Le trading à haute fréquence, humain, trop humain

 |   |  1407  mots
Représentation graphique de trading haute fréquence. Copyright SniperInMahwah
Représentation graphique de trading haute fréquence. Copyright SniperInMahwah
Le trading à haute fréquence a-t-il institué le règne des machines sur les activités humaines dans les marchés financiers ? Deux livres répondent à leur façon. L'anonyme Sniper dans "6" y voit surtout l'aboutissement d'une longue quête technologique pour réaliser des opérations financières gagnantes à tous les coups, tandis que les journalistes Frédéric Lelièvre et François Pilet dans « Krach Machine » ont mené une enquête auprès des acteurs de cette nouvelle configuration des marchés mondiaux qui inquiète tant.

Le 6 mai 2010, l'indice de référence de Wall Street, la Bourse de New York, chutait de plus de 9% en moins de 10 minutes, du jamais vu. Un « flash crash », selon le jargon des traders. A cette occasion le grand public découvrait le trading à haute fréquence (HFT), et le rôle prépondérant pris par les programmes informatisés qui traitent désormais près de 70% des transactions boursières dans le monde. A telle enseigne, que les régulateurs des marchés ont les plus grandes difficultés à en appréhender le développement.

En effet, en moins de deux décennies, le monde de la Bourse s'est métamorphosé, renvoyant à la préhistoire la célèbre « corbeille » moquée par le général de Gaulle ou même Gordon Gekko et son gros téléphone portable, le cupide trader du film culte d'Oliver Stone « Wall Street » (1987).

Mahwah, centre névralgique

Deux livres, très différents, expliquent cette transformation. Le premier s'intitule « 6 », et son auteur est anonyme. Enfin, pas exactement, il s'est coulé, si l'on ose dire, dans la peau d'un algorithme, Sniper, qui travaille pour la banque UBS dans le fameux hangar de Mahwah, dans une banlieue de New Jersey, à une quarantaine de kilomètres de Wall Street.

Car les vrais centres d'activité boursières ne sont plus installés à la City ou à Wall Street, qui sont juste des façades de représentation, mais dans des grands hangars de la banlieue de Londres, Basildon, et de New York, à Mahawh. Là, sont abritées des centaines d'ordinateurs et toute une infrastructure (câbles, électricité, circuit de refroidissement, normes de sécurité...) qui évoque davantage des activités militaires secrètes que la bonne vieille Bourse à papa.

Sniper n'est pas seul, il partage ses bureaux grands comme 7 stades de football américain, même s'il n'en utilise pour sa part que quelques centimètres carrés, avec d'autres algorithmes qui répondent aux poétiques noms de Guerrilla, Stealth, Sumo, Blast, Iceberg ou encore Shark.

Des ordres passés en milliardièmes de seconde

Le propos de Sniper est de montrer que les machines ont pris une telle prépondérance aujourd'hui dans les activités financières qu'elles sont en passe d'imposer leur propre philosophie à l'ensemble de l'économie. Et pour cela, Sniper évoque de façon très détaillée et précise les histoires méconnues des différents acteurs qui ont contribué depuis trente ans à ce nouvel ordre des marchés financiers.

Et cette configuration est condensée dans le HFT. « Concrètement, des machines organisent l'exécution de stratégies de négociation électronique impliquant une rotation extrêmement rapide des capitaux à l'aide de programmes qui analysent les cotations avant de détecter puis d'exploiter des opportunités de transactions en quelques millionièmes de secondes », explique Sniper, voire en nanoseconde(en milliardièmes de seconde). C'est proprement inhumain.
Le rêve du trader de gagner à tous les coups, la machine le rend concret, en se rapprochant de l'utopie d'un espace-temps tendant de plus en plus vers l'instantané.

Ce faisant, Sniper brosse également ce que fut le passage d'un monde boursier à un autre. Comme d'autres secteurs, les marchés financiers ont fonctionné durant des décennies sur le même modèle.

Ainsi, la description brossée en 1894 et 1896 par le grand sociologue Max Weber (1864-1920) dans son petit livre « La Bourse » (traduction en français, Ed. Allia, 2010) était toujours valable jusqu'à l'apparition des transactions électroniques et, plus récemment, du trading à haute fréquence qui a permis grâce aux avancées technologiques de complètement modifier l'organisation sociologique de la profession. Et pas seulement. « Les autorités publiques censées réguler les marchés financiers n'ont en réalité pas vraiment l'idée de ce qui se trame au sein de ce réseau de machines si complexe que le simple fait de le placer sous surveillance relève de l'impossible », énonce l'auteur de 6.

L'argument de la liquidité du marché

Le deuxième ouvrage « Krach Machine » est une enquête plus classique de terrain réalisée par deux journalistes, Frédéric Lelièvre du quotidien suisse « Le Temps » et François Pilet de l'hebdomadaire suisse Le Matin Dimanche. Nos confrères sont allés à la rencontre de l'ensemble des acteurs ?uvrant tant du côté des marchés financiers que de ceux qui veulent les encadrer. Vivant, le reportage restitue la dimension humaine de cette transformation, et s'avère le complément de « 6 », ou vice-versa.

Car les motivations des opérateurs de marché demeurent identiques, même si la technologie rend l'exercice plus technique. Ainsi, en est-il de la liquidité - le fait qu'un titre sur le marché trouvera un acheteur ou un vendeur le plus rapidement possible - qui assure un bon fonctionnement du marché, et évite sa manipulation. Depuis des années, c'est d'ailleurs l'argument qui revient comme un leitmotiv des promoteurs de ces plateformes de transactions électroniques qui ont finalement détrôné les grandes places traditionnelles et précipité la consolidation du secteur (la fusion des Bourses de Paris, New-York et Amsterdam en est un exemple).

« Krach Machine » montre combien la sociologie des marchés a évolué avec l'arrivée d'un nouveau profil de traders : scientifique de haut vol plutôt que joueur. Ces nouveaux traders, recrutés à prix d'or, sont en effet capables d'élaborer les algorithmes - ces suites d'opérations et de calculs complexes -, dont la bonne combinaison réalisera sur le marché des opérations bénéficiaires. Evidemment, ces algorithmes se livrent une concurrence acharnée pour être le meilleur, c'est-à-dire bien souvent le plus rapide. Et font même l'objet de vols, comme l'illustre le cas de Sam Agrawal, dont les auteurs racontent l'histoire.

Revenir à la seconde comme unité maximale du temps boursier ?

L'autre intérêt du livre de Frédéric Lelièvre et François Pilet est de se pencher sur les réponses à apporter au risque de déstabilisation des « flash crash ».

Les autorités des marchés financiers se sont penchées sur le problème. Parmi les pistes, l'interdiction d'annulations d'opérations en un temps record, qui créent une distorsion de l'information, ou alors le retour à la seconde comme unité maximale de temps du trading.

D'autres se focalisent moins sur le HFT, qui « n'est pas une stratégie mais une technologie ». De fait, ils étudient davantage des pistes sur les prix des transactions - plus les plateformes ont un volume de transactions élevé, plus elle peuvent baisser le coût unitaire -, en terme de fourchette, pour éviter que les ordres soient passés via des plateformes non réglementées, de gré à gré (OTC).
Ainsi en Europe la Directive concernant les marchés d'instruments financiers (MiFid) pourrait faire l'objet d'amendements notamment par la préconisation de l'extension du dispositif prévu pour les marchés encadrés à ceux de gré à gré, pour « faire en sorte que les marchés financiers, et en l'occurrence les HF-Traders, apportent des services au reste de l'économie et non le contraire », confie aux journalistes suisses Markus Ferber, le rapporteur du projet au Parlement européen.

"Ils ne savent pas quoi faire d'autre"

Ces réponses à la révolution apportée par le trading à haute fréquence sembleront bien trop modestes à ses détracteurs, inquiets du pouvoir menaçant pris par les machines.

Pourtant, davantage que les algorithmes, c'est la motivation de leurs concepteurs, souvent l'élite des universités américaines, en particulier Princeton, sur laquelle il faut se pencher, comme nous y invite Sniper, dans la narration instructive d'une succulente scène qui campe la façon dont Goldman Sachs et consorts viennent recruter leur futurs employés sur les campus.

A ce sujet, l'auteur de « 6 » cite un étudiant qui confie au Daily Princetonian, le journal de l'université : « Je ne pense pas que l'attrait des étudiants envers la finance soit une question de cupidité. Je pense plutôt que c'est une question de paresse. (...) La plupart vont dans la finance parce qu'ils ne savent pas quoi faire d'autre. » C'est peut-être cela le plus inquiétant. Sniper ne serait-il pas plutôt un anthropologue ?

 

Sniper « 6 » (Traduit du binaire par Ervin Karp), Ed. Zones Sensibles, 111 pages, 12,06 euros.

Frédéric Lelièvre et François Pilet « Krach Machine », Ed. Calmann-Lévy, 232 pages, 17 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2013 à 22:52 :
"Sniper ne serait-il pas un anthropologue" Peut-on imaginer des logarithmes influencer le comportement humain ou pire encore des anthropologues (par exemple) influencer l'élaboration d'un logarithme HF? Pendant que beaucoup imaginent toujours, d'autres ont peut-être déjà conçu cela, évidement pour le "bien" de tous. Peut-être même qu'un logarithme est en-train d'écrire ces mots?
Réponse de le 17/04/2013 à 13:31 :
Je dois avouer que je ne comprends pas très bien la blague logarithme / algorithme mais bon c'est peut-être trop subtil pour moi.
a écrit le 15/04/2013 à 11:46 :
Et si tout çe trading à haute fréquence n'était que du "front running" exécuté par des robots?
Les "front running" : une faute professionnelle, pour un broker, qui consiste à se positionner sur le marché devant les ordres de ses clients, et profiter du mouvement généré par les dits ordres.
Les robots : des intervenants qui ne peuvent pas être responsables de quoi que ce soit. Ce qui est bien pratique pour tout le monde. Y compris pour les autorités de marché, qui n'ont plus, depuis longtemps, aucune autorité.
a écrit le 15/04/2013 à 9:47 :
L'espace-temps est criblé de trous, de trous noirs.
a écrit le 14/04/2013 à 19:47 :
Le HFT représente 70% des opérations boursières ? Et on se plaint sans arrêt de la désertion des marchés par les particuliers... Car l'argent gagné par ces machines et par les traders en général sort bien de la poche de quelqu'un... Donc sous prétexte de liquidité, on a rempli les bourses de machines etde traders... Je me demande si la liquidité a réellement augmenté maintenant que les particuliers sont partis !
a écrit le 14/04/2013 à 11:29 :
Le THF cible les distorsions des marchés et tire parti de la vitesse de détection et d'exécution pour être systématiquement le premier à les exploiter dès qu'elles apparaissent. Chacun des acteurs du THF se spécialise sur un ou plusieurs produits financiers. Seul le premier survit, le second fait rapidement faillite. Les algorithmes du THF sont de plus en plus sophistiqués mais tôt ou tard ils finissent par commettre une erreur d'interprétation face à un événement hors normes (un cygne noir), provoquant temporairement une suramplification des distorsions. Les principaux pigeons sont les traders (professionnels ou amateurs) mal outillés (dont certaines banques généralistes). Un investisseur traditionel est peu concerné, sa logique d'investissement s'inscrit dans le très long terme.
a écrit le 14/04/2013 à 9:18 :
haute fréquence ou non pour un vendeur il faut un acheteur et vice versa algorithme ou non rapide ou non le marché ne bouge pas parce que l'ordinateur le décide mais bien parce que le nombre de vendeur ou d'acheteur est en inadéquation Le poids des ordre de l'ordre passé a ce moment peut faire monter ou baiser le titre ou la matière première mais dans le vide sans qu'un trade soit exécuté et le cours revient a son équilibre par l'effet de balancier Regardez le nombre de sociétés qui utilise ces fantastiques incompréhensibles système et font faillites et comparez avec les résultats de Warren Buffet que se soit la baleine de Wall Street ou d'autres le marché a son équilibre et sa logique cet équilibre est fait de millions d'ordres résultants d'attentes contradictoires tout excès est tôt ou tard corrigé
Réponse de le 14/04/2013 à 11:23 :
Tout excès est normalement tôt ou tard corrigé mais ça n'a pas été le cas pour les subprimes et produits dérivés, ce qui a conduit en 2008 à lourdement endetter les états pour renflouer les banques. Autrement le système s'écroulait, il ne s'est pas corrigé tout seul.
Réponse de le 14/04/2013 à 12:11 :
@léo86 La crise des subprimes n'était pas une crise de marché mais une bulle de crédit. Trop d'intervenants sur les marchés investissaient des sommes colossales avec un "collatéral" bidon, jusqu'au jour où les arbres ne montent plus au ciel et la chaîne de Ponzi s'effondre comme un château de cartes. Le fonctionnement des marchés n'est pas en cause. C'est le système de financement des marchés par les banques centrales aux dépends de l'économie réelle qui l'est.
Réponse de le 15/04/2013 à 13:32 :
@ jb : Des produits financiers complexes incompréhensibles au commun des mortels gavés de créances pourris pour faire augmenter le rendement et certifiés par la complaisance et l'incompétence d'agences de notation dépendantes de leurs gros clients. Manque de transparence, des vendeurs escrocs, des acheteurs naïfs (souvent aussi vendeurs en plus), de fortes contraintes à l'entrée sur les marchés, une concentration des intervenants (le contraire donc de l'atomicité de l'offre et de la demande), des régulateurs qui ne jouent pas leur rôle... Je suis désolé de vous contredire mais le marché a sérieusement été remis en cause par la crise des subprimes (sans même parler de la bulle immobilière alimentée par des crédits faciles à taux variables non capés encouragés par les mêmes banques pour pouvoir mettre des crédits risqués à haut rendements dans leur méli-mélo de produits structurés). Mais le pire c'est qu'aujourd'hui ces faiseurs de misères s'en sorte indemne alors que c'est au peuple de payer leurs erreurs et le manque criant de régulation des marchés.
Réponse de le 15/04/2013 à 13:42 :
@léo86

En 2008 aucun dérivés (pourriez vous en lister un svp) et aucun subprime n'a été l'objet d'explosion de prix lié à du trading HF.
Depuis 2008 nous connaissons une crise du crédit pas de la finance. Ce que vous prétendez être du renflouement de banque (qui pour la plus part ont remboursé fort cher les avances des Banques Centrales) A ETE je vous le rappelle du renflouement lié à l'évaporation des Actifs des banques de crédits (pas des salles de marchés).
On renfloue des banques Espagnoles car elles ont pretté à des clients insolvables et des projects immobiliers trop chères .. pas à du trading de BBVA ou de Santander. La Caixa est en ruine de ses crédits passés que les espagnols-clients ne peuvent plus rembourser.. pas de ses achats de CDO Subprimes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :