La Tribune

La CRE donne sa bénédiction au déploiement de Linky

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Green Univers  |   -  568  mots
La commission de régulation de l'énergie a validé la généralisation du nouveau compteur communiquant Linky que déploie ERDF. Reste maintenant au comité d'évaluation de Linky et au gouvernement de se prononcer.

C'est une nouvelle étape franchie dans le long processus mis en place pour décider du déploiement définitif du compteur communicant Linky en France : sans surprise, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) vient de donner un avis favorable à sa généralisation. Elle a réalisé un audit dans le cadre du comité d'évaluation de Linky, qui réunit toutes les parties prenantes (opérateurs, fournisseurs d'énergie, autorités concédantes, associations de consommateurs, industriels...) et qui doit préparer la position du gouvernement qui sera annoncée d'ici à la fin de l'été, avait indiqué Eric Besson, ministre de l'Industrie, en mai dernier.
 

La CRE s'est basée sur les résultats de l'expérimentation de quelque 250 000 compteurs menée depuis plus d'un an dans le Rhône et en Indre-et-Loire par ERDF. Un test de grande envergure qui a donné lieu à de nombreuses critiques, y compris de l'Ademe, agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, qui n'était pas très convaincue au départ des bénéfices pour le consommateur. La CRE estime que les problèmes constatés initialement ont été corrigés et motive son feu vert par quatre arguments : la nécessité de développer un compteur "évolué" pour garantir la stabilité des réseaux électriques, un bénéfice attendu pour le consommateur en matière de qualité de service grâce notamment aux relevés à distance qui permettront d'établir des factures réelles et non plus estimées, un coût "globalement neutre" selon l'analyse technico-financière réalisée et enfin la nécessité de donner un coup de pouce à l'industrie française des compteurs communicants qui pourrait ensuite glaner des marchés à l'international.
La CRE recommande par ailleurs de démarrer le déploiement avec la technologie dite "CPL G1" tout en insistant sur la nécessité de viser la technologie "CPL G3", qui apportera des améliorations pour les gestionnaires de réseaux.
 

Les prochaines étapes
 

Reste maintenant au comité d'évaluation de Linky puis au gouvernement à se prononcer, même si la décision ne fait guère de doute. Une fois le feu vert donné, ERDF lancera un appel d'offres pour sélectionner les fournisseurs du dispositif. Un marché sur lequel devrait se positionner Iskra (Slovénie), Itron (Etats-Unis) et Landis+Gyr (Suisse/Australie), racheté récemment par le groupe japonais Toshiba, les trois fournisseurs qui ont déjà livré les quelque 250.000 premiers compteurs Linky. D'autres acteurs devraient aussi chercher à récupérer une part du gâteau. La sélection des futurs fournisseurs se fera logiquement courant 2012, avec ensuite une phase lente de mise en route.
 

6 à 7 années de déploiement
 

Il faudra 6 à 7 ans pour remplacer les 35 millions de compteurs français. Ce déploiement à grande échelle pourrait créer 10.000 emplois (emplois industriels et emplois en aval avec l'installation des compteurs), selon un calcul d'ERDF. Si les projections sont respectées, la fin du déploiement des nouveaux compteurs communicants interviendrait vers 2018-2019. Un calendrier en ligne avec la cap fixé par Bruxelles, qui vise 80% de compteurs intelligents dans l'Union européenne en 2020.
 

Au total, Linky représente un investissement de 4 milliards d'euros, financés par ERDF, avec une moitié dépensée sur le matériel (compteurs, concentrateurs, système d'information) et l'autre moitié sur les frais de pose et d'installation.
 

Réagir