Bandeau Présidentielle

Le montant moyen mensuel de l'allocation chômage atteint 1.058 euros net

 |   |  1143  mots
Selon l'Unedic, la durée moyenne d'indemnisation n'était que de 10 mois en 2015... Et 70% des allocataires sortant d'indemnisation ont été indemnisés moins d'un an. En outre, seuls 35% des allocataires sont arrivés à la fin de leurs droits
Selon l'Unedic, la durée moyenne d'indemnisation n'était que de 10 mois en 2015... Et 70% des allocataires sortant d'indemnisation ont été indemnisés moins d'un an. En outre, seuls 35% des allocataires sont arrivés à la fin de leurs droits (Crédits : reuters.com)
D'après les dernières données fournies par l'Unedic, 70% des allocataires de l'assurance chômage ont été indemnisés moins d'un an. Dès lors, le débat sur un retour de la dégressivité des allocations est-il pertinent? La question du "coût" des contrats courts n'est-elle pas plus importante?

Les fantasmes sont nombreux sur l'indemnisation des demandeurs d'emploi : ils perçoivent trop, trop longtemps, ne recherchent pas d'emploi, etc. De plus, les finances du régime sont en mauvais état. Grosso modo, chaque année depuis 2009, l'Unedic enregistre un trou compris entre 3 et 4 milliards d'euros. Ainsi, l'Unedic s'attend à un déficit de 3,6 milliards d'euros en 2016, après un trou de 4 milliards d'euros en 2015. Et la dette dépasserait les 29 milliards en 2016, soit un niveau pas très éloigné du montant total des recettes de cotisations (environ 34 milliards d'euros). Mais comme le régime paritaire (géré par les organisations patronales et syndicales) bénéficie de la garantie de l'Etat il peut emprunter à taux réduit sur les marchés...

Résultat, entre ceux qui pensent que les chômeurs "perçoivent trop" et ceux qui se soucient de redresser les comptes de l'assurance chômage, de nombreux responsables politiques veulent donner un gros coup de pied dans la fourmilière. Et ce d'autant plus que le déficit de l'Unedic fait partie intégrante des déficits publics pris en compte pour le respect du critère d'un déficit limité à 3% du PIB.

Pour cette raison, avant l'échec en juin dernier de la négociation sur le renouvellement de la convention d'assurance chômage, certains ministres du gouvernement, dont celui des Finances Michel Sapin, n'excluaient pas de rétablir une dégressivité des allocations pour limiter le déficit. Tous les candidats à la primaire de droite évoquent aussi un rétablissement de la dégressivité des allocations pour inciter les chômeur à chercher plus activement un emploi. Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé vont même plus loin en proposant une nationalisation de l'assurance chômage, les partenaires sociaux ayant fait la preuve de leur incompétence pour équilibrer les finances du régime.

Certes, mais la lecture d'une récente étude de l'Unedic « Les chiffres qui comptent » qui présentent les principaux paramètres à la fin 2015, bat en brèche un certain nombre d'idées reçues sur l'indemnisation du chômage en France.

Une allocation moyenne de 1.058 euros pour une durée moyenne de 10 mois

En décembre 2015, 2,8 millions d'allocataires sont indemnisés par l'Assurance chômage, soit... 43% des demandeurs d'emploi. Quant au montant moyen de l'allocation perçue, il atteint 1.058 euros net par mois à la fin 2015. Dans le détail, 95% perçoivent moins de 1.970 euros net et 50% moins de 970 euros net. Quant à la fameuse allocation maximale de 6.750 euros net par mois, elle est perçue par... environ 500 allocataires, soit... 0,02% des bénéficiaires et représente 0,27% des dépenses d'allocation. Il faut dire que les allocataires concernés sont des personnes qui percevaient un salaire d'au moins 12.872 euros bruts par mois.

Le taux de remplacement net moyen atteint 71% du salaire antérieur. Il est de 78% au niveau du Smic et de 65% pour un ancien salaire de 3.000 euro net par mois.

Mais, là où cela devient réellement intéressant par rapport au débat sur la dégressivité des allocations, c'est lorsque l'on se penche sur la durée effective de l'indemnisation. Or, selon l'Unedic, la durée moyenne d'indemnisation n'était que de 10 mois en 2015... Et 70% des allocataires sortant d'indemnisation ont été indemnisés moins d'un an. En outre, seuls 35% des allocataires sont arrivés à la fin de leur droit. Dès lors, on peut s'interroger sur l'utilité de la dégressivité des allocations. A quel moment devra-t-elle intervenir ? A la fin des trois premiers mois d'indemnisation ? Au bout de six mois ? Sera-t-elle vraiment incitative à la reprise d'un travail ?... Surtout en période de chômage de masse.

En revanche, il serait nettement plus utile de se pencher sur la question des contrats courts qui pèse terriblement sur les finances de l'assurance chômage. Or, c'est justement ce point qui a provoqué l'échec de la négociation d'assurance chômage et son report sine die... Les organisations patronales ne voulant pas entendre parler d'une sur cotisation assurance chômage pour les entreprises qui « abusent » de ces contrats courts. De fait, les cotisations chômage versés pour les seuls salariés en CDD et en intérim sont de ... 11 milliards inférieures aux allocations qu'ils perçoivent. Et 39% des allocataires de l'assurance chômage le sont à la suite de la fin d'un CDD.  En outre, depuis la dernière convention d'assurance chômage de 2014 et l'introduction du principe des « droits rechargeables », le problème s'est accentué.

Les contrats courts et les effets pervers des droits rechargeables

Toute période travaillée par un demandeur d'emploi avant l'épuisement de ses allocations allonge la durée de ses droits à l'Assurance chômage, si la perte de ce nouvel emploi n'est pas volontaire. C'est ce que l'on appelle "les droits rechargeables". Il faut cependant avoir au moins travaillé 150 heures sur l'ensemble de la période d'indemnisation. Si cette condition est remplie, une fois tous les droits initiaux du demandeur d'emploi utilisés, et seulement à ce moment-là, il va être effectué un « rechargement » des droits qu'il a acquis en travaillant pendant la période d'indemnisation. Ce « rechargement » lui ouvre de nouveaux droits, c'est-à-dire une allocation d'un nouveau montant pour une nouvelle durée qui sera calculée sur la base des activités reprises.

Alors, certes, le système est ingénieux car il incite les demandeurs d'emploi à reprendre une activité. Mais il a un effet pervers : il pousse les employeurs à multiplier les contrats courts. De fait, les entreprises, avec la complicité le plus souvent subie des salariés, ont très bien compris qu'elles pouvaient optimiser leur gestion du personnel peu qualifié en se défaussant sur l'assurance chômage. En d'autres termes, elles utilisent cette main d'œuvre sur des plages horaires les plus courtes possibles, via des CDD très courts puis s'en délestent... puis réembauchent en CDD court quand elles en ont de nouveau besoin. Pour preuve, selon une note du Conseil d'analyse économique, 70% des embauches en contrat court... sont des réembauches chez un ancien employeur.

Du côté des salariés, certains peuvent trouver un avantage à ce système en alternant de courts épisodes d'emploi et d'inactivité pour prolonger l'indemnisation, puisque chaque nouvelle période de travail donne droit à une nouvelle période d'indemnisation. Or, en période de crise où l'emploi stable est rare, c'est un mode de survie... Mais tout ceci conduit à un paradoxe redoutable : l'indemnisation du chômage, initialement destinée à accompagner des périodes de transition entre deux emplois durables, génère, en réalité, une instabilité constante de l'emploi ! Et le coût pour la collectivité est très lourd.

C'est donc sur cette question qu'il faudrait réviser les paramètres. Ce serait nettement plus utile que de se focaliser sur la question de la dégressivité, certes électoralement plus « rentable ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2016 à 14:34 :
Pourquoi tourner "autour du pot", les agences intérimaires peuvent très bien reprendre le flambeau a condition que ses salariés puissent consommer!
a écrit le 10/07/2016 à 11:32 :
"avec la complicité le plus souvent subie des salariés, "... Complicité subie!!!!
Non, les "salariés" en CDD courts, renouvelables, jetables ne peuvent même pas être qualifiés de "salariés", c'est une main d'oeuvre disponible 24H/24, 365 jours par an, avec des horaires à la discrétion des entreprises. Des esclaves sans perspectives d'un emploi durable, condamnés à une vie au mieux médiocre. Le minimum serait de taxer les entreprises qui abusent de ce type de contrats, au niveau de ce que ça coûte à l'assurance chômage.
a écrit le 10/07/2016 à 11:27 :
Vivement la création du SMIC (salaire MAXIMUM d'insertion en France) et là on verra vite que ces 1058€ sont très loin pour les ouvriers au chômage et qu'il en faut beaucoup pour que cette moyenne compense le chômage d'un patron...
a écrit le 09/07/2016 à 22:03 :
aucun defi
la france a une preference macroeconomique pour le chomage ( cf cahuc) vu que les idiots qui la dirigent enseignent ca a l'ena!
tout va bien
depuis 2012 y a pas 700 000 chomeurs de plus en categorie a, les autres categories on 'ne parle pas', y a pas 400 000 fonctionnaires de plus cf cour des comptes et y y a pas 400 000 nouveaux contrats aides en plus de sarkozy
la france ca va etre le venezuela sans le petrole, ca va plaire a la gauche !!!!!!!
Réponse de le 10/07/2016 à 11:44 :
@churchill
Vous devez avoir au moins l'âge qu'aurait aujourd'hui le vrai Churchill pour raisonner comme vous le faite, avec au minimum les idées des années années 70. Je comprends que vous soyez déçu que votre monde s'écroule, mais vous y avez bien participé en tapant systématiquement sur les boucs émissaires habituels... Les fonctionnaires, les chômeurs, la gauche (sous-entendu socialo-communiste), les énarques, l'UE et Bruxelles... Votre modèle, c'est l'Allemagne, ordo-libérale, austéritaire (surtout pour les autres), économie , finance et capitalisme outrancier au service d'une minorité possédante et dirigeante. Les autres, tous de feignants, on s'en fout, notre pognon d'abord. Ouvrez les yeux et de nos jours un glaucome ça se soigne.
a écrit le 09/07/2016 à 19:50 :
Ouhaou énorme !

Multiplié par 5 millions ça fait 5 milliards que la finance pourrait récupérer !

Mais enfin les gens pourraient pas se sacrifier un peu quand même !?
Réponse de le 10/07/2016 à 10:17 :
se sacrifier un peu quand même?
C'est vrai que le taux de remplacement semble assez élevé. Mais d'un autre côté il est difficile de se 'sacrifier' sur les coûts fixes tels que loyer et énergie. Et quand on passe en dessous de 1000€, c'est quand même pas l'aisance...
Réponse de le 11/07/2016 à 9:52 :
5 milliards par mois vous vous rendez compte !?

Tout cet argent gaspillé pour des pauvres qui bossent alors que les riches qui ne foutent rien en ont tellement besoin !

Tant pis, qu'ils arrêtent de manger !

C'est ça la véritable économie des winners ! C'est ça le néolibéralisme !
a écrit le 08/07/2016 à 18:26 :
Une chose m'interpelle : un CDD n'est renouvelable que 2 fois (donc 3 contrats en tout) et dure 18 mois au total en général (les 3 contrats cumulés). Alors comment des gens peuvent-ils être ré-embauchés moultes fois par la même entreprise alors que pour toucher les Allocations chômage ils doivett faire un dossier et donner contrats de travail et bulletins de salaires aux ASSEDIC.
Pôle emploi et les ASSEDIC sont les complices des fraudeurs ? Sinon, il doit être possible de faire un petit mail à l'inspection du travail en joignant les contrats bizarres et voir ce que cela donne, non ? C'est vrai, le Gouvernement prend soin d'avoir aussi peu d'inspecteurs du travail que de vétérinaires qui surveillent les abattoirs... Pas vus, pas pris, pas de soucis. Et traditionnellement, l'ANPE a une mentalité très particulière au niveau du respect des Lois.
Réponse de le 08/07/2016 à 23:31 :
Une période de chômage remet le compteurs des CDD a zero.
a écrit le 08/07/2016 à 18:18 :
Les Français et les maths... 35 % des allocataires vont jusqu'à la fin de leurs droits, cela concerne peu de personnes. 39 % d'allocataires le sont suite à un contrat court, c'est beaucoup de personnes (pour 4 % d'écart...).
Il serait temps qu'un prof de maths explique aux gens de l'UNEDIC et aux journalistes ce que c'est qu'une médiane et son intérêt par rapport à une moyenne surtout pour l'étude du chômage. Surtout si les chômeurs sont deux catégories distinctes. L'une qui reste peu longtemps au chômage (moins de six mois) parce qu'ils sont employables et qui profite parfois du système, une autre difficilement employable qui reste longtemps sans boulot...
On regrette Coluche et Georges Marchais qui savaient expliquer les choses "complexes" de façon compréhensible pour tous.
a écrit le 08/07/2016 à 18:02 :
Et pourquoi, l'on Retarde à 67 ans l'age de la retraite à taux plein. Pour que les vauriens et déchets au sens du marché du travail français ( les 50-67 ans) soient plus massivement au chomage puis R.S.A, pour verser des retraites de misère et pour la misère, avec 17 ans de chomage sur 43 ans d'activité. Voilà ainsi des jeunes à l'avenir Brisé les parents ne pouvant plus assumer le cout des études, Dépressions, Divorces, S.D.F, Suicides. L'EXCLUSION produite par le modèle ! français. Les froids politiques, les syndicats fonctios, les fonctios et spéciaux, le medef, s'en moquent éperdument. Les intermittents du Spectacle intouchables !
Réponse de le 08/07/2016 à 20:34 :
On touche pas aux intermittents...
C'est les seuls a nous faire rire !
Réponse de le 08/07/2016 à 23:33 :
EXAT? LA FRANCE BAS LE TRISTE RECORD DES SUCIDES DANS L INDIFERANCE GENERALE? APARS CELA TOUS VAS MIEUX QU IL NOUS DISSENT? SEUL LE MARCHE DES PONPES FUMEBRE FONCTIONE BIEN EN FRANCE SOCIALISTE???
Réponse de le 09/07/2016 à 12:44 :
@VERITE : record de quoi? je pense qu'il y a des pays où le suicide est plus élevé qu'en France. Ce qu'il serait intéressant de savoir, c'est éventuellement l'influence du chômage dans les suicides.
Réponse de le 11/07/2016 à 14:54 :
"Un milliard d'euros par an pour la Cour des comptes, qui fustige un « déficit chronique » du régime des intermittents dans son rapport annuel de 2012 : c'est la différence entre les 232 millions d'euros de cotisations collectées en 2010 et le 1,263 milliard d'indemnisations versées. Selon la Cour des comptes, ce régime représente « un tiers du déficit de l'assurance-chômage » pour ne bénéficier qu'à 3 % des demandeurs d'emploi."
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/26/intermittents-cinq-questions-pour-tout-comprendre_4372877_3246.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :