Vivendi possède désormais près de 26% de Mediaset

 |   |  459  mots
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi. (Crédits : Reuters)
Le groupe de médias français Vivendi, qui avait acquis la semaine dernière 20% de Mediaset, a annoncé mardi détenir désormais 25,75% du capital et 26,77% des droits de vote du groupe de télévision italien.

L'ascension se poursuit. Le groupe de médias français Vivendi, qui avait acquis la semaine dernière 20% de Mediaset, a annoncé mardi détenir désormais 25,75% du capital et 26,77% des droits de vote du groupe de télévision italien. Le groupe de Vincent Bolloré avait fait connaître ses intentions ce lundi en indiquant qu'il comptait augmenter sa participation dans Mediaset "dans la limite de 30% du capital et des droits de vote". Vivendi avait fait la semaine dernière une entrée fracassante au capital du groupe de télévision italien, contrôlé par la famille de Silvio Berlusconi, laquelle a qualifié via sa holding Fininvest cette manoeuvre d'"hostile" et a saisi la justice italienne en accusant Vivendi de "manipulation de marché".

Dans un communiqué publié lundi, le groupe de Vincent Bolloré expliquait que son directoire, "considérant les prises de position récentes de Fininvest", "a décidé avec l'autorisation du conseil de surveillance d'augmenter sa participation dans Mediaset en fonction des conditions de marché", et ce dans la limite de 30% du capital et des droits de vote du groupe italien. Vivendi "rappelle que sa présence au capital de Mediaset s'inscrit dans sa volonté de se développer en Europe du Sud et dans le cadre de ses ambitions stratégiques en tant que groupe international majeur dans le domaine des médias et des contenus d'essence européenne", ajoutait encore le communiqué.

Le gouvernement italien préoccupé

De son côté, la holding de la famille Berlusconi avait annoncé, quelques minutes avant cette déclaration du groupe français, avoir saisi le gendarme boursier italien, parallèlement à la procédure judiciaire qu'elle avait engagée contre Vivendi le 13 décembre. Après l'échec d'un projet de mariage annoncé en avril entre Mediaset et Vivendi, qui a débouché sur un conflit acrimonieux, Vivendi tente un coup de force pour s'emparer de Mediaset, seule cible européenne accessible dans le domaine des contenus télévisuels.

Dénonçant une opération hostile, la famille Berlusconi s'est lancée, pour riposter, dans l'achat de titres afin de monter à 38,266% du capital et 39,775% en termes de droits de vote au sein du groupe de télévision italien. Le gouvernement italien est intervenu dans la bataille, jugeant inappropriée l'opération et évoquant une "escalade hostile". En visite à Paris, mardi le chef de la diplomatie italienne Angelino Alfano a exprimé "la forte préoccupation italienne concernant cette opération". "Nous respectons les règles du marché et attendons un respect réciproque de ces règles", a indiqué le ministre, en soulignant que "c'est une affaire qui concerne tout le système italien dans sa globalité, pas seulement une entreprise privée".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2016 à 10:55 :
Bolloré s'attaque à des sociétés familiales s'étant laissées vivre en gagnant de l'argent sans chercher à reprendre la majorité de leur bien croyant passer des années tranquilles loin des requins de la finance.
D'ou des action sous-cotées.
Faut pas encore qu'ils se plaignent, un fond de pensions américain aurait déjà tout morcelé revendu par morceaux, licencié la majorité du personnel et gardé que le très rentable à 2 chiffres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :