French Tech : Wandercraft lève 15 millions d’euros pour faire marcher les handicapés

 |   |  437  mots
Essais cliniques de l'exosquelette de Wandercraft.
Essais cliniques de l'exosquelette de Wandercraft. (Crédits : Wandercraft.)
La startup parisienne a mis au point un exosquelette motorisé capable de faire marcher une personne handicapée sans béquilles. Les fonds obtenus vont servir à obtenir une certification européenne et à commercialiser le produit aux Etats-Unis, en Asie et en Europe.

Se lever et marcher à nouveau est le rêve de toute personne qui n'a plus l'usage de ses jambes. C'est aussi celui de nombreuses startups de la robotique, partout dans le monde, y compris des géants comme le japonais Softbank, qui a racheté cet été à Google son entreprise Boston Dynamics, très connue pour ses spectaculaires robots bipèdes.

Dans cette course sans merci à l'innovation, Wandercraft, pépite parisienne de la French Tech créée en 2012, réussit à tirer son épingle du jeu. Après un financement d'amorçage de 600.000 euros par Xavier Niel et Marc Simoncini, et une première levée de fonds de 4 millions d'euros en 2015, la startup annonce ce jeudi 28 septembre un nouveau tour de table beaucoup plus conséquent, de 15 millions d'euros. Cinq fonds français ont participé à cette Série B : XAnge, Idinvest, Cemag Invest, Bpifrance et l'actionnaire historique LBO France.

Un exosquelette de "robotique dynamique" pour les handicapés

Fondée par trois anciens de l'école Polytechnique, Nicolas Simon, Matthieu Masselin et Alexandre Boulanger, Wandercraft s'est spécialisée dans la robotique dynamique, c'est-à-dire la création de robots capables d'imiter la souplesse de la marche humaine, sans nécessiter de béquilles.

La prouesse technologique de Wandercraft, une "première mondiale", est d'avoir intégré des algorithmes de robotique dynamique dans un exosquelette de jambes, capable d'effectuer "une marche équilibrée à partir d'un déséquilibre permanent". L'objet embarque douze moteurs. Ses algorithmes permettent de traiter 30.000 informations par seconde, grâce à un système de pilotage "totalement intuitif". "Des micro-centrales inertielles comprennent l'intention de l'utilisateur par l'inclinaison de son buste, ce qui permet à nos algorithmes révolutionnaires d'imiter l'inimitable : la marche humaine", explique la startup, pas peu fière de son équipe de choc de 25 mathématiciens, roboticiens et bio-mécaniciens, tous basés à Paris.

Essais cliniques réussis auprès de tétraplégiques

Entre décembre 2016 et février 2017, des essais cliniques ont permis à plusieurs tétraplégiques à 100% de remarcher grâce à l'exosquelette, sans béquilles.

"Les exos autonomes vont changer la vie de millions de personnes en fauteuil roulant et de leurs médecins, kinés et aidants. D'autres essais sont prévus pour démontrer qu'un exo de marche réaliste ouvra la voie à des traitements plus efficaces en centres de soins, et à l'autonomie de personnes à mobilité réduite dans leur vie quotidienne", ajoute l'entreprise.

Grâce aux 15 millions d'euros, Wandercraft compte obtenir une certification européenne pour son produit, et lancer sa commercialisation dès 2018 en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Elle compte aussi passer de 35 à 50 employés au total.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2017 à 19:05 :
A l'heure des économies sur les dépenses de santé qui pourra se payer un machin pareil? Un handicapé avec ses 810 € mensuels ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :