Téléchargez
notre application
Ouvrir

Léger remaniement attendu pour le gouvernement

reuters.com  |   |  703  mots
Demission du gouvernement dans la journee, annonce castaner[reuters.com]
(Crédits : Charles Platiau)

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre français Edouard Philippe devrait présenter "dans les heures qui viennent" la démission de son gouvernement avant de procéder à un "remaniement technique" de faible ampleur, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner au lendemain de la très large victoire du parti présidentiel au second tour des élections législatives.

Attendue, cette démission devrait intervenir "entre aujourd'hui et demain", a de son côté indiqué l'entourage d'Emmanuel Macron, sans donner de précisions sur la date exacte pour le remaniement.

Interrogé sur les résultats des législatives lors de sa visite au salon aéronautique du Bourget (Seine-Saint-Denis), le chef de l'Etat, qui depuis son arrivée à l'Elysée limite ses prises de parole, s'est refusé à tout commentaire.

La République en marche (LREM), le parti du président Emmanuel Macron et son allié centriste du Modem, ont remporté dimanche les trois quarts des sièges de députés à l'Assemblée nationale, loin devant l'opposition de droite des Républicains et de l'UDI. Et les six membres du gouvernement qui jouaient leur place ont été élus ou réélus, dont Christophe Castaner.

"Le Premier ministre sera amené dans les heures qui viennent à présenter sa démission comme le veut l'usage (...) dans la journée, je pense", a déclaré Christophe Castaner sur RTL. "Et dans les jours qui viennent, un nouveau gouvernement sera constitué, je le pense, sous l'autorité d'Edouard Philippe."

Le secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé des Relations avec le Parlement a ajouté qu'à son avis, il ne s'agira pas d'un remaniement "d'ampleur". Ce sera, dit-il, "un remaniement technique et une confirmation, celle d'Edouard Philippe en responsabilité."

Les ministres soupçonnés d'avoir eu recours aux emplois fictifs n'ont pas vocation, en tout cas pour cette raison, à être remplacés, a déclaré Christophe Castaner en réponse à une question sur un éventuel départ du gouvernement du ministre de la Cohésion des territoires (LREM) Richard Ferrand et du ministre de la Justice (MoDem) François Bayrou.

"Toute personnalité politique, tout ministre mis en examen doit quitter le gouvernement. Aucun des deux n'est mis en examen dans une quelconque affaire", a déclaré le porte-parole en rappelant la règle éditée par Emmanuel Macron et rappelée par son Premier ministre.

LES PROGRESSISTES QUI CROIENT EN L'EUROPE

Malgré la très confortable majorité dont il dispose - 350 députés sur 577 avec le Modem - le gouvernement a intérêt à élargir sa majorité, a indiqué son porte-parole.

"Il y aura aussi le groupe socialiste et des élus socialistes qui ont toute leur place dans notre majorité. Notre majorité, elle doit s'appuyer sur ces progressistes qui croient dans l'Europe, qui veulent agir pour une Europe plus juste, plus sociale, plus forte, et qui doivent nous rejoindre. Qu'ils soient dans la majorité à l'Assemblée nationale, que demain ils puissent aspirer à siéger au gouvernement, tout cela est légitime et logique."

Les nouveaux députés seront tenus à la discipline de vote, comme l'a demandé le président, a rappelé Christophe Castaner. Un phénomène de dissidence, comme celui dit des frondeurs qui ont voté contre certaines lois sous le précédent gouvernement socialiste, ne serait pas toléré, a-t-il suggéré.

"Qu'ils n'oublient pas d'où ils viennent comme acteurs de la société civile (...) et qu'ils n'oublient pas non plus que s'ils sont élus, c'est parce qu'il y a une dynamique, celle d'Emmanuel Macron, sa victoire présidentielle a fait notre victoire législative", a déclaré Christophe Castaner.

"Certains dans la mandature précédente ont pensé que les aventures individuelles - je pense aux frondeurs - étaient la meilleure façon de préparer leur réélection. Les faits ont montré que ça n'était pas le cas" a-t-il ajouté.

"Un député en marche c'est quelqu'un qui s'est engagé sur le projet présidentiel porté par Emmanuel Macron et qui a été élu par Emmanuel Macron. Ça implique de la fidélité. La fidélité en politique (...) c'est peut-être aussi ça le renouvellement politique."

(Danielle Rouquié, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)