Orange veut convertir ses clients à la presse

 |   |  296  mots
L'opérateur, qui offrait déjà à ses abonnés l'accès au kiosque ePresse via une option payante de 10 euros par mois, veut ainsi convertir un plus grand nombre de clients à la lecture numérique.
L'opérateur, qui offrait déjà à ses abonnés l'accès au kiosque ePresse via une option payante de 10 euros par mois, veut ainsi convertir un plus grand nombre de clients à la lecture numérique. (Crédits : Darren Staples)
L'opérateur va enrichir son offre de contenus avec un kiosque de presse numérique et des bandes dessinées en ligne accessibles gratuitement pour la plupart de ses abonnés pour une période limitée, a-t-il annoncé mercredi.

Orange se situe dans le sillage de SFR et de Bouygues Telecom. L'opérateur Orange va enrichir son offre de contenus avec un kiosque de presse numérique et des bandes dessinées en ligne accessibles gratuitement pour la plupart de ses abonnés pour une période limitée, a-t-il annoncé mercredi. Les clients de l'opérateur vont pouvoir accéder à l'offre de journaux et magazines du kiosque ePresse et à la plate-forme de BD numérique Izneo de la Fnac sans coût supplémentaire pour une période promotionnelle jusqu'au 4 avril, et ensuite via une option payante.

Orange suit ainsi l'exemple de ses concurrents SFR et Bouygues qui ont inclus des titres de presse numérique dans leur offre de base, mais il se distingue avec l'accès à quelque 3.000 bandes dessinées.

Option payante

L'opérateur, qui offrait déjà à ses abonnés l'accès au kiosque ePresse via une option payante de 10 euros par mois, veut ainsi convertir un plus grand nombre de clients à la lecture numérique. L'application ePresse propose quelque 300 journaux et magazines, dont L'Equipe, Libération, Le Parisien, Le Figaro, Public, Ouest France, L'Express, Paris Match, Challenges, Le Point, mais aussi une centaine de titres régionaux.

La numérisation de la presse "est assez proche de ce que nous avons connu avec le streaming musical il y a sept ans", a souligné Michel Jumeau, directeur digital et marketing grand public d'Orange France.

"Nous connaissons bien la presse numérique puisque l'histoire remonte pour nous à 2010, et la BD numérique est très prometteuse. Le potentiel de développement est donc très important et Orange espère en être un catalyseur, en combinant libre découverte et valorisation de ces nouveaux usages", a-t-il noté dans un communiqué.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :