Téléchargez
notre application
Ouvrir

Juncker demande à la Grande-Bretagne de payer pour le Brexit

reuters.com  |   |  363  mots
Juncker demande a la grande-bretagne de payer pour le brexit[reuters.com]
(Crédits : Ints Kalnins)

LUXEMBOURG (Reuters) - La Grande-Bretagne doit s'engager à payer ce qu'elle doit à l'Union européenne dans le cadre de sa sortie du bloc communautaire avant que s'engagent les discussions sur les futures relations entre Londres et Bruxelles, a déclaré le président de la Commission européenne, vendredi.

"Les Britanniques découvrent, comme nous, des problèmes chaque jour. C'est la raison pour laquelle cette procédure va prendre plus de temps que prévu", a estimé Jean-Claude Juncker, s'exprimant devant des étudiants au Luxembourg.

"Ils doivent payer, ils doivent payer. Je ne suis pas dans un esprit de revanche. Je ne déteste pas les Britanniques", a-t-il ajouté.

"Pour l'instant, nous ne pouvons pas trouver de véritable compromis sur les engagements fiscaux en suspens du Royaume-Uni. Et comme nous ne pouvons pas parvenir à cela, nous ne pourrons pas dire au Conseil européen en octobre que nous pouvons passer maintenant à la seconde phase des négociations", a-t-il poursuivi.

Juncker a également évoqué un autre point épineux des négociations, celui des droits des ressortissants européens qui résideront en Grande-Bretagne après le Brexit.

Londres refuse que la Cour de justice de l'Union européenne continue de disposer d'une juridiction en Grande-Bretagne et soutient que les ressortissants étrangers seront soumis au droit britannique.

Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, a déclaré jeudi que les discussions avec Londres étaient "dans une impasse" sur la question de la facture du divorce dont le Royaume-Uni devra s'acquitter.

Michel Barnier, qui s'exprimait au terme de la cinquième session de négociation à Bruxelles, a souligné qu'il ne pourrait pas proposer aux chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept qui se réunissent en sommet les 19 et 20 octobre prochains de lancer la deuxième phase des discussions, portant sur le futur cadre des relations commerciales.

Les dirigeants de l'Union européenne pourraient toutefois tendre la main à la Première ministre britannique, Theresa May, afin de sortir de l'impasse les négociations sur le Brexit en ouvrant leurs propres travaux sur l'avenir des relations entre Londres et Bruxelles.

(Philip Blenkinsop; Pierre Sérisier pour le service français)