Forum Smart City de Marseille : succès confirmé pour la deuxième édition

 |   |  475  mots
Une vue de l'un des Ateliers du Forum Smart City de Marseille.
Une vue de l'un des Ateliers du Forum Smart City de Marseille. (Crédits : Christophe GOMI)
La deuxième édition du forum Smart City de Marseille, organisé par la Tribune et la Ville de Marseille, qui s'est ouvert jeudi 29 septembre remporte un succès public avec plus de 1.000 inscrits aujourd'hui et demain.

Objectif atteint pour la deuxième édition du forum Smart City de Marseille: les ateliers de ce jeudi ont tous enregistré un taux d'inscription record... et plus de 1.000 inscrits prendront place demain dans l'auditorium du Pharo. La preuve, s'il en est, que les enjeux stratégiques gravitant autour de la ville intelligente intéressent bien au delà des seuls spécialistes. Il faut dire que l'on s'inscrit plus que jamais dans le siècle des métropoles. Et celles-ci n'ont de sens que si elles convergent vers une ambition: une qualité de vie optimisée pour les habitants. Habitat, énergie, loisirs, tourisme, mobilité, sécurité: c'est bien de façon transverse, dans tous les domaines, que l'hyperconnectivité et les prouesses technologiques doivent faire sentir leurs effets.

Le projet Smartseille

Une ligne directrice qui a par exemple été évoquée aujourd'hui avec le projet Smartseille. L'éco-quartier, qui fait figure de laboratoire dans la cité phocéenne à la faveur d'une concertation partenariale entre les constructeurs, promoteurs, institutionnels, associations, se fait fort de privilégier cette haute qualité de vie. Elle s'illustre par un certain nombre de technologies innovantes: mutualisation du stationnement, e-conciergerie, boucle de thalassothermie, solidarité énergétique permise du fait de la mixité de ce quartier, propre à accueillir particuliers, entreprises, hôtels...

La contribution essentielle des start-up

Mais la ville intelligente saura également conjuguer technologie et sécurité publique. A Marseille, c'est déjà une réalité, avec la modernisation effective de la police municipale: les habitants ont désormais la possibilité de réaliser des mains courantes électroniques. Par ailleurs, la multiplication des caméras témoigne d'une volonté de massification des données. Au sein de la gendarmerie Paca également, le gendarme connecté est déjà une réalité. Près de 60.000 agents seront équipés fin 2017 au niveau national.

Sur un autre registre, la Smart City ne doit pas être en reste en termes de loisirs. Ainsi, la participation à des événements tels que les JO 2024 pourrait constituer un fort effet de levier dans la rénovation et l'aménagement d'équipements structurants. La connectivité apparaît également comme incontournable aujourd'hui dans le domaine du tourisme, dans une société qui privilégie la réservation en ligne et passe majoritairement par internet pour planifier ses sorties. D'où l'intérêt du city pass, mis en place à l'office de tourisme de la cité phocéenne et pouvant s'acheter en ligne. L'idée: découvrir Marseille grâce à des formule tout compris...

Enfin, outre le volontarisme des institutionnels, la contribution des start-up locales est également essentielle à la sortie de terre de la ville intelligente. Force est de constater qu'à l'échelle de la métropole, l'écosystème est vivace en la matière. Des jeunes pousses comme Totem Mobi, Jaguar Network ou BRP, présentes aujourd'hui au Pharo, en sont l'illustration probante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :