Ecotaxe : halte à la démagogie des lobbies !

 |   |  716  mots
Pour le député François-Michel Lambert (EELV, à gauche) et le sénateur Ronan Dantec (EELV, à droite) l'écotaxe est un gisement de croissance formidable pour les régions.
Pour le député François-Michel Lambert (EELV, à gauche) et le sénateur Ronan Dantec (EELV, à droite) l'écotaxe est un gisement de croissance formidable pour les régions. (Crédits : DR)
Le vote de l'écotaxe poids-lourds a suscité une levée de bouclier de la part, notamment, des agriculteurs et des professionnels du secteur. Pourtant, cette mesure aurait des avantages...même pour eux. Par les écologistes François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône et Ronan Dantec, sénateur de la Loire-Atlantique.

Nous voulons dire avec force à ceux qui espèrent encore pouvoir suspendre la mise en place de l'écotaxe poids lourds que, sans rien changer à leurs difficultés, cela ne ferait que reporter à leur détriment la modernisation impérative de l'offre de transport et de logistique dans notre pays.

Revenons tout d'abord aux raisons de l'instauration de l'écotaxe qui résulte du Grenelle de l'environnement et qui fonctionne avec succès dans 5 pays européens. Il s'agit avant tout d'instaurer un cercle vertueux en faisant payer aux transporteurs routiers, français et étrangers, le coût réel de l'utilisation des routes (qui s'abîment 20 à 100 fois plus avec des poids lourds qu'avec des voitures).

En Allemagne, l'éco-taxe a rapporté 4,3 milliards d'euros

D'une part, l'écotaxe va responsabiliser les transporteurs et les inciter à optimiser leur logistique, en diminuant les distances de circulation des marchandises et en favorisant des circuits plus courts. En s'appliquant aussi aux camions circulant à vide, elle incite en outre également les transporteurs à rationaliser les tournées.

D'autre part, l'écotaxe va permettre également de financer la modernisation de nos infrastructures de transport qui en ont cruellement besoin. Mise en place dès 2005 en Allemagne, l'écotaxe a permis de mobiliser 4,3 milliards d'euros en 2012 pour moderniser les infrastructures, et la part du fret ferroviaire a fortement augmenté.

Un impact sur le consommateur limité

Ceux qui s'insurgent aujourd'hui contre cette taxe manipulent sciemment la réalité. Il est parfaitement faux de dire que le consommateur final supportera in fine le poids de cette écotaxe. Le coût du transport représente 10% du prix des marchandises, la taxe est de 4,1% et elle ne porte que sur le transport routier empruntant les seules routes surchargées (l'écotaxe ne s'applique qu'à 1% du réseau routier français).

Son impact sera donc mécaniquement très limité : dans le pire des cas, la moitié d'1 centime pour une salade de 1 euro. Pas même le coût du sachet plastique ! Bien loin du coût du gaspillage de la chaîne de distribution

 

Des flux financiers créateurs d'emplois

L'écotaxe ne détruira pas non plus l'économie locale. Bien au contraire, elle l'encourage ! Applicable à tous les transports, et payable au kilomètre, elle va pénaliser les transports longs et faire baisser ainsi l'avantage concurrentiel de marchandises provenant de pays aux normes sociales et environnementales faibles.

Espérons qu'il sera bientôt fini le temps où certains transporteurs routiers étrangers ne faisaient que traverser la France du sud au nord, en n'apportant comme valeur ajoutée à notre économie que pollution et destruction de nos routes, en étant, comble de l'absurde, indirectement financés par les usagers et les contribuables français. En réalité, les flux financiers créés par l'écotaxe sont créateurs d'emplois que ce soit par l'investissement en infrastructures (près de 1 milliard d'euros par an) et par la protection des emplois locaux contre certaines importations.


Une dynamique régionale nouvelle

Concernant la Bretagne, la majorité a su faire preuve d'écoute et de pragmatisme pour prendre en compte la particularité de ce territoire. Pour preuve, le périmètre routier taxable a été réduit, la Bretagne a été rendue bénéficiaire d'un abattement de 50% sur le taux kilométrique de la taxe et une exonération pour les véhicules à citerne utilisés pour la collecte de lait a été accordée. L'écotaxe encourage, en Bretagne comme ailleurs, des logiques de transformation sur place des productions.

Faut-il rappeler que 700 000 porcs bretons sont envoyés à l'abattage en Allemagne chaque année ! L'application de l'écotaxe encouragerait leur abattage sur place. Ainsi seule la viande sera exportée, pas le cochon vivant ! Faire de l'écotaxe un symbole des difficultés actuelles du secteur est donc un contre-sens total.

Des lobbys soucieux de leur rentes

Le gouvernement doit par conséquent rester ferme sur l'application de l'écotaxe au 1er janvier 2014. Dénonçons plutôt l'instrumentalisation de l'écotaxe par certains lobbies, de toute évidence plus soucieux de leurs profits immédiats que du bien-être de ceux qui souffrent réellement d'un système productiviste à bout de souffle ; plus soucieux finalement de conserver leur rente au détriment des enjeux environnementaux et de développement local.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2013 à 14:07 :
l'article a été écrit par quel lobbyiste ?
a écrit le 26/10/2013 à 23:00 :
"En Allemagne, l'éco-taxe a rapporté 4,3 milliards d'euros..."
"en vendant les autoroutes, la France a perdu une rente annuelle de 1,2 milliard par an."

Qu'il y ait intérêt à promouvoir le fret ferroviaire doit surement faire la quasi unanimité dans la population. La pratique qui, après la disparition de la vignette automobile, tend à remettre en place un octroi moderne et digitalisé est beaucoup plus contestable. On commence sous prétexte de sécurité routière par multiplier les prélèvements via les radars de contrôle de vitesse

Puis on voit les écolos soutenir une logique Orwelienne de traçage informatique et surveillance vidéo des circulations sur le territoire national. Ecolo d'ériger des horreurs métalliques, écolo d'ériger des bornes de contrôle en mode blockhaus miniature...

Ce n'est pas la taxe qui est en cause. C'est l'état nauséeux des cerveaux qui ont pu se convaincre que c'était une bonne solution. Ne pas comprendre que cette supercherie est le pur symbole de ce que les français, de toute classe sociale, exècre de plus en plus montre le point d'aveuglement et de surdité de nos édiles, fonctionnaires et autres personnalités autorisées.

C'est comme nous faire croire que le futur grand danger démocratique soit le Front National. Trop facile. Notre plus grand danger démocratique c'est la paresse intellectuelle et la perte de sens pratique.

Je vous invite à lire le billet dde Jakez Bernard mieux informé que moi sur cette écotaxe

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=31763
a écrit le 26/10/2013 à 20:25 :
Les fabricants de produit fini se rapprocheront de leurs sources , ensuite les marchandises (produit fini) avec une bien plus haute valeur ajoutée par camion , Roumains , Bulgares etc ....Reviendront en France mais sans le label Made in France !
L'incidence sera que l'industrie manufacturière Française s'installera auprès de se fournisseurs qui ne seront pas dans leur grande majorité en France .....
a écrit le 26/10/2013 à 16:33 :
Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage (proverbe chinois) car on fond du problème, c'est aussi le consommateur qui va trinquer ! Car les transporteur, au pire, répercuteront la majoration de leur charge fiscale sur leur coût et donc sur le prix de nos produits. Le pouvoir d'achat n'augmente pas mais le pouvoir de payer encore et encore: oui

Allons-nous nous en sortir un jour ?
Réponse de le 28/10/2013 à 1:02 :
Lisez l'article. Le but est bien d'en sortir.
Réponse de le 28/10/2013 à 11:21 :
Il faut arrêter de faire le jeu des lobbies ... Bien sûr, le problème n'est pas simple au regard de notre fonctionnement global mais, si on cède sur tout, alors on ne fait rien et on régresse !!
a écrit le 26/10/2013 à 14:53 :
Une belle brochette de menteurs!
Je travaille chez un transporteur national de marchandises, et je peux vous dire que la note va être très salée pour les clients, pour ceux qui transportent des palettes, ça va faire +5% sur la facture du jour au lendemain ! Une paille si on écoute ces incompétents...;
Résultat, soit les boites pourront répercuter sur les prix et le client final paiera soit vous et moi, soit elles ne pourront pas, et elles fermeront pour les plus fragiles.
D'autant plus que cette taxe touchera pour le moment que les poids lourds, mais à terme, vu que les radars seront installés, rien n'enpêchera de taxer les véhicules legers, puis utilitaires puis les particuliers, une sorte de péage ecolo...
Vive la France!
Réponse de le 26/10/2013 à 16:35 :
Vous avez oublié les motos, les vélomoteurs et, peut-être, les vélos
Réponse de le 27/10/2013 à 9:03 :
Super objectif quand on travaille chez un transporteur... Mensonges des lobbies sur cette taxe...
Réponse de le 28/10/2013 à 11:33 :
Un jeu de menteurs ? Et la malhonnêteté ? En menaçant de faire payer aux consommateurs cette écotaxe, les lobbies, dont vous faite parti, jouent les démagogues. A lieu de dénoncer et taper sur les écolos, vous feriez mieux de militer pour une meilleur organisation du transport, d'arrêter de vous auto-satisfaire et d'?uvrer pour le ferroutage là où c'est possible de faire. Moins de camion sur les routes, n'est pas la mort d'une profession... faut arrêter les conneries !
a écrit le 26/10/2013 à 11:46 :
Beaucoup d'inexactitudes et de propos bien orientés par de pseudo spécialistes qui dénoncent des lobbies pour mieux représenter ce pour lesquels ils s'expriment sans le révéler ! Pour ce qui est de la Bretagne : comment adapterez vous cette région dont 50 ans de spécialisation économique ne seront pas rattrapés en 2 ans... Le circuit court, c'est peut-être un objectif louable, mais si c'est pour ne trouver que des patates, du poisson, et du cochon pour manger, de quoi travailler a coté de cela ? Le tissu de PME est pénalisé par l'éloignement de la région, que De Gaulle avait souhaité atténuer en laissant des voies sans péage, ce que l'on détruit aujourd'hui. Vous dites que le consommateur n'y perdra pas, mais les industries et PME feront vite leurs comptes : pourquoi s'installer au delà de Rennes, Angers, Nantes ? C'est d'ailleurs déjà une tendance très lourde : les activités ne sont pas les mêmes en Finistère et aux frontières du Grand Ouest... Des gens quittent déjà leur ville pour rejoindre ces secteurs ou les emplois sont plus nombreux et diversifiés. Veut-on accroitre ces déséquilibres ?
a écrit le 26/10/2013 à 11:37 :
Certes, mais alors il faut redéfinir totalement la façon dont une route doit être "amortie", on ne peut pas être logique à moitié.
Pourquoi taxer les poids lourds seulement? A quoi servent les taxes sur le carburants au fait?????

A ce propos, il est absurde d'invoquer, par exemple, une égalisation des taxes diesel /essence si auparavant, le sens profond de la taxe n'est pas expliqué.

Jamais les taxes ne sont construites de façon rationnelle comme pourrait l?être une taxe sur le tabac calculée qui serait calculée afin de compenser l'ensemble des coûts sociaux causés pas le tabac.

L'éthique et la justice sont invoqués en guise de prétexte. Il s'agit de trouver des sous et de favoriser des desseins politiques.

Il faudrait imaginer de faire des routes privée alors et d'en laisser la gestion aux investisseurs , libres à eux de "retrouver leurs petits.

Si les routes s'usent..c'est qu'elles sont utiles. Qui construirait une route où personne ne roule? réponse 'l'état au nom du service publique...

L'idée générale de mon post lancé tout à trac, est que d'invoquer des principes divers pour établir une taxe, c'est arbitraire, ce qui permet de faire ce qu'on veut.

Notez bien l'idée du grenelle..le transport à longue distance des marchandise est "mal"..

comme pour le train l'état accepte le principe de service publique qui conduit à faire rouler des trains à vide ou presque et d'entretenir des routes où peu de voitures passent...est ce logique???









L
a écrit le 26/10/2013 à 1:04 :
Il ne faut pas se leurrer. La cible d'eelv est le transport routier dans son ensemble (camion, voiture) et cette taxe ne fera que tuer un peu plus nos emplois et notre économie. Pour les camions entrant sur le territoire, on peut créer une sorte de péage aux frontières s'ils ne font que traverser. C'est un non problème. Il faut savoir que chaque portique (sans tout l'attirail high tech) coûte 200000? au moins. Et comme pour les radars il faudra bien les entretenir (le mieux serait encore de les supprimer). Cette histoire d'ecotaxe n'est qu'une gabegie inadmissible de plus. Et puis pourquoi le recours à l'appellation lobby? Les rédacteurs de ce billet n'en sont ils pas un à eux tout seuls, celui anti pétrole? La France ferait bien de prendre exemple sur l'Allemagne dans d'autres domaines, notamment industriels... Et les politiques d'arrêter d'isoler un sujet de son ensemble. Ex: quelle est la limitation de vitesse sur les routes nationales anglaises? Le mensonge est permanent et on voit où il nous conduit.
a écrit le 26/10/2013 à 0:53 :
En Allemagne, les autoroutes sont gratuites!! Ils peuvent mettre l ecotaxe! Avec le gain des péages d autoroute, on pourrais rénover nos routes!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :