La politique du médicament sera remaniée "en profondeur", promet le chef de l'Etat

 |   |  269  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Nicolas Sarkozy a promis ce jeudi une refonte "en profondeur" de la politique française du médicament, à la suite de l'affaire du Mediator, accusé d'être responsable d'au moins 500 morts.

Une refonte "en profondeur" de la politique française du médicament, à la suite de l'affaire du Mediator, accusé d'être responsable d'au moins 500 morts, sera effectuée, a promis ce jeudi le chef de l'Etat. Il a précisé devant plusieurs centaines de représentants du monde de la santé rassemblés à Châtillon-sur-Indre, dans le centre de la France, que des décisions seraient prises dès la mi-2011.

"Il faut tirer toutes les leçons de ce dossier", a déclaré le président lors de ses voeux aux personnels de santé. "Nous allons donc engager une démarche de refondation en profondeur de notre politique du médicament."

Il a expliqué qu'il fallait "resserrer les mailles du filet" du système de pharmacovigilance "au travers de procédures plus réactives et d'autorités publiques plus efficaces", une réponse à la mise en cause de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) dans l'affaire du Mediator.

Il a également dit vouloir renforcer la "garantie absolue d'indépendance, de transparence et d'impartialité" des décisions sur les médicaments et aider les prescripteurs face à la double pression des patients et des laboratoires pharmaceutiques.

Tous les secteurs concernés - patients, prescripteurs, autorités de régulation, industriels, experts - seront associés à cette démarche, a-t-il ajouté.

Le Mediator, antidiabétique prescrit comme coupe-faim fabriqué par le laboratoire Servier, est accusé selon les évaluations d'avoir causé en France 500 à 2.000 morts avant d'être retiré du marché en 2009, longtemps après d'autres pays occidentaux et est au coeur de multiples procédures judiciaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2011 à 14:28 :
Il y aurait aussi de belles économies à réaliser avec les emballages. Dans des boîtes étiquetées comme aux USA. A quand la liberté de vente des médicaments sans ordonnances dans des espaces réservés en grande surface ? Comme dans beaucoup de pays européens. Il ne faut pas froisser les pharmaciens, gros contributeurs de l'UMP dans soute.
a écrit le 20/01/2011 à 19:00 :
Ah ! Et une promesse de plus...
a écrit le 20/01/2011 à 16:45 :
C'est ce qui s'appelle une politique à la petite semaine: qu'un fait divers arrive, et, hop, on fait une loi!
Il aurait fallu y penser avant!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :