Le Medef veut passer le coup de pouce au Smic à l'examen

 |   |  357  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Laurence Parisot s'inquiète des effets de la revalorisation du salaire minimum sur l'emploi. Aussi la patronne des patrons a-t-elle demandé ce mercredi que soit saisi un comité d'experts sur ce sujet. Elle a également critiqué la méthode employée par le gouvernement dans le dossier retraite.

"Sur le smic, comme sur les retraites, il faut faire des études d'impact avant toute décision", affirmait Laurence Parisot, ce mercredi matin au micro de RTL. Pour la présidente du Medef, augmenter le salaire minimum, comme l'a promis François Hollande, pourrait en effet se révéler périlleux et demande donc des précautions.  "Nous ne pouvons pas aller au-delà de ce qui est prévu normalement sur le smic sans prendre un risque sur l'emploi, un risque sérieux, non seulement ça peut empêcher de nouvelles embauches mais ça peut aussi détruire des emplois", explique-t-elle avant de demander la création d'un comité d'experts ad hoc.

Pour l'heure, le calcul de ce salaire minimum interprofessionnel de croissance est adossé sur l'inflation. Il atteint 1398,87 euros bruts par mois sur la base de 35 heures de travail par semaine, soit environ 1.100 euros nets. Mais l'exécutif a promis un "coup de pouce" tout en prévenant qu'il serait "modéré" afin de ne pas handicaper les petites entrepises. Son niveau sera déterminé après une Conférence sociale qui doit se tenir avant le 14 juillet à l'Elysée. Or, tout laisse penser que la revendication de la CGT de porter le Smic mensuel à 1.700 euros bruts ne sera pas retenu. La CFDT s'y oppose d'ailleurs, son leader, François Chérèque jugeant l'objectif inatteignable. De son côté, FO qui demande 1.340 euros nets.

Par ailleurs, Laurence Parisot a également évoqué le dossier retraite, qui doit être traité ce mercredi en Conseil des ministres. Un décret doit déterminer qui aura le droit à une pension à taux plein après un départ à 60 ans, dans le cadre d'un retour partiel à cet âge légal pour ceux qui ont commencé à travailler à partir de 18 ou 19 ans. Pour la patronne du Medef, il y a là un "un problème de méthode". "Pourquoi ne pas avoir fait chiffrer les différents scénarios, pourquoi ne pas avoir saisi le COR (conseil d'orientation des retraites), pourquoi ne pas avoir rendu publics les effets financiers à moyen et long terme sur la viabilité de notre système?", s'est-elle interrogé. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2012 à 21:10 :
Ce coup de pouce au smic est un vrai scandale ! il faut imperativement supprimer ce systeme qui ruine nos entreprises et enrichit indument ces gens qui en bénéficient et qui ne comprennent pas que pour sauver notre économie , ils doivent tout simplement payer de leur vie et accepter sans broncher le bon vieux statut d'esclave !
a écrit le 19/06/2012 à 22:22 :
squer : les donneurs de leçons sont en général ceux qui sont au fond de la classe.
a écrit le 07/06/2012 à 6:55 :
Et pourquoi la Parisot n'esr elle pas payée au smic elle comprendrai peut etre qu'une augmentation est necessaire au lieu de vivre dans sa bulle avec un patronnat revenchard !!!
a écrit le 07/06/2012 à 0:15 :
Squer, je serais d'accord avec vous bon il y à peu de gens qui ont les tripes pour créer sa propre société mais combien de magasin et des sociétés qui se créent mais il y à peu qui tienne le coup car les entrepreneurs sont nombreux et créer beaucoup ou peu d'emploi mais pendant combien de temps.
a écrit le 06/06/2012 à 22:57 :
Je suis toujours surpris des commmentaires envers les patrons en provenance de gens qui n'ont jamais ni créé la moindre entreprise ni créé le moindre emploi... Ne vous rendez vous pas compte du ridicule?
Réponse de le 07/06/2012 à 10:53 :
@Squer, je suis DG dans une boite allemande depuis 5 ans, et oui j'ai honte de l'attitude et des propos d'une Mme Parisot. avec de tels représentants l'industrie française ,'est pas à la veille de sortir de son marasme et de concurrencer les boites germaniques.
Réponse de le 07/06/2012 à 11:31 :
Soit vous êtes DG de rien du tout, soit vous êtes d'une hypocrisie sans nom, c'est évident qu'on concurrencera mieux les entreprises allemandes en payant les employés deux fois plus cher...
Réponse de le 07/06/2012 à 12:18 :
@lol, votre agressivité est inutile et démontre votre incompétence. Des groupes comme VW, BASF, Daimler, Siemens, Bosch et bien d?autres, tout comme beaucoup de PME du Mittelstand, paient des salaires supérieurs à ceux versés par les entreprises françaises comparables, et pourtant cela n?empêche pas les entreprises allemandes d?être des leaders mondiaux dans leurs domaines respectifs et parfaitement rentables. Essayer de comprendre qu?un salaire correct est peut être aussi un facteur clé de succès et de performance pour les entreprises, et pas seulement la charge insupportable que le MEDEF et l?UMP nous présentent depuis des années. Le développement des entreprises françaises passe par le basculement de la mentalité « charges et service du personnel » à une véritable mentalité « ressources humaines » et pas seulement des les mots comme aujourd?hui mais dans les faits comme ont su le faire nos voisins germaniques.
Alors oui je suis DG, oui je trouve les syndicats patronaux (et de salariés) français honteux et ridicules dans leur attitude moyenâgeuse de confrontation perpétuelle.
a écrit le 06/06/2012 à 16:35 :
Remettons les pendules à l'heure! ,Il n'a jamais été question que le "smig" devenu smic soit une référence ,c'est comme pour les taux usuraires ,c'est une limite c'est tout ,le coup de pouce ne concerne personne directement ,les salaires doivent se retrouver quelque part entre celui du pdg et le smic,et si des gens sont payés au smic c'est que l'employeur n'a pas le moindre sens moral ,ces entreprises ne devraient pas éxister.
Un patron de ce type est un banquier qui prète à l'usure.
Réponse de le 06/06/2012 à 17:20 :
Parfaitement d'accord !!! Payer quelqu'un au SMIC c'est ignoble surtout si on ne valorise pas le parcours du salarié pour qu'il puisse évoluer et gagner plus ... .
Réponse de le 06/06/2012 à 22:53 :
Allez y les mecsmontez vos boites et montrez nous ce que vous savez faire! J'ai hate de voire si vous en avez
Réponse de le 07/06/2012 à 14:03 :
quelle vulgarité, même au 21eme siècle il y a toujours qui ont du mal avec la démocratie et les opinions différentes de la leur....
a écrit le 06/06/2012 à 16:23 :
Bonjour,
Augmenter le SMIC de manière trop importante risque de mener à une inflation des prix à la consommation car la grande distribution ajuste souvent ses marges à la hausse lorsque le SMIC est revalorisé.

D'autre part je reste convaincu que la solution n'est pas la hausse continue du SMIC mais la réforme de la formation professionnelle d'une part, la mise en place de grilles de salaires de référence dans TOUTES les entreprises et enfin une meilleure répartition du bénéfice entre les actionnaires et les salariés.

Une solution consisterait à rendre tous les salariés ayant un certain nombre d'année d'ancienneté (par ex deux ans) comme actionnaire. u encore à donner 10% des parts d'une entreprise aux salariés de manière à pouvoir obtenir une marge de négociation réelle sur l'avenir de l'entreprise. Le simple syndicalisme ne sert plus à grand chose aujourd'hui car il est uniquement contestataire et n'a comme arme que la grève.

Enfin j'ajouterais que si le SMIC augmente il faudrait augmenter tous les salaires en conséquence car quid de la personne qui gagne seulement quelques euros au dessus du SMIC ?

Les salaires devraient évoluer avec l'inflation la voila la réalité sinon on décolère le salaire du prix de vente des produits et donc on baisse le pouvoir de consommation.

Mais au fond le vrai problème c'est que le capitalisme renforce le déterminisme social d'une part et d'autre part créé de l'injustice social. Un état qui exporte beaucoup implique forcément des état qui lui achète beaucoup donc concentration de richesse, idem au niveau d'une entreprise. La réalité c'est que ce système est profondément injuste, il créé de l'inégalité et concentre les richesses entre les mains d'une minorité.

Et malgré cela tout le monde essaie de le défendre et personne n'essaye de penser à une nouvelle organisation sociale bien plus juste et ou le travail ne serait plus un esclavage des temps modernes ... .
a écrit le 06/06/2012 à 15:31 :
Je ne suis pas certain que cette image du Medef "anti-français" que les années Sarkozy avaient tenté de faire durer à contre courrant soient la meilleure image du pacte républicain évoqué partout. Le Medef devient le petit parti des nantis français... oui , mais nantis par qui ? La question devra être posée et répondue.
a écrit le 06/06/2012 à 13:51 :
1700 brut le smic ce serait bien mais on pourrait l'avoir s'il supprimait les charges.
mais ils ne sont pas fous . que ceux soient les patrons et les employés ceux sont des vaches à lait.De toute façon en France on stimule l'assistanat et on pénalise celui qui travaille .Tu n'as pas le droit de dépenser ton fric comme tu veux.
Si tu as une maison on te fait payer un impot foncier tu le veux par contre si tu veux dépenser ton argent en voyage c'est bon tu ne payes pas d'impot . Peut être un jour on te dira l'argent que tu gagnes par ton travail on va te dire comment il faut le dépenser.
Je pense qu'on est plus dans un pays libre .
social : dictature
Que tous ces grands monsieurs donnent exemple payent tous les impots comme tous les citoyens et les avantages natures qui soient imposés .
ET si un francais veut travailler pendant des journées entières c'est son droit c'est vrai quand France vouloir réussir n'existe pas il faut mieux aider les branleurs
Réponse de le 06/06/2012 à 16:02 :
L'impôt foncier est le plus légitime qui soit. Il taxe le capital fixe, immobile et improductif. De plus, le sol appartient à la nation, l'achat du terrain n'est qu'une concession que vous accorde l'Etat et pour laquelle vous vous acquittez donc d'une taxe.
Réponse de le 06/06/2012 à 16:05 :
C'est clair qu'il suffit de regarder le "coût global" sur la fiche de paie pour se rendre compte de l'arnaque pour les salariés ...
a écrit le 06/06/2012 à 12:40 :
Comme toujours avec cette dame, les apparences sont trompeuses: elle fait semblant de contrer Hommande, mais en fait elle soutient sa méthode. Il faut faire des études d'impact... Comme tout n'est plus que communication, gageons que le résultat sera un satisfecit bien mérité pour une équipe gagnante. La réalité? Mais ils n'en ont absolument rien à faire. Les petits patrons, les indépendants, les TPE et PME non plus. L'augmentation du SMIC favorise les syndicats et les grands groupes dans leur protectionismes respectifs.
a écrit le 06/06/2012 à 12:24 :
50? de plus c'est environ 125? charges comprise plus les charges qui reviennent sur les heures supp... Apres ca le flamby nous dis qu'il va travailler dans le sens de l'emplois...
J'ai juste envie de dire LOL...
a écrit le 06/06/2012 à 12:15 :
Nos dirigeants ont-ils conscience qu'en France, des centaine de milliers de petits artisans, petits commerçants, entrepreneurs individuels, paysans, artistes, etc., gagnent à peine le smic, tout en travaillant bien plus que 35h/semaine, en payant des charges colossales proportionnellement à leurs gains, et sans avoir droit ni au chômage, ni aux différents congés (maladies, grossesse, etc.) et dont les retraites seront ridicules ? Est-il bon pour nous tous que les signaux envoyés par le gouvernement aux forces vives de la nation soient que seuls le salariat et le fonctionnariat vous assurent un avenir, décourageant d'avance toute tentative de réussite individuelle ?
Réponse de le 06/06/2012 à 12:53 :
mais ces gens-là n'ont aucun intérêt, seuls le fonctionnaire a tous les droits !!!
Réponse de le 06/06/2012 à 16:05 :
Retraites ridicules mais : capital immobilier très élevé (avec une véritable rente perçue à la retraite), énorme quantité d'échanges au black, etc etc
a écrit le 06/06/2012 à 12:14 :
en même temps je n'ai jamais vu un patron vous augmenter spontanèment, que vous travilliez comme un dingue, que vos résultats soient les meilleurs, il va toujours attendre que vous lui réclamiez!!
Par contre pour s'attribuer des salaires mirobolants ou des stocks options il ne se gêne pas!!
Réponse de le 06/06/2012 à 13:36 :
dupognon, votre témoignage est restrictif. Un patron qui craint qu'un employé s'en aille l'augmente SPONTANÉMENT ! Pas besoin de lui rappeler..., mais vous n?êtes peut-être pas incontournable...
Réponse de le 06/06/2012 à 13:49 :
Vous non plus Yves...
a écrit le 06/06/2012 à 12:12 :
Si c'est ça le changement à Hollande pour que cette esclavagiste puisse encore se permettre d'examiner un smic de pauvre.... Le changement n'est pas encore à notre porte.
Réponse de le 06/06/2012 à 12:54 :
il faut baisser le smic mais TRES fortement baisser les charges afin d'AUGMENTER le pouvoir d'achat !!!
a écrit le 06/06/2012 à 11:54 :
Il est vrais que l'augmentation du SMIC de 10, 20, 30 ou pire 50 Euros par mois est insupportable pour une entreprise, cela va la mettre dans des difficultés insurmontables : comme verser après cela des salaires et bonus mirifiques à nos merveilleux patrons que le monde entier nous envie, mais que personne ne veut recruter hors de l'hexagone.
Réponse de le 06/06/2012 à 13:37 :
Vous répétez un slogan éculé...
Réponse de le 06/06/2012 à 14:04 :
Ce n'est, hélas, pas seulement un slogan, mais la triste réalité dans bien des entreprises.
a écrit le 06/06/2012 à 11:36 :
Il faut bloquer le smic mais pour plus de compétitivité il faut augmenter les salaires, bonus des dirigeants pour attirer les meilleurs.
a écrit le 06/06/2012 à 11:33 :
Celui qui touche juste un peu plus que le smic, à quoi aura-t-il droit ? Il sera finalement pénalisé, surtout depuis que les heures supplémentaires sont taxées. Ou est la justice dans ce gouvernement ?
a écrit le 06/06/2012 à 10:49 :
a 1700 euros c'est impossible bien entendu il faut penser aux emplois et aux PME et surtout les tres petites entreprises -
Réponse de le 06/06/2012 à 12:15 :
oui mais à 1500 c'est possible

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :