Formation professionnelle : osons plus d'inégalités pour rendre le système plus juste

 |   |  656  mots
Joël Elkaïm (c) DR
Joël Elkaïm (c) DR (Crédits : Reuters)
Par sa connotation inégalitaire, l’idée d’une segmentation peut choquer. Selon Joël Elkaïm, associé responsable du secteur public du cabinet Deloitte, c’est pourtant une technique qui permettrait d’en finir avec l’actuelle inefficacité d’allocation des ressources de formation.

Le gouvernement a clairement exprimé sa volonté de recentrer la politique publique de formation professionnelle sur les publics les plus fragilisés vis-à-vis de l'emploi : les jeunes peu ou pas...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Offre découverte, 1€ le premier mois!

*Durée limitée, offre sans engagement,
100% numérique

Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2017 à 12:22 :
Fessenheim: un effet de manche préélectoral . Une classe politique qui a bien du mal à comprendre que l'on ne doit plus pratiquer la politique de nos grands-pères. Les esprits sont suffisamment éclairés pour discerner les faits et les replacer dans l'espace temps. Doit-on y voir le message: " si vous votez pour X ce décret pourrait aboutir." Chacun sait qu'un décret n'a pas force de loi et que le moment venu il sera adapté à une situation bien arrêtée. Décidément le télescopage du calendrier prévisionnel à bien du mal à s'écarter d'un jeu d'influences. C'est peut-être de bonne guerre, mais ce n'est plus de nature à convaincre. Seuls les actes dûment entérinés sont de nature à espérance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :