Déchets : le recyclage des frigos et congélateurs continue de progresser

 |   |  587  mots
A Angers, dans le plus grand site de traitement des DEEE de France, géré par Veolia, 15.000 tonnes de frigos et congélateurs ont été traités en 2016.
A Angers, dans le plus grand site de traitement des DEEE de France, géré par Veolia, 15.000 tonnes de frigos et congélateurs ont été traités en 2016. (Crédits : Crédit Photothèque Veolia / C. Majani)
En poids, les appareils appareils électriques et électroniques de grande taille produisant du froid traités dans des usines spécialisées ont crû de 34% par rapport à 2014. La vaste majorité (80%) de leurs composants ont été recyclés sous forme de matières premières.

Parmi les déchets électriques et électroniques (DEEE), ils sont les plus difficiles à traiter. Réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs, qui dans leur ensemble composent la catégorie du "Gros électroménager froid", doivent être recyclés dans des unités spécialisées, équipées pour les libérer d'abord des gaz fluorés qu'ils contiennent, dont l'effet de serre est de 10.000 fois supérieur à celui du CO2. Seulement une fois la dépollution terminée, ces appareils peuvent être broyés en vue de séparer une dizaine de matières différentes, pour la plupart recyclables.

Mais malgré ce défi particulier, leur collecte et leur recyclage continuent de progresser, se réjouit jeudi 22 juin Eco-systèmes, qui publie son dernier bilan dédié. En 2016, 1,6 millions d'appareils électriques et électroniques de grande taille produisant du froid ont notamment été collectés et recyclés par l'éco-organisme consacré aux DEEE, pour un poids total de 88.000 tonnes, ce qui a permis d'éviter l'émission de l'équivalent de 2,2 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère. Si ce chiffre ne représente en poids que 6% d'augmentation par rapport en 2015, en comparaison avec 2014 l'augmentation est de 34%. Et, selon les prévisions, en 2019 les appareils du Gros électroménager froid traités chaque année dans les unités spécialisées - elles représentent 20% du flux total des DEEE - devraient être encore 35% de plus, malgré une durée de vie moyenne des réfrigérateurs et congélateurs de 14 ans.

Neuf centre de traitement spécialisés en France métropolitaine

Cette pente ascendante est due d'abord à une progression du taux de collecte, à savoir le rapport entre le tonnage collecté et la moyenne des mises sur le marché des trois années précédentes (qui ne tient donc pas compte des cas où l'ancien équipement n'est pas jeté), lequel atteint désormais 40%. Le développement des partenariats conclus par Eco-systèmes avec les installateurs d'appareils électroménagers s'engageant à confier les produits repris à leurs clients à des prestataires spécialisés, a en ce sens significativement joué. Le nombre de ces contrats est passé de 0 à 380 en deux ans, constatait en janvier le directeur général de l'éco-organisme, Christian Braibant.

La multiplication des centres équipés pour l'extraction et la neutralisation des gaz frigorigènes dans le respect des standards de traitement européens a pour sa part permis d'augmenter les capacités de traitement: alors qu'au moment de la naissance d'Eco-systèmes, en 2006, il n'en existait qu'un seul en France, ils sont désormais onze, dont deux dans les DOM-TOM. L'éco-organisme en a promu la création, en s'engageant sur des volumes minimaux et en signant des contrats de longue durée, afin d'assurer aux investisseurs une certaine rentabilité malgré des coûts d'équipement importants.

D'une capacité moyenne de 10.000 tonnes de déchets par an, ces unités affichent des performances de 80% de valorisation matière et 14% de valorisation énergétique. A Angers, dans le plus grand site de traitement des DEEE de France - géré par Veolia, il recycle aussi les écrans plats et d'ordinateurs et les petits appareils électroménagers -, les matières recyclées générées ont même atteint les 14.678 tonnes sur 15.000 tonnes de frigos et congélateurs entrants, dont 58% d'acier, 20% de plastique et 5% de métaux non ferreux. Proche de la saturation, il va bientôt devoir augmenter ses capacités, souligne Eric Wascheul, directeur des opérations DEEE de Veolia.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :