Egalité : un premier pas du gouvernement vers le "name and shame"

 |   |  876  mots
STMicroelectronics (semi-conducteurs), Nokia Corporation (télécoms), Neopost (machines à affranchir), SES SA (satellites), Arcelor Mittal (sidérurgie), Worldline (e-payement), LafargeHolcim (construction) et Genfit (biopharmacie) se sont en revanche prêtées à l'exercice.
STMicroelectronics (semi-conducteurs), Nokia Corporation (télécoms), Neopost (machines à affranchir), SES SA (satellites), Arcelor Mittal (sidérurgie), Worldline (e-payement), LafargeHolcim (construction) et Genfit (biopharmacie) se sont en revanche prêtées à l'exercice. (Crédits : Unsplash)
La secrétaire d'Etat chargée de l'égalité hommes-femmes, Marlène Schiappa, a reçu mardi pour une demie-journée de sensibilisation les dix entreprises figurant au plus bas du palmarès de la féminisation des instances dirigeantes. Les noms des deux absentes, Sartorius Stedim Biotech et Maurel & Prom, ont été mis en avant.

Article publié le 13 septembre à 12h57, mis à jour le 20 septembre à 20h27.

Il s'agit de l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron, que sa secrétaire d'Etat chargée de l'égalité hommes-femmes avait renouvelée début juillet sur France Inter : nommer et blâmer publiquement les entreprises les plus en retard en matière de politiques de diversité. Mardi 12 septembre, Marlène Schiappa a fait un premier pas dans cette direction, en organisant au ministère une demi-journée de sensibilisation à l'égalité professionnelle. Les dix entreprises du SBF 120 les moins bien classées dans le palmarès de la féminisation des instances dirigeantes dressé en 2016 (pour le ministère des Droits des femmes de Laurence Roussignol) par le cabinet Ethic & Boards y ont été conviées, avec la menace sous-jacente de la publication des noms de celles qui déclineraient l'invitation.

"Nous faisons le pari que nous allons pouvoir les transformer en actrices et acteurs de l'égalité professionnelle", expliquait en juillet Marlène Schiappa, en soulignant toutefois aussi que l'invitation au ministère serait une "forme de dernière chance de l'égalité". Elle pouvait par ailleurs s'inspirer de deux récents précédents de "name and shame" français: la dénonciation par Bercy en 2015 des cinq entreprises accumulant les plus gros retards de paiement, et celle par Myriam El Khomri en 2017 des discriminations à l'embauche pratiquées par AccorHotels et Courtepaille.

Huit participants, deux absents

STMicroelectronics (semi-conducteurs), Nokia Corporation (télécoms), Neopost (machines à affranchir), SES SA (satellites), Arcelor Mittal (sidérurgie), Worldline (e-payement), LafargeHolcim (construction) et Genfit (biopharmacie) se sont donc prêtées à l'exercice. Parfois malgré des doutes sur la pertinence de la démarche: c'est le cas notamment de Nokia, selon qui Ethics & Boards (dont le classement se base sur la présence de femmes dans les conseils d'administration et comités exécutifs ou de direction, la mixité dans le "top 100", l'objectif de mixité dans la rémunération variable ou l'existence de réseaux de femmes en interne) aurait oublié l'existence d'un réseau féminin au sein de l'entreprise, ainsi que les difficultés spécifiques des secteurs confrontés à un problème de viviers, rapporte l'express.

Seule deux sociétés ont fait le choix de ne pas participer à la formation assurée par Marie Donzel - à la tête du cabinet Donzel et Compagnie -, malgré "des invitations réitérées" la menace de la sanction: Sartorius Stedim Biotech (biopharmacie) et Maurel & Prom (extraction pétrolière). Leurs noms ont été placardés dans les locaux du ministère par Marlène Schiappa sous l'œil des caméras, avant d'être publiés dans un communiqué. Maurel & Prom, appelé par La Tribune, n'a pas souhaité commenter. Sartorius Stedim Biotech -dont la position dans le classement est due aussi au fait qu'ils n'ont pas répondu au questionnaire d'Ethic & Boards- a expliqué à La Tribune qu'à cause d'un défaut de transmission des informations en interne la direction n'était pas informée de l'invitation de la ministre. L'entreprise se dit néanmoins engagée dans la féminisation des instances dirigeantes.

Des sanctions jusqu'à présent anonymes

La mise en avant de ces deux noms n'est toutefois qu'un petit pas dans la voie de l'utilisation de la réputation au secours de l'égalité. Ces "cancres" en matière de gouvernance au féminin étaient en effet déjà connus au moins depuis la première édition du palmarès de la féminisation des instances dirigeantes, commandé en 2013 par Najat Vallaud-Belkacem.

La question est donc plutôt de savoir si, en allant au bout de la logique de name and shame soutenue par Emmanuel Macron, Marlène Schiappa tranchera par rapport à la position adoptée par le passé en matière de discriminations salariales par le gouvernement socialiste, qui s'était refusé de publier les noms des deux milliers d'entreprises mises en demeure et de la centaine de sociétés sanctionnées (jusqu'à 1% de leur masse salariale) par l'Inspection du travail entre la fin 2012 et la fin 2016. Un recours en justice pour que leurs noms soient révélés, présenté en avril 2015 par l'association féministe Les effrontées et le conseiller régional EELV Julien Bayou, avait été rejeté par le tribunal administratif de Paris pour des vices de procédure. Il vient 'd'être déposé à nouveau contre la nouvelle ministre, révèle Julien Bayou.

Un nouveau classement en octobre

En matière de sanctions financières, Marlène Schiappa a en revanche annoncé début août préparer un dispositif visant à "directement prélever les amendes dans les entreprises" et à "les réinjecter dans le budget de l'Etat". Elle a également signé cet été une convention avec le Défenseur des droits Jacques Toubon permettant  "de multiplier les contrôles aléatoires auprès des entreprises mais aussi d'aller vers plus d'informations sur les droits des femmes au travail".

Le gouvernement Philippe attend enfin la publication du palmares de la féminisation des instances dirigeantes 2017, que le cabinet Ethic & Boards doit livrer à la mi-octobre. De nouveaux invités au ministère figureront peut-être sur la liste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2017 à 23:19 :
Tout ceci sont des mensonges de A à Z.
le droit des femmes n'est pas respecté en France.
La création d'un ministère est une charge de plus pour la population.
C'est une instrumentalisation politique car la base des droits des femmes est " bafoué"
La femme dans son droit le plus basique n'est pas respectée, honte à toutes ces femmes politiciennes qui ont accepté le passage de ces décrets aux détriments de toutes les femmes françaises !
Comment faites vous pour vous regardez dans votre miroir ?
a écrit le 14/09/2017 à 10:12 :
Le féminazisme a encore frappé ! Vive la délation !
a écrit le 13/09/2017 à 22:06 :
Idem précédent gouvernement designer des coupables et les juger ensuite avec lenteur. Cette femme est stalinienne, limitée et pas du tout crédible. Voilà comment LGBT progrèsse sans problème avec la PMA, la gpa et le merchandisation de l'humain ..
a écrit le 13/09/2017 à 18:00 :
Cela me rappelle les tribunaux staliniens où les "coupables" devaient avouer en public avant d'être exécutés :-)
a écrit le 13/09/2017 à 16:23 :
A quand un palmarès ou liste noir équivalente pour dénoncer les entreprises françaises qui créer le plus de précaires et de chômeurs en France en délocalisant ?
a écrit le 13/09/2017 à 14:11 :
Flicage, puis extorsions sous forme d'amendes et enfin dénonciations publiques... c'est quoi l'étape d'après, l'envoi de milices?
Réponse de le 13/09/2017 à 17:06 :
Exact ! cette société tourne complètement au délire ! en plus avoir des femmes partout dans des secteurs où il n'y a pas ou peu de femme on fait comment ?
a écrit le 13/09/2017 à 14:11 :
"name and shame", vous devriez écrire vos articles uniquement en anglais, puisse que de plus en plus d'habitants de ce pays semblent avoir honte de parler le français.
Mais, ce qui est amusant, c'est que la plupart de ceux qui s'expriment dans ce charabia pseudo anglais, ont un anglais déplorables. Je le sais car mes petits enfants sont parfaitement bilingues.
a écrit le 13/09/2017 à 13:44 :
Houlalala, les noms ont été communiqué !!! Quel courage !!! Elles doivent trembler très fort ces boîtes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :