La Hadopi n'enverrait que 2.000 emails par jour aux contrevenants

 |   |  543  mots
Copyright Reuters
Le nombre de messages d'avertissement adressés aux internautes qui téléchargent illégalement par la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet est très inférieur aux objectifs du gouvernement de 10.000 par jour et aux 50.000 adresses quotidiennement collectées par les ayants droits.

 Environ 2.000 emails par jour. Tel serait, selon des sources concordantes, le volume actuel de courriers électroniques qu'envoie aux internautes la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi). Dans l'immédiat, ce volume devrait rester à ce niveau, mais il devrait ensuite monter en charge.

C'est un niveau nettement inférieur à l'objectif fixé en 2009 par le gouvernement lors du vote de la loi Hadopi de 10.000 emails par jour. Il est aussi très inférieur au nombre d'adresses internet suspectées de téléchargement illégal et adressées par les producteurs de musique et de films à la Hadopi : 50.000 par jour - moitié pour la musique, moitié pour le cinéma. Autrement dit, la Hadopi ne traite actuellement que 4 % des adresses Internet de pirates collectées sur les réseaux d'échange (peer-to-peer ou p2p) par les ayants droits.

Interrogée, la Hadopi s'est refusée à tout commentaire, comme elle le fait depuis l'envoi des premiers emails le 1er octobre. En novembre, elle a de même opposé une fin de non recevoir au chef des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault, qui l'interrogeait sur ce point, le renvoyant à son futur rapport d'activité, dont la publication est prévue mi-2011...

Démarrage lent

Mais on pourrait connaître les premiers chiffres avant. La Hadopi déclare en effet qu'elle tirera un bilan de l'envoi des emails « 3 ou 6 mois » après le début du processus, soit début janvier, ou début avril. Mais elle entend tirer un bilan "global", qui inclura aussi "une évaluation de l'impact de cet envoi d'emails sur les pratiques des internautes, c'est-à-dire notamment sur le téléchargement illégal". Apparemment, l'autorité administrative attend donc pour communiquer d'avoir quelques nouvelles positives à annoncer. Dans l'intervalle, elle ne semble avoir aucune envie de dévoiler des chiffres plus que modestes, et assure que ce n'est pas le sujet le plus important.

Reste que, face à ce mutisme, il est impossible de vérifier les différentes thèses qui circulent pour expliquer ce lent démarrage. Apparemment, l'autorité de lutte contre le piratage a dû surmonter divers problèmes opérationnels pour se mettre en route, à la fois en interne, mais aussi dans ses échanges d'informations avec les fournisseurs d'accès Internet. Elle a aussi tenu à mener un processus le plus solide possible d'un point de vue juridique, afin de limiter les contestations apparemment avec succès à ce jour. En outre, elle aurait voulu écarter les fausses adresses Internet, que des pirates avaient promis d'injecter en masse dans les réseaux peer-to peer. Ce tri nécessite de longues vérifications, mais il a apparemment porté ses fruits : il y aurait eu moins de 10 % de fausses adresses lors des premiers envois, selon le site PC Inpact.

Enfin, la Hadopi a apparemment préféré se mettre en route de manière très progressive, plutôt que de reporter son démarrage une fois de plus, vu l'important retard accumulé. Le gouvernement, lors de l'adoption de la seconde loi Hadopi, avait promis l'envoi des premiers emails avant "fin 2009". Puis, lors de l'installation la Hadopi en janvier 2010, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand évoquait un envoi "entre avril et juillet 2010".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2010 à 19:14 :
Comment ce chiffre de 10 000 mails par jour a-t-il été établi? En cent jour, un million de pirates serait repéré. Il y a tant de pirates que ça? La machinerie mise en place me semble énorme proportionnellement.
a écrit le 16/12/2010 à 9:43 :
Vous connaissez qqu'un qui a reçu un mail d'hadopi ? Vous avez entendu parler de qqu'un qui a reçu un mail d'hadopi ? Un blog de militant anti-hadopi a-t-il jamais publié un seul témoignage d'internaute ayant reçu un mail d'hadopi ?

Même les 2000/jour je n'y crois pas...
Réponse de le 17/12/2010 à 5:58 :
Mais oui , j"ai reçu un mail de l'hadopi le 15 Novembre 2010. Cela ne m'enpèche pas de.... dormir .
Réponse de le 25/12/2010 à 4:06 :
Un site recense en effet les mails reçus par les internautes:
http://www.hadopi-data.fr/
a écrit le 16/12/2010 à 7:29 :
Les capacites de stockage personnelles ont tellement evolue qu'un affreux pirate ne telecharge qu'une seule fois un fichier. Le telechargement a repetition, c'etait quand les disques durs n'etaient pas assez gros pour tout contenir!
a écrit le 15/12/2010 à 15:21 :
10 % de fausses adresses = 10 % d innocent accuse a tort !
Et avec cette loi mal ficelee , comment se defendre de ce Big Brother.
Le coût de tou ca , Qui paie ? le contribuable ? Cela devait etre les " Majors du siecle dernier"
2012 Nous nous souviendrons
a écrit le 15/12/2010 à 15:03 :
Nous allons bientôt être obligés de nous mettre à télécharger pour remplir les objectifs, vous verrez... Au fait, ça nous coûte combien, cette usine à gaz..??
a écrit le 15/12/2010 à 15:03 :
Quand on voit la couleur de cheveux des patrons d'Hadopi, on se rend compte que la France est pas là de combler son retard numérique...Les industries du showbiz ont complètement loupé le coche d'internet, et veulent maintenant nous en faire payer le prix.
Réponse de le 15/12/2010 à 16:08 :
Ils sont deux mille personnes à envoyer un mail par jour, et oui ca prend du temps à trouver le bouton pour allumer un ordi
a écrit le 15/12/2010 à 14:13 :
Est ce que le dispositif hadopi peut me detecter et me condamner losque j'utilise un logiciel qui convertit le streaming issu de youtube, en fichiers mp3 stockés sur mon disque dur?
Réponse de le 15/12/2010 à 15:07 :
Il ne peut pas, car HADOPI ne traque que sur les réseaux p2p, l'infraction légale étant de mettre à disposition des oeuvres artistiques sans rémunérer l'ayant-droit.
Le téléchargement direct n'est pas condamnable par l'hadopi, donc vous pouvez continuer.
PS : ces avertissments ont été signalés maintes fois au gouvernement, qui n'en a pas tenu compte...
Réponse de le 15/12/2010 à 15:16 :

Il faudrait qu'ils soient vraiment très très fort :-) , en fait ils ne peuvent détecter que le P2P, le partage. Ceci dit je ne vois pas l'intérêt de pirater du streaming, vu qu'on peut y avoir accès de multiples façons et à volonté (smartphone, tablette, etc... ).
a écrit le 15/12/2010 à 10:42 :

"Tout ça pour ça", titre d'un très bon film de Claude Lelouch à ne pas pirater d'urgence... :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :