La libéralisation du système de santé n'est plus à la mode

 |   |  755  mots
Par Christelle de Crémiers, vice-présidente du Mouvement Démocrate à Paris.

Le consensus deviendrait-il planétaire ? Après avoir occupé le devant de la scène dans la campagne américaine, la politique de santé du programme victorieux d'Obama/Biden signe le retour en force de l'Etat. De son côté, l'Union européenne avait exclu dès 2006 les services de santé de sa directive "Bolkestein" sur le marché unique des services. Il n'y a que la France de Nicolas Sarkozy qui songe encore à libéraliser. Pire, qui compte amorcer dans trois mois la mise en ?uvre de la libéralisation par voie d'ordonnance.

Quand l'Etat ploie sous le poids du coût de la santé, d'aucuns lui rappellent, parfois de bonne foi, le doux mythe de la concurrence qui fait baisser les prix. Mais en matière de santé, la concurrence conduit très vite à l'entente monopolistique des assureurs comme des fournisseurs de soins.

Grâce à l'expérience des Etats-Unis qui ont poussé cette logique jusqu'au bout, nul ne peut désormais l'ignorer. Un bilan qui fait figure de cauchemar : tandis que 45 millions de personnes sont privées de sécurité sociale, les Américains consacrent 15% de leur PIB à la santé, soit le coût le plus élevé du monde. Selon le programme démocrate américain, 100.000 Américains décèdent chaque année des suites d'erreurs médicales. La tension qui existe entre les fournisseurs de soins et les assurances pour la solvabilité des patients les plus consommateurs, loin de s'équilibrer spontanément, se traduit par une augmentation exponentielle des primes mensuelles qui entraîne l'exclusion de nombreuses familles du système de santé.

Dans les vingt dernières années, le rôle de l'Etat américain a surtout été de soutenir l'innovation médicale. En d'autres termes, pour soutenir la recherche médicale et pour écouler les dernières innovations, la société américaine a accepté un système non régulé de santé. De ce fait, elle a consenti, jusqu'en 2008, au sacrifice de l'universalité de l'accès aux soins.

Nous sommes à un tournant de la modernité sanitaire : elle réside désormais dans l'optimisation du coût de la qualité grâce aux leviers de la régulation, et non plus dans la libéralisation.

Alors en France, que s'est-il passé ? Pourquoi le projet de loi du 22 octobre dernier "Hôpital, patients, santé, territoires" mentionne-t-il dans son discret article 20 que seront promulguées par voie d'ordonnance des mesures pour "assouplir les règles relatives à la détention du capital" des laboratoires d'analyses médicales ? En 2008, avec l'expérience dont nous bénéficions pour savoir que la libéralisation ne réduit pas les coûts de santé, pourquoi imaginer une telle mesure ?

Que ce soit dit clairement : libéraliser les laboratoires d'analyses médicales, dans la mesure où ceux-ci constituent un maillon essentiel du parcours de soins, signifie amorcer un mouvement de libéralisation qui s'étendra rapidement aux autres professions libérales de santé, comme les sages-femmes et les pharmaciens, et qui a vocation à englober l'ensemble de l'offre de soins. On ne peut donc, sans être inconséquent, présenter le projet de loi comme devant préserver notre système solidaire et permettre, avec ce même projet, à des groupes financiers de posséder des laboratoires.

Il n'est pas acceptable non plus que l'Europe serve d'alibi à cette mesure incongrue. Certes, un groupe financier très actif à Bruxelles a saisi la Commission européenne à deux reprises pour obtenir l'ouverture du capital des laboratoires d'analyses français à des investisseurs non-biologistes au-delà des 25% autorisés par la loi de 1990. Cette deuxième plainte a déclenché une investigation au siège de l'Ordre national des pharmaciens les 12 et 13 novembre derniers. Elle est fondée sur une assimilation contestable des services d'analyses à des services marchands.

Mais il n'existe aucune directive européenne relative à la libéralisation des professions libérales de santé qui puisse contraindre la France. Il n'existe pas non plus de législation européenne classant les laboratoires d'analyse dans le domaine des services marchands, les débats houleux de la directive "Bolkestein" ayant tranché.

Le projet de libéralisation des laboratoires d'analyses médicales est contraire au souhait de solidarité exprimé par 85% des sondés (sondage BVA, AFP 8 octobre 2008) et il est sourd aux enseignements de l'expérience américaine. Comme il découle d'une initiative imputable au seul gouvernement français, ne laissons pas passer l'occasion d'un débat national qui pose clairement les conditions de la pérennité de notre système de santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pourquoi mettre au main des financiers la biologie ??? c'est pour mieux soutirer vos sous . Un deplacement d'infirmiere est minable mais un financier sera de 100 vois 200 euros pour un domicile . exist les vieux qui consomment trop de medecine voila ce que notre sarko veux . plus c'est cher moins on consomme et moins on aura de malades dont moins de retraite ...... la suite sera une vie sans maladie sans pauvre et sans vieux
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ou l'on comprend que ce gouvernement n'est que celui des nantis dépourvus de toutes intelligences même financière.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai adhéré à l'UMP et voté Sarkozy, chaque jour qui passe me fait regretter mon vote.
Il est en train de ne rien résoudre de ce qui va mal et de détruire ce qui va bien et il appelle ça la réforme.
Merci au mouvement démocrate pour sa modération et sa raison, tiraillé entre une gauche qui n'a rien à dire et une droite destructrice.
Vivement les prochaines élections présidentielles s'il reste encore quelque chose de ce qui fait la France
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et me suis bien fait baisé... Bref, je pense comme UMP... Comment peut-on en arriver là ? La santé entierement aux grands groupes (qui ont bien baisé les assureurs aussi) J'imagine tout à fait avoir ma secu-mutuelle chez groupama et que des que le laboratoire groupama aura fait mes analyses et découvert que j'ai une maladie, me faire soit une surpime énorme... soit me virer carrément. Comme ça c'est simplissime: te pomper quand tu es en bonne santé et te laisser tomber quand tu es malade. VU récemment avec un monsieur qui a cotisé toute sa vie et une patho découverte peu avant sa retraite: viré tout bonnement de sa mutuelle pour cause de "changement de régime"... ça fait rever !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bravo!
il était temps que la politique arrive enfin sur le terrain de la santé pour repousser et dénoncer les "arrangements entre amis" de "notre omnipotence bien pendue".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le gros souci, c'est qu'une ordonnance ça ne se discute pas!De plus très peu de biologistes possédant leur propre nous soutiennent car c'est la loi du marché, chacun tire la couverture vers soi. Et nous futurs biologistes avec 9 ans d'études + 2 concours derrière que va-t-il nous rester??La responsabilité d'un labo sous les directives d'un employeur comme total ou carrefour??C'est tout simplement inimaginable!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :