Pour les Britanniques, éduquer un enfant coûte 187 euros par semaine

 |  | 273 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
D'après une étude publiée, ce lundi, par le Child Poverty Action Group, les Britanniques déboursent quelque 173.000 euros pour élever leur enfant entre leur naissance et leur majorité.

S'il est impossible de quantifier le prix d'une vie humaine, élever un enfant a bel et bien un coût. Et chez les Britanniques, il a cette année fortement augmenté. D'après une étude, publiée ce lundi 19 août par l'association Child Poverty Action Group, le coût de l'éducation d'un enfant a, en 2013, progressé de 4% de l'autre côté de la Manche.

Les familles doivent ainsi débourser 160 livres (187 euros) par semaine pour leur progéniture. Soit 148 000 livres (173 000 euros) de la naissance de leur bambin à sa majorité. Dans le même temps, le salaire minimum a seulement augmenté de 1,8% sur un an et le salaire moyen de 1,5%.

Un coût plus cher en France ?

Les allocations familiales et les crédits d'impôt ont diminué en 2013 en Grande-Bretagne avec l'instauration de la "bedroom tax", lancée en avril dernier. Elle visait notamment à ajuster les allocations des Britanniques en fonction du nombre de chambre répertorié dans leur foyer. L'idée était d'encourager les familles à déménager dans de plus petites maisons pour réduire le montant de leur loyer. Depuis, si des enfants du même sexe de moins de 16 ans ou de sexe différent de moins de 10 ans ne partagent pas la même chambre, les aides versées sont réduites.

En France, d'après Le Figaro, un premier enfant coûtait en 2007 en moyenne 37.000 euros par an. Soit 666.000 euros sur 18 ans. Un montant à relativiser puisque ces dépenses n'augmentent pratiquement pas à la naissance d'un second bébé. Le troisième, par contre, force souvent les familles à déménager et donc à resserrer leur budget.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2013 à 22:51 :
il faut comparer des données comparables, les anglais payent beaucoup moins d'impôts (on a le record européen). donc il faut faire le calcul coût des études + coûts des impôts.. et il est probable que les anglais dépensent moins.. car c'est le contribuable qui paye le coût de la dépense publique et quand on sait que la finlande dépense 30% de moins par élève que la france tout en étant classée 3eme en résultats scolaires (22eme pour la france), il est évident qu'on paye beaucoup plus d'impôts que les autres pour de moins bons services...
a écrit le 20/08/2013 à 11:50 :
c est comme en france un patron regarde combien vous allez lui rapporter et combien cela va lui couter avant de vous embaucher , les anglais sont comme la france ils comparent .
l etre humain est une marchandise tout comme les animaux puisque l ont regarde combien ils coute a l élevage
a écrit le 20/08/2013 à 10:43 :
Ce pays (le Royaume-Uni) est effrayant ! Heureusement qu'ils ne sortent pas de leur île... Cela leur ferait un choc.
a écrit le 20/08/2013 à 10:26 :
La plupart des commentateurs parlent de redistribution, mais ils oublient 1 point qui fait double emploie: Le systeme de Part fiscal, qui indirectement est aussi une redistribution.
La France est donc la championne de cette meme redistribution, et comme ailleurs fait "subventionner" l education par une partie de la population (Celibataire, couples sans enfants...) Dans un pays qui prone soit disant l'égalité vous repasserez...... D'autres part on lit ici et la des critiques quand au versement de la Caf, de la prime de rentrée scolaire, quand on entend pas des histoires de racket et autres..... donc je me pose la question, plutot que de verser Caf, prime de rentrée directement aux parent pourquoi ne pas la verser au creches, aux ecoles, colleges.... qui fourniraient en contre-partie uniforme, fournitures, affaire de sport, repas du midi....... Ne serais ce pas plus juste?
a écrit le 20/08/2013 à 7:27 :
Cet article n'est pas très rigoureux car on mélange un peu tout (éducation, allocations familiales...). En France la collectivité nationale redistribue à peu près 900 euros par mois et par mineur : 450 euros pour l'éducation (ce qui est inférieur à UK mais supérieur à la Suède en particulier dans le secondaire car le primaire français est très compétitif), 250 euros d'assurance maladie (là c'est supérieur à UK et à la Suède mais le système de santé anglais pose d'autres problèmes par ailleurs) et 200 euros de cash (allocations familiales + QF)...
a écrit le 19/08/2013 à 23:42 :
Pour un Malien ayant 3 femmes et 25 enfants, ça fait 10K?/mois de benef minumum en alloc et en aides diverses et variées.
a écrit le 19/08/2013 à 19:26 :
l etre humain en est arriver la , il touche le fond . moi dans ma cité je leurs tordraient bien le coup comme cela ils ne couterai rien a la collectivité
a écrit le 19/08/2013 à 15:47 :
"Si des enfants du même sexe de moins de 16 ans ou de sexe différent de moins de 10 ans ne partagent pas la même chambre, les aides versées sont réduites"...Il y avait un endroit dans le temps où l'on avait pris l'habitude d'empiler les gens à l'intérieur... dans des baraquements, ça s'appelait des camps de concentration... avant de les empiler à l'extérieur... morts... Et comme l'empilement prenait encore trop de place, il fut décidé de les réduire...en cendres. Pas bon du tout quand l'Etat se met à contrôler l'espace et l'air qu'on y respire, et la GB se dit libérale!
a écrit le 19/08/2013 à 14:11 :
et on leur a donné combien en réduction d'impôts et en salaire social???. il faut dire la vérité sur ce sujet et ne plus voir un enfant à travers ce qu'il coûte à ses parents mais ce qu'il reçoit de la société.un enfant est avant tout un cadeau de la vie. il ne coûte pas à ses parents mais ses parents partagent avec lui. si un couple ordinaire gagne 25000 euros par an , au bout de 20 ans , ce couple plafonne à 500 000 euros de gain en valeur constante. si ce même couple a 3 enfants il aura dépensé rien que pour ses enfants 519000 euros. cherchez l'erreur.cet article n'est pas crédible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :