Baisse des tarifs  : Macron répond aux plaintes des notaires

 |   |  695  mots
La baisse des tarifs des notaires permettra, selon Emmanuel Macron, d'accroître le nombre de petites transactions immobilières.
La baisse des tarifs des notaires permettra, selon Emmanuel Macron, d'accroître le nombre de petites transactions immobilières. (Crédits : © Maxim Shemetov / Reuters)
Les notaires s'indignent de la baisse de leurs tarifs instaurée par loi Macron, et dont le décret dédié a été publié dimanche. Mais le ministre de l'Economie ne voit pas dans sa loi de mesures créant un « choc tectonique financier » pour les notaires.

La baisse des tarifs des notaires, instaurée par un décret de la loi Macron publié dimanche dernier, a du mal à passer auprès de la profession. En effet, grâce à la mise en concurrence des offices, leurs émoluments devraient globalement baisser de 2,5 % en moyenne, et de 10 % pour la part des transactions immobilières dépassant 150.000 euros, et qui représentent « près de la moitié des transactions immobilières », se réjouit-on à Bercy.

Pour les transactions immobilières d'un faible montant, les tarifs baisseraient aussi de façon importante, « jusqu'à 70 % car la totalité des émoluments notariaux sera plafonné à 10 % de la valeur des biens avec un tarif minimum de 90 euros », indique Bercy. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron pense que cette mesure permettra « d'augmenter le volume de petites transactions immobilières », notamment dans les zones rurales, « sur les terres agricoles et les forêts, aujourd'hui affectées par les tarifs prohibitifs au regard de la valeur du bien ».

Les notaires s'indignent

Mais le Conseil supérieur du notariat n'est pas d'accord. S'il comprend « sur le principe » que ces dispositifs soient « conçus pour donner du pouvoir d'achat aux français, tant il a été altéré », il s'interroge : « comment peut-on contraindre un professionnel à facturer à ce prix un acte qui lui aura coûté à établir sept fois plus ? ». Un argument dont on attend toutefois encore la démonstration concrète.

Par ailleurs, les notaires regrettent une certaine incohérence dans la loi car d'une part la remise pour le consommateur est marginale. « Pour l'achat d'une maison de 200 000 euros, elle sera d'environ 40 euros », note le CSN. Ce qui veut en fait dire que seule la part supérieure à 150.000 euros (50.000 euros sur l'exemple du CSN), sera concernée par la baisse tarifaire de 10 % (soit 10 % de 0,814 % de 50.000 euros).

En effet l'arrêté du décret du 26 février semble clair. Il stipule que les remises consenties par les notaires sur leurs émoluments proportionnels s'appliqueront « dans la limite d'un taux de remise maximal de 10 % applicable à la part d'émolument calculée sur les tranches d'assiette supérieures ou égales à 150 000 euros ».

Pas de choc tectonique financier pour les notaires

Une baisse mineure pour les particuliers, donc, alors qu'à l'inverse; la loi engendrerait « de réelles difficultés pour un certain nombre d'offices notamment en zone rurale ou semi urbaine ». Ce à quoi Emmanuel Macron répond : « Est-ce que cette loi va créer un choc tectonique financier pour la profession ? Raisonnablement pas ». Il met aussi en garde contre la « schizophrénie » entre l'intérêt des notaires et des consommateurs qu'entraîne ce type de débat et qui a « ses limites ».

Selon lui, il fallait de toute façon agir, « car lorsque les prix de l'immobilier se sont envolés, les émoluments de certains notaires se sont aussi envolés en conséquence, et de manière injustifiée ! ». « Le notaire est un officier public et ministériel ! », indique-t-il aussi, afin de rappeler aux notaires qu'ils ne sont pas complètement libre dans leur activité.

Un barème révisable tous les deux ans

Recourir au seuil de 150.000 euros permettrait donc de répondre à l'objectif de la loi : limiter les frais de notaires pour des transactions aux montants importants. Par ailleurs, « la loi n'est pas de nature à déstabiliser de manière profonde les petits offices notariaux », assure le ministre de l'Economie. Il rappelle dans ce cadre que le fonds interprofessionnel permettra de redistribuer aux offices les plus fragilisés.

Enfin, Emmanuel Macron insiste sur le fait que le barème des tarifs est révisable tous les deux ans, et que la loi devrait donner la transparence suffisante pour en assurer le suivi, et dans certaines éventualités, apporter des corrections. « Peut-être ai-je commis des erreurs dans ce texte. Et si je me suis trompé, on corrigera », assume-t-il.

Cet argument ne devrait, du reste, pas convaincre les notaires à court terme. Mais sachant qu'ils ont aussi des comptes à rendre à l'Etat, ils assurent qu' « en dépit de ces mauvais coups portés à l'issue d'un mauvais procès, les notaires de France redoubleront d'efforts pour proposer partout en France le service public de la sécurité juridique au meilleur prix ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2016 à 18:49 :
Ce sont des bonnes informations sur la baisse de tarifs des notaires. C'est une bonne nouvelle pour les clients, mais pas pour les notaires. Je pense que la réponse de Macron est parfait. Merci de ce partage intéressant. http://www.nadeaunotaires.ca
a écrit le 01/04/2016 à 11:54 :
Macron pire que Sarko médiatique ment parlent ils aime ça ils nous agresse ils n es riant ils fait riant c est du chant marre du petit macron macron casses toit
a écrit le 07/03/2016 à 14:22 :
Je comprends qu'on donne 100euros pour la vente d'une maison à un notaire qui fasse bien son boulot.... (la plupart met un coup de tampon sans regarder)

Mais qu'on donne un pourcentage au notaire (je ne parle pas de la partie qui va à l'état), c'est incompréhensible. Je ne comprends pas que les français soient les seuls à accepter d'être arnaqués de la sorte, contrairement aux autres pays...
a écrit le 04/03/2016 à 10:49 :
En tous cas, Monsieur MACRON aura réussi à dresser des français contre d'autres français, au motif que les uns exerceraient un métier trop coûteux pour les autres. Le pire c'est que seuls certains notaires ont su profiter du système, et non la majorité d'entre eux, mais ceux qui s'estime lésés ne le savent pas, et n'y connaissent rien de toute manière (les commentaires précédents sont pour la plupart affligeants d'ignorance sur le métier de notaire): il faut changer le disque "les notaires sont bourgeois, ils sont riches, ils ne veulent que leur chèque,...". Allez voir dans d'autres pays sans notaire pour voir les coûts et les prestations avant de débiter des paroles sans fondements. Par ailleurs, il y a fort à parier que parmi ceux qui critiquent notre système juridique, il y ait un grand nombre de fonctionnaires qui eux, sont véritablement nantis : retraite privilégiée, convention collective privilégiée, garantie de l'emploi, augmentation des effectifs tout le long de la 5ème République sans amélioration du service public (cf. fait divers au CHU de Brest),etc. Alors un peu de bon sens. Merci.
a écrit le 03/03/2016 à 10:34 :
Tient encore lui...
Un hyperactif !
a écrit le 02/03/2016 à 20:34 :
Qu'il reconnaisse que les frais de mutation et non ces "faux frais de notaire", comme si le notaire perçoit tout toutes les sommes versées par l'acquéreur.
On en est très loin, puisqu'il ne perçoit que ses émoluments en rétribution de son travail et que c'est son ministère qui perçoit la plus grande part.
A chaque mutation, ce sont des dizaines de milliers d'Euros qui tombent dans les caisses du fisc, des collectivités territoriales,
Ces parts ne cessant d'augmenter, elles !!!
Mais sur ce thème, on ne vous entend pas. macron.

Exemple : pour un bien de 20 000€, les émolument du notaire seront de 2800€ et le reste du MONTANT TOTAL DE L'ÉVALUATION DES FRAIS ARRONDI est de 15 700€ , différence qui tombera dans la grande gamelle de l'Etat et collectivités, sans oublier la TVA.
Que dire des commissions d'agences, qui frôle l'indécence, voir par exemple, en étant optimiste, 8000 € pour ce même bien de 200 000€ ,a comparer aux émoluments de votre notaire, qui assure tout le travail, vous garantit l'authenticité de votre titre de propriété,dans ce silence assourdissant de Macron.
Ces commissions que vous payez sans rien dire.
a écrit le 02/03/2016 à 13:00 :
Il n'y a aucune raison que les notaires, ainsi que les agences soient payées au pourcentage, le travail est le même quelque soit le prix du bien. Alors qu'on leur fixe une rémunération forfaitaire. Pour les petites transactions, qu'elles soient directement gérées sur internet.
a écrit le 02/03/2016 à 11:49 :
lorsque l'on connait la rémunération annuelle des notaires on n'a pas envie de pleurer et de leur manque de conseils pour la plupart j'en ai fait les frais
ce qui compte c'est le chèque que l'on leur donne
Réponse de le 02/03/2016 à 16:50 :
tout à fait raison c'est honteux d'etre obliger de passer chez eux à part le cheque c'est tout ce qu'ils connaisent moi aussi j'ai donné leur soi disans conseille du blaba comme les politiques ils vous enfument ca vas leur faire du bien de baissér la tête
a écrit le 02/03/2016 à 10:33 :
Il y a comme un hiatus avec toutes les professions au service de l'Etat . On croirait l'administrateur public impuissant face aux fonctions régaliennes normalement réglementées régies par "lui" et vivant non dans le luxe mais plus que confortablement. Est-ce un aveu d'impuissance du pouvoir politique et un marqueur de son inutilité?
a écrit le 02/03/2016 à 10:18 :
On reforme pour dire que l'on reforme, mais en réalité on détruit sans savoir si ce que l'on va construire fonctionnera mieux pour le peuple de France!
a écrit le 02/03/2016 à 9:24 :
On les comprend ils étaient habitués à tellement de privilèges, l'argent facile on s'y habitue rapidement mais il était vraiment temps de réformer cette profession d'un autre age.

Par contre le lobby des notaires étant peu influent et directement dépendant de la générosité de l'état il était attaquable, contrairement au lobby des actionnaires qui détiennent tous les moyens de productions paralysant notre économie l'enfonçant un peu plus chaque jour dans la crise économique la plus grave de notre histoire.

Ce sont les vrais responsables du mal qui nous frappe mais là par contre jamais un politicien n'osera toucher au moindre de leurs énormes et nombreux privilèges. Alors que pourtant c'est là qu'il faudrait puissamment et rapidement maintenant agir.
Réponse de le 02/03/2016 à 10:58 :
EXAT ??? MrBERNADO ZORO ? ENCORE TROP DE PRIVILEGES DANS LES CASTES BOURGOISE DE NOS SOCIETES?MAIS LES NOUVEAUX BOURGOIS SONT DESORME LES HOMMES POLITIQUES DE DROITE COMME DE GAUCHE ? QUI CES DERNIERES ANNEES SE SONT VOTES DES DROITS SOCIAUX ETRASVAGANT? ?? ///HUMOUR///EN INDE ON APPELLE CELA LES INTOUCHABLES???
Réponse de le 02/03/2016 à 12:13 :
HEIN !?

VOUS POURRIEZ ÉCRIRE PLUS FORT JE VOUS PRIE !? JE COMPRENDS PAS BIEN...
Réponse de le 02/03/2016 à 12:41 :
Vous êtes parfait dans votre posture victimaire typique lutte des classes. Mais au fait vous faites quoi dans la vie pour faire ces procès d'intention aux notaires, quelles qualifications avez vous donc ?
Réponse de le 02/03/2016 à 14:28 :
@zorro: 1) on voit bien que tu n'as jamais été actionnaire parce que tu saurais que le pouvoir décisionnel de la grande majorité des actionnaires est minime. Le problème soulevé actuellement étant d'ailleurs les émoluments extravagants des dirigeants qui bouffent les profits éventuels des actionnaires. 2) comment sais-tu que les notaires sont peu influents ? les politiciens sont intéressés par l'obtention de voix et si les notaires sont peu influents, laisse-moi te dire que "leurs énormes et nombreux privilèges" ne seront pas épargnés. Cela dit, l'informatique a simplifié un certain nombre de tâches dont il faut tenir compte pour calculer la nouvelle rémunération de toute une panoplie de métiers fonctionnarisés :-)
Réponse de le 02/03/2016 à 18:37 :
à patrickpotdecolle:

"@zorro: 1) on voit bien que tu n'as jamais été actionnaire parce que tu saurais que le pouvoir décisionnel de la grande majorité des actionnaires est minime"

C'est pour cela que je parle des gros actionnaires, si vous ne me comprenez pas je n'y peux rien.

"Le problème soulevé actuellement étant d'ailleurs les émoluments extravagants des dirigeants qui bouffent les profits éventuels des actionnaires"

Les propriétaires et donc dirigeants sont les actionnaires, prenez des cours d'économie je vous prie et vite...

" les politiciens sont intéressés par l'obtention de voix et si les notaires sont peu influents, laisse-moi te dire que "leurs énormes et nombreux privilèges" ne seront pas épargnés. "

cette phrase ne veut rien dire.

"Cela dit, l'informatique a simplifié un certain nombre de tâches dont il faut tenir compte pour calculer la nouvelle rémunération de toute une panoplie de métiers fonctionnarisés :-)"

vous êtes une fois de plus hors sujet, le smiley à la fin de votre commentaire c'est parce que vous ne comprenez rien de ce que vous écrivez non ? Moi non plus je vous rassure.
a écrit le 02/03/2016 à 9:18 :
Et la baisse des taxes!!!! Il est la le gros d une transaction, pour donnet des lecons il y a du monde comme d habitude
a écrit le 02/03/2016 à 9:12 :
rebelotte
l'etat francais a deja fait ca il y a 2 ans.... il a baisse les emoluments des notaires ' pour augmenter le pouvoir d'achat' puis a autorise les regions a relevr les droits de mutations ( du meme montant, en gros!!!)
comme c'est compris sous ' frais de notaire' personne n'y voit rien, en particulier que 80% de ces frais sont des impots
on attend donc la hausse d'impots
c'etait aussi le cas avec l'essence, avec....
a écrit le 02/03/2016 à 8:51 :
A l inverse de la plupart de ceux qui ont commenté, il se trouve que je suis notaire assistant, clerc de notaire diplômée quoi... Bref, cet article et certains de vos commentaires me donnent simplement envie de pleurer. Avoir fait 10 ans d étude, travailler 45 heures par semaine particulièrement le soir pke les gens ont le culot de répondre "je ne suis dispo qu à partir de 18h, vous comprenez, je travaille! Oui et moi et je fais des perles?", expliquer 10 fois les choses à des gens qui ne comprennent rien, parlementer avec les administrations, les banques, les comptables et autres interlocuteurs chronophages, et j en passe....pour lire que mon travaille consiste à remplir des actes à trous, que certains de mes actes ne valent pas plus que 90€, alors que je coûte 100€ Brut de l heure à mon patron, que clairement je fais partie d une profession d incompétents, de "fils de", d arrivistes et j en passe...
Franchement ça fait mal!
Chacun son métier, merci de ne pas critiquer celui que vous ne connaissez pas.
Pour ce qui est du tarif, la baisse n est pas grave. En revanche, le plafonnement à 10% est une belle erreur. Ceux qui ne sont pas du milieu n ont aucune idee du pourquoi, et malheureusement, notre gouvernement n a pas compris non plus. Seules les petites études seront touchées, et pas les affreux notaires ultra friqués auxquels vous pensez, qui eux,ne sont pas concernes... Et oui..Mr MACRON reconnaît avoir pu faire des erreurs...je confirme.
Réponse de le 02/03/2016 à 11:06 :
Conjoint de Clerc ayant 15 ans d'ancienneté dans deux études :
-continuez à défendre ceux qui ont les manettes (et qui ne travaillent pas 10-15h par jour)
-vous n'êtes pas visé par la baisse des tarifs puisque vous n'êtes pas rémunéré à l'acte; les prétendues difficultés économiques de la profession n'existent pas, les Stats de revenus des Associés Notaires en témoignent
-le coût horaire que vous annoncez pour votre emploi est sans rapport avec la réalité (surtout pour 15h de travail par jours)
-les Études sont GRAVEMENT inefficaces dans leur organisation et leur management par rapport aux entreprises privées; l'absence de concurrence y est pour beaucoup
Ouvrez les yeux!
Réponse de le 02/03/2016 à 11:09 :
A votre place, je m'inquiéterai plus avec l'arrivée de la révolution numérique. Les logiciels vont progressivement remplacer les petites mains. Et les études notariales vont voir leurs effectifs diminués. Pas sur que votre travail ne soit pas touché. Quand à l'argument des 10 ans d'étude, c'est un argument utilisé couramment mais qui ne veut rien dire. Notaire Assistant à bac + 10, cela me fait bien rire. Peut etre comptez vous les années depuis votre sortie de la primaire. On devient notaire après un master en droit, soit un diplome Bac +5. A cela s'ajoute 2 années de stage sanctionnées par un examen. Doit on parler de bac+7? Le stage après un diplome est courant dans toutes les professions. Et si ce stage n'est pas sanctionné par un examen, il apparait sur un CV. L'évolution professionnelle s'effectue durant toute sa carrière. Je suis retraité est-ce que je suis Bac + 45?
Réponse de le 02/03/2016 à 23:17 :
Il s est bien passé 10 ans entre l obtention de mon bac et l obtention de mon diplome...et je n ai pas chomé! Parmi tout ca, 2 concours, 6 examens en dehors des annees de fac, un memoire. Mais peu importe, ca n est pas le debat. Je ne suis pas opposee a une baisse du tarif, ni meme a une veritable refonte de la reglementation...mais la rzforme telle qu elle est faite..est nulle! Elle est entierement favorable aux notaires des tres grosses etudes parisiennes qui n avaient vraiment pas besoin d etre aidés!! Me concernant, evidemment je ne suis pas directement concernee puisque je suis salariee, mais faut il avoir vaincu le cancer pour etre oncologue ou simplement se sentir concerné?!
Pour ce qui est de l arrivee du numerique, je vous rejoins, la profession va changer. Pourquoi pas! Tant que c intelligemment.
Réponse de le 08/03/2016 à 14:17 :
S'il s'est passe 10 ans entre votre bac et l'obtention de votre diplome cela ne veut pas dire que vous etes à Bac +10.
Le années de redoublement ou de tergiversation pour choisir sa voie ne comptent pas. Seul compte le nombre d'années nécessaires pour avoir son diplome, sans aucun redoublement. Et les années de stage ne doivent pas etre comptabilisées. Surtout aujourd'hui ou pour commencer une carrière il faut multiplier les stages avant d'obtenir un CDI. Dans le cas de notaire je veux bien admettre que les 2 ans de stage soit inclus dans votre calcul. Donc Bac +7. Mais c'est généreux. Un ingénieur à Bac +5 mais cn,sidéré comme junior dans une entreprise, est-il Bac +7 après 2 ana d'activité? Non.
a écrit le 02/03/2016 à 8:13 :
J'ai vu 6 notaires pour une affaire de succession... pas un ne m'a dit la même chose. 50% m'ont raconte n'importe quoi, ne m'ont pas répondu ou ont été mal polis. Cette profession est complètement sclerosee, imbus de ses privilèges.
a écrit le 02/03/2016 à 7:54 :
Les socialistes sont trop forts ils font baisser les tarifs des professionnels mais se gardent bien de diminuer les impôts et taxes ou comment faire pression sur le prix au détriment des productifs !!!
Je précise que je ne suis pas notaire et que je ne défends pas cette corporation mais il faut quand même souligner que les fameux frais de notaire sont essentiellement constitués de prélèvements fiscaux...
Réponse de le 02/03/2016 à 9:06 :
@TNS: totalement d'accord. Je ne suis pas notaire non plus
Réponse de le 02/03/2016 à 11:12 :
C'est un peu faites ce que je dis, pas ce que je fais compte tenu de la part des taxes.
Le propos de loi est de fluidifier le marché pour les biens de faible valeur et de commencer à réduire les revenus indécents des auxiliaires rentiers du droit (pas les seuls mais il faut un début).
a écrit le 01/03/2016 à 22:21 :
Macron n'a fait que vendre une réforme prépare par des fonctionnaires de Bercy Et de l'autorité de la concurrence qui sont des vrais rentiers totalement déconnectés des réalités.

Je respecte beaucoup plus un notaire qui gère une entreprise avec parfois une centaine de salariés avec les risques que cela engendre que des fonctionnaires surpayés - souvent plus de 100 000 € par an et parfois beaucoup plus !!!

C'est le salaire des fonctionnaires qui devrait être plafonné : au delà de 5000 € par mois c'est scandaleux !

Réponse de le 01/03/2016 à 23:42 :
Dans quel monde vivez vous?
Parce qu'un monde avec des fonctionnaires à 100 000€/an j'aimerai bien que vous me montriez des offres. C'est ridicule et stupide. Déjà des fonctionnaires à plus de 5000€, c'est un ingénieur de classe exceptionnelle en fin de carrière. Et autant la fonction publique offre des garanties (emploi) et des avantages (congés,...), autant le débat du salaire (surtout en niveau cadre et cadre sup) est franchement hors propos. A responsabilité équivalente et à charge de travail équivalente, si vous voulez devenir riche, c'est certainement pas dans la fonction publique qu'il faut postuler!! Quant au "risque" des notaires, c'est une plaisanterie. Prendre des parts dans un office, c'est une rente assurée. Cela explique bien le montant de revente de ces parts, pourtant à l'origine non commercialisée par l'Etat (un peu comme les licences de taxi). La majorité des actes notariés sont des textes à trous générés par des logiciels, et préparés des clercs bien exploités. Et sur les 10% d'actes complexes, où là un notaire compétent est plus qu'utile, je vous rappelle qu'ils sont suffisamment assurés et solidaires, pour voir venir en cas de problèmes... Dans la préparation de loi, les revenus mensuels moyens des notaires étaient de 16000€. Pas sûr que la loi les fassent boîter. Pas sûr non plus que l'effort soit pour les notaires associés...
Réponse de le 02/03/2016 à 8:22 :
@ blutch
Bien dit!
Réponse de le 02/03/2016 à 8:26 :
Ce qui attend les notaires c'est surtout leur uberisation. Mais les fonctionnaires ne seront pas épargnés non plus avec la e-Administration quand celle-ci sera réellement généralisée.
a écrit le 01/03/2016 à 21:48 :
Mais pourquoi les honoraires des notaires ne sont pas aussi libres que les prix de ventes des agriculteurs?
Réponse de le 02/03/2016 à 0:56 :
les notaires ont perdu une occasion de se taire. sérieux ! ! Dans de nombreuses offices ont y retrouvent les enfants... cela ne doit pas être si peu rentable que cela d être notaire. on ne les jamais entendu de plaindre de la hausse des prix de l immobilier depuis 20 ans....
Réponse de le 02/03/2016 à 10:11 :
"ne sont pas aussi libres que les prix de ventes des agriculteurs?

Faut savoir, je croyais que les producteurs étaient exclus des négociations depuis 2008.
a écrit le 01/03/2016 à 21:12 :
Essayez de trouver un médecin qui accepte de vous ausculter pour 3€,
Essayez de trouver un notaire qui accepte de faire la vente de votre jardin pour 90 €...
a écrit le 01/03/2016 à 19:33 :
Il est écrit dans l'article :
"« comment peut-on contraindre un professionnel à facturer à ce prix un acte qui lui aura coûté à établir sept fois plus ? ». Un argument dont on attend toutefois encore la démonstration concrète."

Je pense qu'il n'est pas nécessaire de faire preuve d'un travail journalistique très approfondi pour comprendre que si une étude notariale ne consacre que 7 heures à s'occuper d'une vente dont le prix est de 1000 euros, et encaisse pour toute rémunération 90 euros hors taxes, elle perdra de l'argent sur ce dossier.
Les honoraires en question servent aussi, et avant tout, à payer les salaires, loyer, prêts, fournisseurs informatiques ou autres, charges sociales et cotisations diverses et variées.
a écrit le 01/03/2016 à 19:26 :
Taxis, notaires, pharmaciens....tous les mêmes rentiers qui viennent pleurnicher à la moindre occasion.
a écrit le 01/03/2016 à 18:32 :
On baisse arbitrairement les salaires des notaires, et pendant ce temps les élus ( socialistes) se votent eux-même une augmentation de leurs salaires de 20%! Ils n'ont aucune honte, alors que la pauvreté est en hausse dans notre pays.
Réponse de le 01/03/2016 à 18:58 :
Grace aux taxes Hollandes 2013 J ai stoppé mes transactions comme des milliers de français je ne vends rien je n achète rien . Surement pas a cause des honoraires de notaires
Réponse de le 01/03/2016 à 18:59 :
Les notaires devraient refuser d encaisser les droits d enregistrement au profit de L etat ! Et les bloquer !
Réponse de le 02/03/2016 à 10:08 :
"alors que la pauvreté est en hausse dans notre pays".

Et une hausse aussi de + 3% sur les réservations de français au sport d'hiver.
C'est plein à craquer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :