Scandale du Mediator : Jacques Servier doit s'expliquer, Xavier Bertrand veut être entendu

 |   |  368  mots
Xavier Bertrand, ministre de la Santé
Xavier Bertrand, ministre de la Santé
Le ministre de la Santé, qui a occupé des fonctions similaires entre 2005 et 2007 avant que le Mediator ne soit interdit, veut apporter son point de vue aux prochains travaux parlementaires sur la chaîne du médicament.

Jacques Servier, fondateur et président du laboratoire Servier, le fabricant du Médiator, est appelé à comparaître devant la 15e chambre du TGI de Nanterre le 11 février, rapporte le Figaro dimanche soir. Le quotidien précise que la comparution de Jacques Servier, 88 ans, est la conséquence de la citation directe déposée par deux avocats parisiens, dont le premier représente plusieurs familles de victimes au pénal et le second représente une victime du Médiator.

La citation concerne également les laboratoires Servier et Biopharma, qui a commercialisé le médicament suspendu en France depuis novembre 2009, mais également des personnes physiques, le directeur général délégué et pharmacien responsable de la firme. Les plaignants attaquent Servier pour avoir "délibérément trompé les patients consommateurs de Médiator sur la nature, l'espèce et les qualités substantielles, la composition" du médicament.

Le ministre de la Santé veut être entendu

Xavier Bertand, le ministre de la Santé, souhaite « être entendu le plus vite possible par les missions parlementaires », constituées autour de l'affaire du Mediator et qui vont très prochainement entamer leurs travaux.  Déjà ministre de la Santé entre 2005 et 2007, Xavier Bertrand, qui s'exprimait ce dimanche sur Europe 1, n'a, en effet, pas été auditionné par l'Igas. La mission de l'Inspection générale des affaires sociales, l'Igas, qui a donné lieu au rapport rendu public samedi, ne portait que sur le champ administratif (agences de santé...). Elle "ne pouvait pas entendre les ministres", a rappelé Xavier Bertrand sur Europe 1.

Indemnisation  rapide des victimes
En intervenant devant les missions parlementaires, l'ex-secrétaire général de l'UMP veut aussi débattre des propositions de refonte du système sanitaire qu'il a présentées samedi dans la foulée du rapport de l'Igas. Parmi elles, figure une réforme de la gouvernance de l'Afssaps, chargée d'autoriser les mises sur le marché, des mesures pour éviter les conflits d'intérêts et une amélioration du système d'alerte au bénéfice du patient.
Enfin, l'indemnisation des victimes du Mediator devrait intervenir rapidement, mais les modalités en seront décidées par les patients.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2011 à 10:11 :
bertrand devrait démissionner. il était ministre de la santé de 2005 à 2007. maintenant,UN COMBLE,il voudrait donner des leçons
a écrit le 17/01/2011 à 9:07 :
Il existe 50 médicaments sur le marché qui vont faire l'objet d'un controle. Comment peut on se procurer la liste ?
a écrit le 17/01/2011 à 8:45 :
qui va alimenter le fonds d'indemnisation des victimes? ce n'est pas à un fonds alimenté par les contribuables/assurés de le faire, c'est au laboratoire responsable. a clarifier d'urgence!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :