Hadopi ferait reculer le piratage

 |   |  405  mots
Selon un sondage BVA-«La Tribune», 53% des adeptes du piratage ont réduit ou arrêté cette pratique depuis le vote de la loi Hadopi.

La peur du gendarme, ça marche! Selon un sondage BVA-Avanquest réalisé pour «La Tribune» et BFM, 53% des adeptes du téléchargement illégal ont diminué ou cessé cette pratique depuis le vote de la loi de lutte contre le piratage (dite Hadopi) il y a un an. Un chiffre qui est à peu près stable selon l'âge : il est de 49% sur les 15-24 ans. Et cet effet est dû uniquement à la publicité faite autour de cette loi. En effet, les premiers emails d'avertissement viennent à peine d'être envoyés aux pirates, et donc n'ont pas eu encore d'effet. Pour Bruno Vanryb, PDG d'Avanquest, «la loi Hadopi n'est donc pas forcement le gadget déconnecté des réalités que l'on pouvait imaginer. Ce résultat souligne l'importance de la psychologie dans l'impact éventuel d'une législation, et l'influence limitée des militants du téléchargement gratuit pour tous».

83% des Français assurent n'avoir jamais piraté

Toutefois, ce résultat ne porte que sur un échantillon réduit, c'est-à-dire les 17% des sondés qui admettent avoir pratiqué le téléchargement illégal. L'immense majorité (83%) des 1.003 personnes interrogées assure n'avoir «jamais» téléchargé illégalement. Une part qui tombe à 52% sur les 15-24 ans.

Un tel résultat a plusieurs explications. D'abord, un tiers des foyers (selon Médiamétrie) n'a pas accès à Internet, et donc a fortiori ne télécharge pas. Ensuite, une part des internautes mal informée considère comme légaux des sites pirates -surtout pour les sites vidéos. Ainsi, Thierry Lhermitte déclarait récemment sur France 5 : «J'entends parler d'un film, donc je tape sont titre, et puis on me le propose sur Megaupload. Je l'ai téléchargé. Est-ce que j'ai fait quelque chose d'illégal ? Je n'en sais rien ! C'est un bordel noir !». Pourtant, l'acteur est un soutien de la loi Hadopi et même un actionnaire de la société TMG qui collecte les adresses Internet des pirates.

Enfin, les pirates ont tendance à se cacher, ce qui minore le résultat lors de sondages. Si l'on mesure l'audience des sites pirates, on peut aboutir à d'autres résultats. Ainsi, selon l'institut Comscore, le site pirate MegaVideo (apparenté à Megaupload), qui propose des séries et films, comptait en juillet 6 millions de visiteurs uniques, soit 15% des internautes ou 11% des Français, ce qui en fait le 7ème site vidéo de l'Hexagone.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2011 à 0:30 :
Pipo !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :