dont personne ne veut !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :