Pour Orange, il est « probable » que l’Etat réduise sa participation

 |   |  198  mots
Le gouvernement français a fait part de son intention de céder un portefeuille de participations afin d'alimenter un fonds de 10 milliards d'euros dédié aux investissements dans les technologies innovantes.
Le gouvernement français a fait part de son intention de céder un portefeuille de participations afin d'alimenter un fonds de 10 milliards d'euros dédié aux investissements dans les technologies innovantes. (Crédits : Eric Gaillard)
D’après Gervais Pellissier, directeur général délégué d'Orange, chargé des opérations en Europe, la France va probablement réduire sa participation de 23% dans l'opérateur historique.

L'Etat français va probablement réduire sa participation de 23% dans Orange, a déclaré jeudi Gervais Pellissier, directeur général délégué de l'opérateur télécoms français, chargé des opérations en Europe.

Interrogé sur cette possibilité lors d'un déplacement à Varsovie, Gervais Pellissier a répondu en anglais:

"Le nouveau gouvernement est en place seulement depuis début juillet (...) Le gouvernement n'a pas fait d'annonce précise. Mais si on se base sur les annonces générales, c'est probable."

Pas de consolidation à court terme

Le gouvernement français a fait part de son intention de céder un portefeuille de participations afin d'alimenter un fonds de 10 milliards d'euros dédié aux investissements dans les technologies innovantes. Il a cédé, début septembre, 4,15% du capital d'Engie pour 1,53 milliard d'euros.

Lors de son déplacement à Varsovie, Gervais Pellissier a aussi déclaré qu'Orange ne prévoyait pas d'acquisitions en Europe à court terme. "N'attendez pas de consolidation de notre part à court terme", a-t-il dit. "Nous nous concentrons sur notre développement dans les huit pays où nous sommes présents."

(avec Reuters)

> Lire aussi : Privatisations : la CFE-CGC monte au créneau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2017 à 7:50 :
La question n'est-elle pas: la France a-t-elle besoin de "bijoux de famille"... qui ne profitent qu'à la classe dirigeante et qui sont aussi mal gérés?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :