TF1 rachète le producteur de "Plus belle la vie", malgré les pressions de France Télévisions

 |   |  473  mots
Plus belle la vie, que France Télévisions finance depuis le début il y a 10 ans, appartient juridiquement à Newen, mais je ne vois pas pourquoi on ne peut pas dire qu'il appartient aussi à France Télévisions, a regretté Delphine Ernotte début novembre.
"Plus belle la vie", que "France Télévisions finance depuis le début il y a 10 ans, appartient juridiquement à Newen, mais je ne vois pas pourquoi on ne peut pas dire qu'il appartient aussi à France Télévisions", a regretté Delphine Ernotte début novembre. (Crédits : TV5)
La première chaîne privée a mis la main sur 70% du capital de Newen, qui produit également les séries "Braquo" et "Versailles" diffusées sur Canal+. TF1 veut développer une nouvelle activité, indépendante des chaînes du groupe.

France Télévisions n'aura donc rien pu y changer. TF1 a annoncé lundi 10 novembre un accord sur le rachat à hauteur de 70% du capital du groupe de production et de diffusion de contenus audiovisuels Newen. Le solde restant est aux mains des actionnaires actuels, dont l'équipe dirigeante, précise un communiqué commun. Les modalités financières de l'opération sont inconnues.

"Cette opération vise à développer une nouvelle activité, indépendante des chaînes du groupe", précise TFI, entré en négociations exclusives le 29 octobre. Le catalogue de programmes de Newen inclut entre autres les séries "Plus Belle La Vie", "Braquo" et "Versailles" -la série la plus chère de l'histoire de la télévision française-, ainsi que les émissions "Les Maternelles", "L'effet Papillon" ou encore "Le Magazine de la Santé" et "Faites Entrer l'Accusé".

France Télévisions veut redéfinir la production indépendante

Dans un communiqué, publié le soir même de ce 29 octobre sur son site internet, France Télévisions avait indiqué "suspendre les développements et les projets avec le groupe Newen et réserve tous ses droits à agir", rappelant que "plus des deux tiers du chiffre d'affaires de Newen sont réalisés avec [le] groupe". Le feuilleton quotidien, représente 7 à 8% des dépenses annuelles de France Télévisions dans la fiction, qui sont de l'ordre de 400 millions d'euros.

     | Lire Bolloré étend l'empire de Vivendi dans les contenus

À l'heure actuelle, France Télévisions ne peut réaliser en fiction que 5% de production interne et doit commander les 95% restants à des producteurs indépendants. D'où la volonté de la présidente du groupe audiovisuel public, Delphine Ernotte, d'atteindre "une part de production 'dépendante' de 25%"

"Plus belle la vie", que "France Télévisions finance depuis le début il y a 10 ans, appartient juridiquement à Newen, mais je ne vois pas pourquoi on ne peut pas dire qu'il appartient aussi à France Télévisions", a-t-elle déploré lors d'un colloque organisé le 3 novembre par le cabinet NPA Conseil , scandalisée à l'idée que ce feuilleton devienne la propriété de TF1.

Auditionnée le 4 novembre par la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat, Delphine Ernotte avait à nouveau expliqué qu'il fallait préserver la diversité de la production mais redéfinir la production indépendante, le rachat de Newen par TF1 ne pouvant plus permettre de considérer cette société comme "indépendante".

Quoi qu'il en soit, le programme Plus Belle la vie, qui n'intéresse pas la Une, semble avoir vocation à rester diffusé sur la chaîne des régions, d'après L'Express. Les dirigeants de TF1 affirmeraient ainsi en coulisses qu'il s'agit moins de déstabiliser la concurrence qu'à constituer un relais de croissance.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2015 à 13:39 :
Je ne comprends pas pourquoi, ce qui a été payé par France tv ne lui appartient pas. C'est aberrant !
a écrit le 10/11/2015 à 10:58 :
"À l'heure actuelle, France Télévisions ne peut réaliser en fiction que 5% de production interne et doit commander les 95% restants"
le monde à l'envers ? Il n'y a pas eu à une époque quelqu'un qui a décidé que les programmes devaient être livrés clé en main à la télévision sur contrat annuel, ce qui a obligé les animateurs à créer leur société de production (Druker, Delarue, Nagui, etc etc etc) ? Pour optimiser ses coûts et accroitre son marché, on imagine que les producteurs fournissent des programmes à qui en veut, croissent et se diversifient.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :