Téléchargez
notre application
Ouvrir

Blanquer veut interdire les téléphones portables au collège

reuters.com  |   |  321  mots
Blanquer veut interdire les telephones portables au college[reuters.com]
(Crédits : Siegfried Modola)

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, veut mettre en oeuvre la promesse de campagne d'Emmanuel Macron d'interdire les téléphones portables au collège pour "protéger nos élèves de la dispersion".

Dans un entretien publié mercredi dans l'Express, le ministre plaide par ailleurs pour la création d'une "cellule laïcité" afin d'aider les communautés éducatives à faire respecter les "valeurs de la République".

Deux annonces accueillies avec scepticisme par le syndicat SNES-FSU.

"L'usage des téléphones portables est interdit en classe", rappelle Jean-Michel Blanquer. "Avec les principaux, les professeurs et les parents, nous devons trouver le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones".

Il cite en exemple le Conseil des ministres, où les téléphones portables sont censés rester à l'entrée. "Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain", dit-il.

Concernant la laïcité, Jean-Michel Blanquer souhaite la création d'une cellule ad hoc au sein de l'Education nationale "pour répondre à tous les cas qui se présentent via les rectorats".

Il évoque une petite équipe de juristes et d'experts disciplinaires qui viendrait en appui des écoles pour "aider les communautés éducatives à trouver les meilleures solutions afin que les valeurs de la République soient pleinement respectées et soient au centre de l'école".

"Je n'ignore pas l'ampleur sociétale du phénomène. Mais, au moins, mettons-nous en situation de le combattre", dit-il.

Interrogée sur BFM TV, Frédérique Rolet, secrétaire générale de la SNES-FSU, a rappelé que des outils existaient déjà, comme l'observatoire de la laïcité.

"Plutôt que de créer une énième structure, l'essentiel serait plutôt de voir quels sont les besoins des profs et d'essayer d'y répondre", a-t-elle dit.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)