La Tribune

Surfer gratuitement sur son mobile, il y a une application pour ça !

L'applicatin Open Garden fonctionne sur smartphone, tablette et ordinateur portable, sous Android, Windows et Mac. DR
L'applicatin Open Garden fonctionne sur smartphone, tablette et ordinateur portable, sous Android, Windows et Mac. DR (Crédits : DR)
Delphine Cuny  |   -  615  mots
Une start-up de San Francisco, Open Garden, propose à ceux qui téléchargent son application de partager gratuitement leur connexion mobile avec d'autres personnes connectées qui se trouvent à proximité.

Après Viber, l'application qui permet d'appeler gratuitement en WiFi ou via la 3G, même à l'étranger, des contacts ayant eux aussi le logiciel, puis Commotion, ce projet de réseau maillé de WiFi gratuit pour les zones de conflit et pays pratiquant la censure, subventionné par le département d'Etat américain, voici Open Garden. Cette start-up de San Francisco a pour ambition d'interconnecter tous les smartphones, tablettes et ordinateurs portables d'une même zone, dans un rayon de 20 mètres, pour que les utilisateurs puissent accéder à Internet gratuitement n'importe où. Le rêve des trois fondateurs, un ancien de Skype et deux anciens de BitTorrent, spécialistes des technologies de connexion pair-à-pair, est d'en finir avec le « jardin clos » (« walled garden ») des opérateurs mobiles « dont les réseaux sont séparés par des murs », et de créer un vaste « jardin ouvert » (« open garden »), un réseau communautaire permettant d'être tout le temps connecté, y compris à l'étranger. Ils ont fait sensation fin mai à la conférence TechCrunch Disrupt à New York, où Open Garden a reçu le prix de la start-up la plus innovante.

Des crédits de consommation et des options payantes en vue
« Nous avons démarré Open Garden avec une vision : l'Internet partout » a expliqué Micha Benoliel, le directeur général et cofondateur. Connexions trop chères dans les aéroports, à l'étranger, mauvaise réception ? « Chaque smartphone est un ordinateur et un routeur » relève-t-il, et peut à ce titre offrir de la connectivité à d'autres. La première version de l'application, lancée pour les appareils sous Android en février 2011, a été téléchargée 1 million de fois, sans publicité. La nouvelle application, lancée le 21 mai, encore en version test, est aussi disponible pour les appareils sous Windows et sous Mac OSX, et « bientôt » sur iOS pour l'iPhone et l'iPad.

L'application est gratuite et a vocation à le rester. Les fondateurs envisagent un système de crédits de consommation (plus je partage mon réseau, plus j'ai de droits à me connecter à d'autres réseaux) et des options payantes, comme un accès VPN (un réseau privé virtuel sécurisé) pour les clients professionnels ou un débit plus rapide. Une fois l'application téléchargée, l'appareil se connecte automatiquement, sans configuration nécessaire, selon une technologie brevetée par Open Garden, au réseau communautaire crypté créé par les autres utilisateurs de l'application à proximité, qu'ils empruntent un réseau WiFi, 3G et même 4G, ou une femtocell, une mini antenne-relais domestique qui améliore la couverture mobile en intérieur (voir la démonstration vidéo).

Une solution à la congestion des réseaux ?
Après la voix sur IP, par Skype par exemple, que les opérateurs ont essayé de bloquer, craignant de voir leurs revenus des appels vocaux rognés, Open Garden est-il le nouveau cauchemar des opérateurs mobiles ? Les revenus d'itinérance à l'étranger rapportent de fortes marges et les opérateurs ont aussi créé des options à durée limitée pour les vacances à l'étranger. Au contraire, « nous offrons aux opérateurs une solution pour la congestion des réseaux mobiles » plaide Micha Benoliel. Open Garden aurait même déjà signé un accord avec « un opérateur européen tourné vers l'avenir. » D'autres concurrents ne verront pas d'un bon ?il cette solution : ce sont notamment les opérateurs de WiFi payants, comme Hub Telecom, la filiale d'Aéroports de Paris. Mais aussi « tous les fabricants d'équipements télécoms servant à écouler le trafic des opérateurs, comme ceux de femtocells » a reconnu le directeur général d'Open Garden.
 

Réagir

Commentaires

ollo dan  a écrit le 08/11/2013 à 16:06 :

très cool pour moi