Cailabs multiplie par 400 les débits des réseaux de fibre optique

 |   |  716  mots
Après une deuxième levée de fonds de 450.000 euros en 2015, Cailabs soutient la commercialisation du boîtier Aroona par une nouvelle collecte de 1,05 million d'euros.
Après une deuxième levée de fonds de 450.000 euros en 2015, Cailabs soutient la commercialisation du boîtier Aroona par une nouvelle collecte de 1,05 million d'euros. (Crédits : Reuters)
Les boîtiers de Cailabs permettent de multiplier par 400 le débit des réseaux de fibre optique. Grâce au débit record de 2 petabits/seconde obtenu par l'opérateur japonais KDDI, la jeune entreprise rennaise a gagné en visibilité. En 2016, elle compte déployer sa technologie auprès des réseaux professionnels publics et privés, et tripler son chiffre d'affaires.

Dans le monde des télécoms et des réseaux d'entreprise, la découverte de Cailabs est jugée très prometteuse, et c'est même chez Alcatel Lucent que la preuve de concept s'est transformée en projet légitime.

L'installation à Rennes de cette jeune entreprise fondée en 2013 n'est donc pas anodine. Sur cette terre historique des télécoms et des réseaux, Cailabs a trouvé un écosystème favorable pour grandir. Sa technologie, qui permet de multiplier par 400 le débit des réseaux de la fibre optique, lui ouvre d'intéressantes perspectives de développement en France et à l'international. Sa trouvaille ? Amplifier, grâce à un bloc de verre, les faisceaux lumineux qui sortent des lasers. Testés l'an passé en Asie, les composants Cailabs ont même permis à l'opérateur japonais KDDI de battre un record mondial atteignant un débit de 2 petabits/seconde. Cela équivaut à faire transiter 250 disques durs d'un Tera Octet (To) par seconde !

Campus universitaires et hospitaliers

L'opérateur nippon est notamment intéressé pour booster son réseau villes à villes, mais d'autres champs d'applications existent. La problématique du débit de la fibre est très importante dans les milieux hospitaliers, notamment pour l'imagerie médicale, et universitaires.

Sachant que le débit en fibre optique pour les réseaux professionnels est limité à 100 Mbits/seconde, Cailabs leur propose de passer de 100 Mbits/sec à 40 Gbits/sec.

La jeune pousse, qui a réalisé sa première levée de fonds de 1,1 million d'euros en novembre 2013 auprès d'Innovacom, de Kima Ventures et de business angels, entre aujourd'hui en phase de commercialisation de son produit. Avec ses boîtiers, Proteus pour les cœurs de réseaux et Aroona pour les réseaux d'entreprise, Cailabs porte d'abord ses efforts sur les débouchés en France et dans les pays francophones avant d'attaquer l'international et notamment les Etats-Unis.

« Cailabs est une émanation d'un laboratoire parisien. J'ai fait cette découverte lors de mon doctorat au sein de Kastler Brossel, spécialisé en physique fondamentale et dans le cadre d'une collaboration dans une université australienne. Cette expérimentation de R&D est ensuite devenue un projet d'entreprise mené avec deux associés, Nicolas Treps, professeur d'université et Guillaume Labroille, le directeur technique de Cailabs. Après deux ans sur le territoire rennais, notre société emploie quinze personnes. En 2016, nous visons un chiffre d'affaires de 1 million d'euros, soit plus de trois fois celui de 2015 », ambitionne Jean-François Morizur, jeune ingénieur de 30 ans et président de l'entreprise.

De Ouest France à la CUB d'Alençon

La priorité pour 2016, c'est le marché des réseaux locaux d'entreprises, de sites industriels et des collectivités. En partenariat avec des intégrateurs réseaux comme AZNetwork ou C2C Réseaux,  Cailabs a déjà signé une dizaine de déploiements pilotes : au siège rennais du quotidien Ouest-France, dans des universités comme Pierre et Marie Curie, au CHU de Nanterre et à la CUB d'Alençon. Grâce à la technologie de Cailabs, l'université Rennes 1 a multiplié par 300 le débit de son réseau. Au-delà des campus et des CHU, la jeune pousse vise aussi les industriels de l'agroalimentaire et les laboratoires.

Après une deuxième levée de fonds de 450.000 euors en 2015, Cailabs soutient la commercialisation du boîtier Aroona par une nouvelle collecte de 1,05 millions d'euros. Conclue auprès de ses premiers investisseurs dont d'Innovacom Gestion et des business angels, elle va permettre de renforcer les équipes commerciales et la production.

« On donne une nouvelle jeunesse à de vieux réseaux. C'est une solution moins coûteuse que de refaire un réseau enterré, ajoute Jean-François Morizur. Un débit de 40 gigabits par seconde est déjà nettement plus confortable pour un réseau local. La problématique des débits face à une activité gourmande en bande passante affecte la productivité des entreprises. Pour l'instant, nous n'avons pas prévu d'application pour le grand public. Notre deuxième marché concerne les data centers et les opérateurs télécoms. »

Les réseaux télécoms de demain sont l'avenir de Cailabs, mais dans les cinq ans qui viennent, la pépite rennaise compte développer d'autres produits afin d'adresser de nouvelles typologies de problématiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2016 à 18:55 :
J'ai du 300mbit/sec et c déjà beaucoup
www.worldoo.info
a écrit le 31/01/2016 à 22:27 :
Il va falloir que votre journaliste sorte de sa grotte ! dire que " le débit en fibre optique pour les réseaux professionnels est limité à 100 Mbits/seconde" était exacte en 1990 !
En 2015, tous les opérateurs français déploie du 100Gb/s dans leurs réseaux de fibres optiques, et vendent aux entreprises du 10Gb/s. Même Free en résidentiel propose du 1Gb/s, soit 10 fois le débit que vous citez.

Et je ne parle pas de l'amplification par "un bloc de verre" qui doit etre une simplification tellement à l'extreme du procédé que n'importe quel ingénieur ne peu plus comprendre de quoi l'on parle.
a écrit le 31/01/2016 à 18:21 :
Squareway de Vivaction va pouvoir encrypte T encore plus de voix et data sur les mobiles des entreprises ! 👍pour etre plus sérieux !😜
Réponse de le 01/02/2016 à 8:54 :
Tiens, toujours là avec son marketing a deux balles... Ca ne donne vraiment envie que de vous éviter :-)
a écrit le 31/01/2016 à 18:19 :
Un spermatozoïde possède 37 Mega Octets d’ informations ADN.
> Il y a 100 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme.
> 1GO = 1000MO
> Ce qui nous amène à considérer qu ’une éjaculation représente un transfert d’ environ 1578 Go d’information en 3 secondes…
> Soit « 526 Go en 1 seconde »… 8 000 fois plus qu ’une connexion USB2 !
> Comme dit une amie qui a le sens de la formule :

" Nom d' une pipe, ça fait beaucoup d’ informations à avaler d’ un seul coup ! "⚡️👍😂
a écrit le 31/01/2016 à 17:48 :
C'est du "Multiplexage Spatial" ce qu'ils prévoient de faire (une fois les difficultés pratiques réglées), comme envoyer du dentifrice de diverses couleurs dans un tuyau sans que ça ne se mélange et les trier à la sortie, disons lire les informations que chacun transporte. Multimode, chaque mode optique {Te, Tm} transporte une information.
"Aujourd’hui, les systèmes de transmission sur fibre optique utilisent le Multiplexage en Longueurs d’Onde (Wavelength Division Multiplexing) pour envoyer plusieurs longueurs d’onde ou couleurs de lumière ensembles dans la même fibre." mais c'était avant. (voir https://www.alcatel-lucent.com/fr/blog/corporate/2013/12/cailabs-une-jeune-start-optique-parrainee-par-alcatel-lucent )
a écrit le 31/01/2016 à 13:49 :
"Amplifier, grâce à un bloc de verre, les faisceaux lumineux qui sortent des lasers" ?? Le débit c'est une succession de bits à la queue leu leu, supportés par la lumière (dont la puissance, l'amplification n'apporte rien du tout, juste la distance de propagation sans trop de pertes, répéteur à prévoir plus loin), un signal électrique ou autre.
En fibre multimode, on peut utiliser plusieurs fréquences optiques (longueurs d'ondes) en même temps, d'où un débit global élevé mais en parallèle (voies distinctes).
Doit y avoir une astuce, voire la résolution d'une difficulté qui limitait le débit lui-même (comme une autoroute ne peut pas accepter plus de n voitures en même temps à la vitesse maxi autorisée, ensuite ça bouchonne, en les superposant, on peut en faire passer plus mais faut une grue pour les empiler).
Si votre (diode) laser "modulé" génère 100Go/s, amplifier son signal lumineux donnera un débit amplifié de 100Go/s, pas 10To/s par miracle. Y a une astuce technique, de description déjà.
a écrit le 31/01/2016 à 11:21 :
CaiLabs a raison de chercher son marché dans le domaine des entreprises, et pas dans le domaine des réseaux locaux. En effet un PC moderne n'est pas capable de faire un transfert de donnée de plus de 200 mBits/sec. Les architectures hardware pour PC/tablettes/smartphones les plus rapides effleurent seulement le Gigabit/sec. Sans parler des drivers et des OS pour qui le nombre d'étapes de stockage intermédiaire (buffers mémoire) est très important, ce qui divisent ce débit hardware encore par 10, en utilisation réelle.

A contrario, une solution pour contrebalancer cet autre problème serait la bienvenue, au moins sur les serveurs, ce qui élargirait le marche de CAILabs.

http://padiracinnovation.org/about/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :