100% d’électricité verte en 2050 ? L'Ademe dévoile son scénario

 |   |  412  mots
Dans son cas de référence à 100%, l'étude répartit la consommation d'énergie entre 63% d'éolien, 17% de solaire, 13% d'hydraulique et 7% de géothermie et thermique renouvelable.
Dans son cas de référence à 100%, l'étude répartit la consommation d'énergie entre 63% d'éolien, 17% de solaire, 13% d'hydraulique et 7% de géothermie et thermique renouvelable. (Crédits : Décideurs en région)
L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie a étudié 14 variantes de mix-électriques, avec une part des énergies renouvelables qui oscille entre 40%, 80%, 95% et 100%. La publication de l'étude, prévue pour janvier, avait été reportée.

"Une hypothèse, jusqu'ici impensable pour la majorité des acteurs en France, devient une hypothèse techniquement possible."

C'est, selon le président de l'Ademe, Bruno Lechevin, le principal enjeu du scénario dévoilé jeudi 22 octobre par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, dessinant le profil d'une France avec une électricité 100% issue des énergies renouvelables en 2050.

La publication du rapport, initialement prévue dans sa version provisoire pour début 2015, soit en plein débat parlementaire de la loi sur la transition énergétique, avait été reportée en raison d'"hypothèses à retravailler". L'un des points de frictions pendant les discussions portait en effet sur la trajectoire de réduction de la part du nucléaire (75% aujourd'hui) dans le mix-électrique du pays et la montée en puissance des renouvelables (40% du mix-électrique en 2030, selon la loi).

Polémique autour de l'utilisation politique de l'étude

Cet ajournement avait suscité la polémique, avant d'être contourné par Médiapart qui avait finalement dévoilé le contenu de l'étude en avril. Les écologistes l'avaient d'ailleurs mise en avant pour pousser le gouvernement à aller plus loin dans la loi.

     | Lire: 100% d'électricité verte en 2050?

Aujourd'hui, dans la présentation de la version finale de l'étude, Bruno Lechevin tient néanmoins toujours à insiste très fortement sur le fait que cette étude n'est pas un "scénario politique" mais "une étude scientifique à caractère prospectif et exploratoire".

119 euros le mégawattheure (MWh)

L'étude présente donc 14 variantes de mix-électriques, avec une part des énergies renouvelables qui oscille entre 40%, 80%, 95% et 100% en fonction de critères d'appropriation sociétale, de coûts des énergies, d'accès au financement ou encore de maîtrise de la demande.

Dans son cas de référence à 100%, l'étude répartit la consommation d'énergie entre 63% d'éolien, 17% de solaire, 13% d'hydraulique et 7% de géothermie et thermique renouvelable, comme dans sa version provisoire révélée en avril. Dans ce scenario, le mégawattheure consommé coûte 119 euros, contre 117 euros pour celui avec 40% d'énergies renouvelables, associé à 55% de nucléaire et 5% d'énergies fossiles.

     | Lire aussi: Climat : abandonner totalement les énergies fossiles avant 2050 serait rentable

L'étude conclut que, pour atteindre un maximum d'énergies renouvelables, une meilleure maîtrise de la demande d'électricité est une "condition essentielle".

De même, le coût des technologies "doit continuer à baisser" et "l'acceptabilité est cruciale", prévient l'Ademe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2015 à 22:18 :
Mdr
a écrit le 24/10/2015 à 20:41 :
Des rigolos qui supposent que la consommation d'énergie n'augmentera pas, ils oublient tout simplement le développement de la robotique, et tiens des voitures électriques qui augmenteront les consommations d'énergie. Ensuite concernant les économies d'énergie. Un mot pour dire qu' il faudra environ 300 ans, au rythme actuel pour que notre parc de logements soit renouvelé entièrement et donc soit aux normes d'isolation thermique 2012 et plus.Sauf que dans 300 ans ces maisons modernes seront très fatiguées et qu'il faudra recommencer bien avant et surtout que les français n'ont pas les moyens d'habiter dans des logements de bourgeois.
a écrit le 24/10/2015 à 12:28 :
119 € le MWh ???? alors que le coût de revient actuel tourne autour de 50 ?
Stocker l'électricité avec des STEP et des batteries ???
Quand va-t-on se débarrasser de cette officine idéologue à la botte des politiques et complètement déconnectée des réalités industrielles et économiques ???
Le coût de ces délires est double : d'abord en terme de fonctionnement avec 1000 salariés sur trois sites et ensuite par les conséquences catastrophiques de l'application des "conseils en gestion d'énergie" pour notre économie.
Cet "Ademe" est une succursale de EELV avec à la tête un ancien syndicaliste dont les compétences en sciences et techniques sont équivalentes à celles de la ministre qui lui a permis d'obtenir ce poste.
Réponse de le 26/10/2015 à 13:31 :
Il ne faut pas regarder le coût de revient direct.
Une centrale coûte bien moins cher, mais qu'en est-il de son démantèlement, des catastrophes. Tout ceci coûte beaucoup plus d'argent, de vies humaines, de maladies, qu'on se traînera des millénaires.

Tout le monde regarde la rentabilité à court terme, mais il faut regarder sur le long / très long terme !!
a écrit le 23/10/2015 à 9:58 :
Ce forum est intéressant et je vais dans le sens de la plupart des posts. Il faut en effet absolument se concentrer sur le nucléaire et éradiquer toute autre forme d’énergie, à l’exception près du pétrole qui constitue un excellent complément. AREVA n’a plus beaucoup de clients à l’étranger, il faut leur garder un peu de boulot, de plus on a suffisamment de travail en France, pas besoin de lancer des filières renouvelables qui nous obligerait à faire appel à l’immigration. Côté sécurité, le nucléaire n’est pas plus dangereux qu’un moulin à eau, et peut produire pendant des siècles sans aucune usure de la cocote minute ou de risque pour l’environnement. Nos parents et grands parents ont financé le programme nucléaire, nos enfants et petits enfants auront la charge de démantèlement. Entre les deux, EDF et consors se seront goinfrés … que demander de mieux ? Fukushima c’était du flanc, d’ailleurs il n’y a plus aucun cancer dans cette zone, c’est même plutôt une avancée médicale pour l’humanité. Les déchets sont parfaitement maitrisés, il reste encore suffisamment de place pour les stocker pendant des siècles. Et quand bien même on ne saurait pas quoi en faire, nos petits enfants se débrouilleront avec les décharges et friches nucléaires que nous leur laisserons. Le prix du KW nucléaire va atteindre des records lorsqu’on aura financé les EPR étrangers et enfin mis en route celui de Flamanville. Pour le bien d’ EDF et AREVA, contribuables, il nous faut continuer à payer très très cher cette énergie. Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, Mesdames et messieurs les illuminés qui pavoisez sur ces forums, vous avez atteint le niveau zéro de l’inconsistance et du nombrilisme, j’ai envie de vomir.
Réponse de le 23/10/2015 à 20:23 :
j'ai d'abord cru que c'était du premier degré et ça m'a bien amusé tant de bêtise et finalement c'est bien du second degré ;-)
C'est drôle et grave à la fois, bravo même si je pense que beaucoup de gens en France malheureusement pourraient prendre ces propos à leur compte.
a écrit le 23/10/2015 à 9:40 :
Rien d'exceptionnel. Que du bon sens. Le Costa Rica assure - et avec quel maestria ! - plus de 98 % de son électricité grâce aux énergies renouvelables : éolien, géothermie... Les partisans de l'énergie atomique sont de toute manière soit idiots, soit corrompus. La bombe atomique (oups ! on dit centrale nucléaire, paraît-il. C'est ce qu'ils disent à Hiroshima, Tchernobyl, Fukushima, Nagasali... puisqu'il s'agit bel et bien de la même chose) est inutile, dangereuse, criminelle même, pas du tout fiable, sans avenir et hors de prix. Une éolienne qui s'écrase fera de toute manière moins de dégâts qu'une centrale atomique qui explose. Le reste n'est que du bourrage de mous pour petits esprits étriqués, serviles et peureux, peu habitués à penser par eux-mêmes
a écrit le 23/10/2015 à 7:37 :
C'est vraiment n'importe quoi cette étude 65% d éolien
Meme au CP on comprendrait que ce n'est que du baratin
a écrit le 23/10/2015 à 1:37 :
Raz le bol de ces gens qui utilisent les institutions à des fins de propagande médiatique, même pas fondée sur les faits.

La politique énergétique de la France, dans un contexte où des choix engageant l'avenir sont à faire, et où il y a une forte pression de l'Allemagne pour faire n'importe quoi, ne peut pas être préparée par des idéologues ou par des pipoteurs médiatico-syndicalistes.
Réponse de le 23/10/2015 à 10:24 :
C'est sur que Elf, Total, EDF, GDF, AREVA, et autres industriels n'ont pas de liens consanguins avec nos dirigeants. Ca fait juste que des décennies qu on nous bourre la tête.
La paille et la poutre vous connaissez? Idéologues, vous avez dit idéologues? je me marre...
Réponse de le 23/10/2015 à 11:38 :
-seul pays au monde à 75% de nucléaire.
-On n a quasi pas d'uranium, pas de pétrole, pas de gaz, pas de charbon et on les fait venir des pays les plus vertueux de la planète, c'est bien connu. Le plus gros poste de notre déficit commercial. Tôt ou tard il n'y en aura plus ou à des prix non soutenables.
-la combustion pose des problèmes de santé et produits des milliards de tonnes de gaz à effet de serre, accessoirement ça fait des décennies que le contrôle des ressources produit des guerres.
-on ne sait pas gérer correctement les déchets nucléaires, ni même démanteler les centrales, ne parlons pas des accidents...

-on est doté de la deuxième surface littorale du monde
-de 550000km²de surface, rien qu'en métropole, de terre et de son sous sol.
-Par la grâce de la géophysique, ce sous sol est chaud, sa surface balayée par les vents, parcourue de cours d'eau, plantée de milliards de tonnes de biomasse et baignée par la lumière du Soleil (l'énergie des étoiles, à la base de toute chose de l'Univers rien que ça).
-Par ailleurs nous avons du capital et du capital humain, pays d'Europe avec quasi le plus de patrimoine et une armée rouge de chômeurs, certes à former, mais ça tombe bien on a aussi une armée rouge à l'éducation nationale.

Je vous laisse donc revenir au sens premier de l'économie, pour deviner quelle sera notre avenir et quels sont dès lors les choix optimaux. Je vous conseille dans un second temps, la lecture des ouvrages sur les externalités négatives qui devraient facilement conforter votre premier intuition d homo economicus, car détruire notre environnement c'est une sacrée externalité quand même...Enfin, c'est ce que disent les ptits gars de Fukushima, en Chine, aux Maldives, le Français qui crève d'un cancer et des parents d un môme qui fait de l'asthme parce que notre air, notre eau et notre terre sont viciés...

Pour moi, il devrait y a voir un débat à la marge pas plus. Aucun intérêt à pas bouger et quel gain pour ceux qui trouveront les solutions pour l'avenir. Pour ma part, ne croyez pas que je sois fermé d'ailleurs, j'espère qu'un jour on maitrisera une panoplie de technologie durable y compris sur le nucléaire (par exemple de réussir la fusion de l'hydrogène comme les étoiles), mais dès aujourd hui des innovations sont à disposition, déployons les.
a écrit le 22/10/2015 à 21:46 :
Le problème de l electricité verte, c´est son caprice.
L Allemagne est le meilleur exemple. La capacité de production éolienne + solaire dépasse déjà le besoin du pays.
il y a même des jours quand les conditions anticycloniques amènent un bon vent d´ est et un ciel sans nuages - oui ca arrive - que la production eolienne et solaire ne peut plus etre absorbée et maitrissée par les réseaux de distribution …
Les bons voisins Hollande, Pologne, Autriche alors prennent contre rénumeration l excédent ….. Bien comprendre = il se font payer pour prendre l excédent de production !! Heureusement ca n arrive pas tous les jours !
Réponse de le 23/10/2015 à 10:03 :
le problème du stockage devrait être résolu avant longtemps.
Je vous livre cette information que j'avais eu d abord en entendant un militant écologiste ( j'avais douté alors de l'objectivité...), mais ensuite par un spécialiste auto (on peut aussi douter, mais avec 2 avis de gens plutôt antagonistes...).Avec le basculement du parc auto en électrique, c'est potentiellement plusieurs millions de batteries qui seront sur les routes et donc des capacités de stockage monstrueuses. Et à mon humble avis, ce n'est qu une piste parmi des dizaines qui vont fleurir.
La perspective de cercles économiques vertueux et responsables écologiquement font baver l'ancien étudiant d'économie que je suis.
a écrit le 22/10/2015 à 21:40 :
L'Ademe. ? Mon dieu.
a écrit le 22/10/2015 à 20:49 :
Lisez le rapport: on y équilibre les absences de production par des importations: si l'anticyclone est sur l'Europe tout le monde devra importer et personne ne pourra exporter l'Europe sera à genoux
L'électricité ne se stocke pas sauf dans des barrages ou des batteries mais cela coûte cher
Quand à la géothermie, c'est très cher et très dur à entretenir la preuve on n'en fait pas
Réponse de le 23/10/2015 à 0:35 :
"Quand à la géothermie, c'est très cher et très dur à entretenir la preuve on n'en fait pas "

En Guadeloupe la géothermie c'est 7 % de la production électrique et ça fonctionne depuis 30 ans.
a écrit le 22/10/2015 à 18:40 :
Et les eoliennes evoluer car en l'état....c'est un mauvais choix! sans compter que les installations d'eoliennes sont souvent faites à partir de prises illégales d'intérêt de la part des maires des communes concernées!
a écrit le 22/10/2015 à 16:46 :
Sur le Costa Rica.
Réponse de le 22/10/2015 à 20:41 :
Au Costa Rica, 87% de l'électricité est fournie par la géothermique et les barrages.

Le Costa Rica est constitué par 4 grandes chaînes de montagnes avec de nombreux volcans.

Ce sont ces chaînes de montagnes qui fournissent 87% de l'électricité.

Et pas l'éolien et le solaire.
Réponse de le 22/10/2015 à 22:30 :
Oui, mais que ce soit géothermie, barrages ou éolien, tout cela c'est de l'énergie "verte", renouvelable, propre. En France, on en est loin.
a écrit le 22/10/2015 à 15:35 :
Article de circonstance qui arrive au moment opportun pour faire plaisir aux écolos. on va commencer à donner l'artillerie lourde pour la COP 21. le 100% énergie renouvelable est peut être louable mais est-ce réaliste? 63% fourni par l'éolien pourquoi pas mais quid de l'implantation des parcs d'éoliennes quand on voit le tollé déclenché par leur implantation. et quand on les implante en mer pour éviter les pb cela gène les pêcheurs ou cela choque les vétérans (cas des éoliennes prévues à proximité des plage du débarquement) on n'en pas fini des procédures. Autre pb que ce passe-t-il en hiver quand il y a un anticyclone bien installé (pas de vent et froid intense) et en plus on veut développer les voitures électriques Est-ce que ce sera suffisant? La solution est certainement dans un mix entre renouvelable et centrale classique mais ça les écolos ne veulent pas l'entendre alors on fait dans la démagogie!
Réponse de le 23/10/2015 à 10:16 :
la solution de celle du mix est celle qui a été votée, pas de quoi donc cher ami de vous fâcher.. Rien n'interdit de faire en plus de la prospective non? Quand on voit le nombre de projets qui émergent (rien que sur la Tribune, je me souviens de la semaine dernière du projet de route produisant du solaire et hier des hydroliennes sur la Gironde), ça me parait crédible de voir notre production énergétique basculée sur le renouvelable sur un horizon de 40 ans.
Je dirais même que voir cette possibilité très ambitieuse exprimée par une agence, est un encouragement pour tous nos chercheurs, ingénieurs et entrepreneurs. Cela même qui feront gagner des points de croissance et des milliards d'export à notre pays. J' en profite pour les remercier et les féliciter, c'est autre chose que des footeux et autres peoples...
a écrit le 22/10/2015 à 15:29 :
Alors, il serait bien temps d'arrêter de construire des EPR 2e génération, que l'on ne sait ni construire, ni sans doute faire fonctionner !
Flamanville va devenir le cauchemar d'EDF / Areva : délai multiplié par deux (on en est rendu à 2020 !!!) et budget explosé à 4 fois le coût initial (11 mds d'€ et des cacahuètes). Quand on est aussi nul, on change de job !
Et on continue de vendre ça à l'étranger ? ...
L'avenir est dans l'investissement MASSIF sur les énergies renouvelables, et pas dans le soutient aux pétroliers, c'est pourtant évident.
a écrit le 22/10/2015 à 15:04 :
Belle perspective, mais pitié ne couvrons pas notre pays d'éoliennes n'importe ou/ et pour que quelques uns profitent de l'aubaine du tarif boosté de rachat de l'électricité produite...dont le bonus est par ailleurs payé par tous comme on peut le voir sur sa facture d'électricité (indication peu claire mais bien présente) dont ceux qui ne pourront jamais installer une éolienne sur leur terrain, parce qu'ils n'en n'ont pas où n'ont pas le vent.
Pour des éoliennes en parc d'éoliennes ne défigurant pas les paysages et sur des projets uniquement collectivités locales ce qui n'empêche pas les financement privés.
a écrit le 22/10/2015 à 15:02 :
Quand fermera t on ces officines qui produisent des délires financés avec nos impôts ?
Réponse de le 22/10/2015 à 19:35 :
Vous devez surement rouler au diesel, et vous chauffer au mazout... Que du bonheur pour nos poumons et pour la planète. Vous avez une autre solution intéressante pour les générations futures? Ah oui, le nucléaire... les déchets, c'est pour les générations futures.... et si par malchance on doit faire face à une défaillance (ça arrive malheureusement assez souvent), on donnera un peu de soupe aux champignons radioactifs à nos enfants, ils ne feront plus la grimace pour longtemps, vous non plus d'ailleurs!
a écrit le 22/10/2015 à 14:27 :
Pour quelle raison seulement 7 % de géothermie ? Il suffit de forer suffisamment profond pour obtenir de la chaleur ad vitam eaternam. Mais c'est peut être cela qui gêne nos "spécialistes", une énergie stable, qui serait produite au plus prés du consommateur pour un coût constant,et, sûrement pas plus chère que nos centrales nucléaires et la production aléatoires de l'éolien et du solaire.
Je souhaiterai que quelqu'un face une étude comparative du coût y compris de celui de la pollution due à l'extraction des terres rares, et de l'efficacité de ces différentes méthodes de production d'énergie soi-disant vertes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :