La Tribune

Quelles sont les possibilités offertes si l'on veut transférer son épargne ?

Roger Mainguy, directeur des réseaux et partenariats chez Cardif France  |   -  304  mots

Vous pensiez qu'il n'était pas possible de changer d'établissement financier et de transférer son contrat ? Ce qui reste vrai pour les contrats d'assurance-vie ne l'est pas pour de nombreux placements tels que le Madelin, PEP (plan épargne populaire), PERP (plan d'épargne de retraite populaire), PEA (plan d'épargne en actions)... qui ont également des encours importants. En effet, si les performances des fonds logés dans votre PEA par exemple ne sont pas satisfaisantes ou si les frais vous semblent trop élevés, il est possible de faire jouer la concurrence en décidant de le transférer chez un autre conseiller.

Frais et négociation

La démarche est simple. Au-delà d'un dossier « classique », le conseiller orientera le contrat souhaité par le client vers l'établissement de son choix. Ce dernier s'occupe ensuite d'adresser la demande de transfert à l'établissement détenteur du contrat et informe son nouveau client lorsque la passation du dossier a bien été effectuée.

La prise en charge administrative est donc assurée par le futur gestionnaire, cette proposition pouvant être initiée par un conseiller en gestion de patrimoine indépendant.

Il est donc possible d'orienter l'épargnant vers une enveloppe financière qui correspond mieux à ses attentes et à ses objectifs patrimoniaux. Certes, il existe des frais de transfert mais, le plus souvent, ils peuvent faire l'objet d'une négociation, voire être pris en charge par le nouvel établissement.

Bon à savoir : en assurance-vie, il existe une exception. Depuis l'amendement Fourgous de 2005, les épargnants peuvent en effet réorienter leur épargne-vie libellée en euros vers des contrats en unités de compte (multisupport), considérés comme économiquement plus productifs.

Pour accéder à l'ensemble des questions pratiques, cliquez ici.


Retrouvez une nouvelle "question pratique" du lundi au vendredi dans le journal La Tribune.

Réagir